Courtoisie

Luc Thériault, député de Montcalm, a dénoncé la décision du Parlement fédéral d’annuler le vote sur un projet de loi du Bloc Québécois exigeant que les nouveaux arrivants qui demandent la citoyenneté à partir du Québec démontrent une connaissance suffisante du français.

« Le Parlement fédéral au complet nous démontre qu’à Ottawa, la protection du français, c’est un enjeu qui ne mérite même pas un débat. Pourtant, les nouveaux arrivants ont besoin d’une connaissance minimale de notre langue commune pour qu’on puisse se parler et pour qu’ils puissent s’approprier notre culture. C’est une demande du gouvernement du Québec et d’une vaste majorité de la population québécoise que les parlementaires fédéralistes viennent de passer à la trappe », a déploré Luc Thériault.

Actuellement, les résidents permanents souhaitant obtenir la citoyenneté canadienne doivent démontrer une connaissance suffisante d’une des deux langues officielles du Canada, l’anglais ou le français. Le projet de loi C-421 du député bloquiste Mario Beaulieu précisait que pour les demandes faites à partir du Québec, c’est la connaissance du français qui devrait être exigée.

Le gouvernement du Québec a maintes fois exprimé son intention d’exiger une connaissance suffisante du français aux nouveaux arrivants. C’est par ailleurs un souhait que partageaient 73 % des Québécois dans un sondage Léger publié en avril dernier.

Mais un sous-comité chargé d’étudier la recevabilité des projets de loi, composé d’une majorité de libéraux, a jugé C-421 « non votable » sous prétexte qu’il serait anticonstitutionnel, malgré l’avis contraire du légiste de la Chambre des communes et de plusieurs constitutionnalistes. Le Bloc Québécois a fait appel de cette décision auprès de l’ensemble des parlementaires, qui ont choisi eux aussi de rejeter le vote sur le projet de loi dans une procédure rarissime : un vote secret.

« Pour la transparence, on repassera ! Mais le message aux Québécois, lui, est très clair : vos revendications frappent un mur au fédéral lorsqu’il n’y a pas suffisamment de députés strictement dévoués au Québec pour les porter », a conclu Luc Thériault.

Photo courtoisie

 

Le Bloc Québécois de Montcalm est galvanisé en vue des prochaines élections. Les membres du parti, réunis ce dimanche en Assemblée générale, se sont engagés dans le dernier droit menant aux élections d’octobre prochain.

« Les coffres de la circonscription sont bien garnis, on a une équipe extraordinaire en place et surtout, on a toute les raisons du monde pour convaincre les électeurs de voter pour le Bloc et pour Luc Thériault lors de la prochaine élection » a déclaré Monique Gagné, la présidente de l’exécutif du Bloc Québécois de Montcalm, dont le mandat a été renouvelé dimanche.

À l’occasion de l’Assemblée générale du Bloc Québécois de Montcalm, le Président du Bloc Québécois, Yves Perron, était sur place pour énergiser les troupes. « Ce ne sont pas les libéraux de Justin Trudeau et de Pablo Rodriguez qui vont nous défendre à Ottawa, mais bien le Bloc Québécois, seule formation à prendre parti, sans nuances, pour le Québec » a déclaré Yves Perron.

« Que ce soit pour avoir un rapport d’impôt unique, pour défendre nos valeurs de laïcité ou encore pour nous assurer que les  immigrants qui arrivent au Québec parlent le français, il n’y a que le Bloc Québécois qui prenne fait et cause pour nos idées et nos consensus québécois » a conclu le député de Montcalm, Luc Thériault.

 

 

 

Photo courtoisie

« Au Bloc Québécois, notre session a été marquée par la réunification. Nous sommes de retour à dix et on n’est pas trop de dix pour défendre les intérêts du Québec. Parce qu’à quarante, du côté des libéraux, ils semblent incapables d’écouter leur monde.

Ils semblent incapables de se tenir debout pour le Québec », a déclaré M. Gabriel Ste-Marie.

Le député de Joliette a constaté dans son bilan de la session parlementaire que les libéraux fédéraux ignorent les Québécois. Le Bloc Québécois reproche au gouvernement Trudeau de ne pas avoir défendu les producteurs dans le dossier de la gestion de l’offre, puis de refuser de s’engager à les compenser pleinement pour leurs pertes. « Nous avons toutefois réussi un bon coup en obtenant une motion unanime de la Chambre pour exiger des indemnisations intégrales pour les pertes de nos producteurs dans les accords avec l’Amérique du Nord, l’Asie et l’Europe », a soulevé M. Gabriel Ste-Marie.

Le Bloc est seul à lutter contre les coupes dans l’indexation des transferts en santé, une décision qu’il juge dangereuse considérant le sous-financement du système public au Québec. En matière d’environnement, le Bloc soulève les contradictions des libéraux lorsqu’ils parlent de lutter contre les changements climatiques tout en achetant le pipeline Trans Mountain et en se proposant d’acheter des milliers de wagons-citernes pour l’Alberta. Le Bloc dénonce aussi l’absence d’investissement structurant pour assurer la survie à long terme du Chantier

Davie et demande une commission d’enquête indépendante sur la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic.

Le bilan des libéraux en matière d’immigration n’impressionne pas M. Ste-Marie. « Ils n’ont toujours pas dédommagé le Québec pour les coûts liés aux demandeurs d’asile et remettent en question les choix du Québec en immigration. Cette semaine, encore, ils ont pris des engagements sur la scène internationale en ce qui concerne les politiques migratoires sans consulter le Québec », a-t-il déploré.

Au terme de la session, M. Ste-Marie a constaté que lorsqu’il s’agit d’enjeux touchant le Québec, le Bloc est seul sur la glace au Parlement fédéral. « Nous sommes les seuls à penser que le Québec devrait pouvoir choisir son mode d’intégration des nouveaux arrivants. Nous sommes seuls à penser que nos lois sur l’environnement devraient s’appliquer à tout le monde, même au fédéral. Nous sommes les seuls à porter toutes les résolutions de l’Assemblée nationale. Et à l’élection de 2019, nous serons encore les seuls à défendre le Québec d’abord et sans compromis ainsi qu’à promouvoir l’indépendance du Québec », a conclu M. Ste-Marie.

Photo courtoisie

Luc Thériault, député de Montcalm, se réjouit de l’élection d’Yves-François Blanchet à la tête du Bloc Québécois.

« Nous avons désormais un chef qui est en mesure de porter avec intelligence, fermeté et vigueur les aspirations et les revendications des québécoises et des québécois à Ottawa. Non seulement Yves-François Blanchet maîtrise-t-il bien ses dossiers, il est de plus en mesure de faire vibrer les Québécois en les défendant avec brio sur la scène fédérale », a déclaré Luc Thériault. 

Le député de Montcalm a sollicité la candidature d’Yves-François Blanchet à la direction du parti. Il est donc heureux du dénouement de la course.

« Avec Yves-François à notre tête, on fera un travail encore plus percutant à Ottawa.  Contrairement aux autres partis fédéraux qui doivent faire des compromis pour avoir des votes ailleurs au Canada, le Bloc est le seul parti qui défende toujours, sans compromis, les intérêts du Québec à Ottawa.

Les libéraux  et les Conservateurs sont les valets de services de la haute finance de Bay Street, contrairement à nous qui portons les consensus de l’Assemblée Nationale jusqu’à la Chambre des Communes » a ajouté Luc Thériault.  

« On est maintenant en route pour une superbe année 2019. On a un excellent chef et on va avoir l’occasion, d’ici les élections d’octobre, de démontrer que nous sommes la seule alternative pour les Québécois à Ottawa.

 À titre de leader parlementaire, donnez-moi une dizaine de questions par périodes de questions, 25 à 30 députés-es pour refaire le front québécois à Ottawa et rien ne nous arrêtera » a conclu le député de Montcalm.

Courtoisie

Le député fédéral de ka circonscription de Joliette Gabriel Sainte-Marie, tient à vous informer du début imminent de la période de dépôt des demandes pour le programme d’Emplois d’été Canada 2018 (EÉC).

Comme vous le savez peut-être, EÉC accorde une aide financière à des organismes sans but lucratif, à des employeurs du secteur public ainsi qu’à des petites entreprises comptant 50 employés ou moins afin qu’ils puissent créer des emplois d’été pour les de 15 à 30 ans dans leurs collectivités.

À compter du 17 décembre 2018, les formulaires de demande du programme Emplois d’été Canada seront disponibles au : servicecanada.gc.ca/eec. La date limite pour présenter une demande est le 25 janvier 2019.

Un Guide du demandeur d’Emplois d’été Canada 2019 sera disponible en ligne au début de la période de présentation des demandes. Il présente des instructions sur la préparation d’une demande, ainsi que les critères d’admissibilité et d’évaluation. Mon bureau est aussi à votre service pour vous accompagner dans vos démarches si nécessaire. Les employeurs peuvent obtenir de l’information de Service Canada en contactant le 1-800-935-5555.

Les critères d’EÉC ont quelque peu changé pour cette année :

Il n’est plus nécessaire que la personne employée soit un étudiant, mais il doit toujours être âgé de 15 à 30 ans.

Également, les libellés ont été modifiés. Le programme souhaite :

Fournir aux jeunes des expériences de travail de qualité.

Répondre aux priorités nationales et locales afin d’améliorer l’accès au marché du travail des jeunes, y compris ceux qui doivent composer avec des obstacles particuliers.

Offrir des occasions aux jeunes de développer et d’améliorer leurs compétences.

 

Chaque député reçoit la liste de projets recommandés pour leur circonscription et on lui offre l'occasion de valider la liste et proposer des changements en fonction des besoins qu’il constate dans le milieu. C’est pourquoi je vous suggère fortement de faire parvenir une copie de votre demande d’Emplois d’été Canada à mon bureau (Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) afin que mes adjoints et moi soyons au courant de vos besoins particuliers pour pouvoir faire les recommandations nécessaires.

Les échéanciers pour les différentes étapes sont les suivantes :

 

17 décembre 2018 au 25 janvier 2019

Période de présentation des demandes

janvier – février 2019

Évaluation des demandes par Service Canada

mars à avril 2019

Validation des listes par les députés

avril 2019

Début des avis aux demandeurs et recrutement

Le 23 avril 2019

Date de début la plus hâtive pour les étudiants

 

Pour toutes questions ou préoccupations, veuillez communiquez avec le bureau du député au 450 752-1940 ou sans frais au 1 800 265-1940 ou via le Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photo Courtoisie

Le député de Montcalm, Luc Thériault, remercie tous les donneurs et les bénévoles qui ont généreusement contribué à sa collecte de sang du 3 janvier dernier.

La collecte a recueilli 81 dons. « Je remercie du fond du cœur tous ceux et celles qui ont pris le temps le 3 janvier de faire en sorte que le don de sang soit possible» a commenté Luc Thériault. L’objectif de 85 donneurs a pratiquement été atteint.

Le député de Montcalm était sur place, tout au long de la collecte, pour remercier les donneurs et pour leur offrir ses vœux pour 2019.

Photo courtoisie

Le député de Joliette, à la Chambre des Communes, Gabriel Ste-Marie a réagi à la visite du député conservateur de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke, le 7 décembre dernier, dans le comté.

« Depuis mon élection, ma priorité première a toujours été de travailler très fort pour mes électeurs et je n’ai jamais dérogé à ça », a déclaré en entrevue, le 10 décembre, M. Ste-Marie au Lanauweb.

Il ajoute que depuis son élection du 19 octobre 2015, plus de 700 cas ont été réglés. « J’ai aussi fait adopter différentes motions à la Chambre des Communes comme celle pour  la défense des agriculteurs dans le cadre de la renégociation de l’ALÉNA », a-t-il ajouté. Cette motion s’engage à compenser financièrement les producteurs d’œufs, de volaille et de lait, pour toutes les pertes subis dans les trois accords commerciaux,

Il mentionne que le Parti Conservateur et le Parti Conservateur, afin de se faire élire, font tout afin de satisfaire la population du grand Toronto « là où il y a beaucoup de sièges à l’enjeu ».

Il réitère que le Bloc Québécois est un parti bien placé afin de bien faire entendre les demandes du Québec envers Ottawa.

« À chaque semaine, les Conservateurs demandent quand le projet de Pipeline Énergie Est sera relancé. Les gens du Québec sont contre en raison des risques environnementaux. La sensibilité des Conservateurs envers le Québec est inexistante », a-t-il conclu.

Courtoisie

Le député de Montcalm, Luc Thériault, invite la population à donner généreusement à l’occasion de la deuxième édition de sa collecte de sang qui aura lieu le jeudi 3 janvier 2019.

 Collecte de sang du député de Montcalm

Date : le jeudi 3 janvier 2019

Lieu : Hôtel de ville de Saint-Lin-Laurentides

            900, 12e Avenue

            Saint-Lin-Laurentides

Heures : 13h30 à 19h30

L’objectif de cette collecte est de 85 donneurs. « Donner du sang n’est pas un geste ordinaire, c’est un geste d’une grande humanité. Le sang ne s’achète pas, ne se vend pas non plus. Il ne se donne que de personne à personne. « Donner du sang, c’est sauver des vies. Voilà une belle façons de commencer l’année » a commenté Luc Thériault.

Le député de Montcalm sera sur place, tout au long de la collecte, pour remercier les donneurs et pour leur offrir ses vœux pour 2019.

Photo Guy Latour

Dans le cadre de la tournée canadienne du Parti Conservateur du Canada, le député de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke, était de passage dans le comté de Joliette, le 7 décembre.

Ce dernier a rencontré plusieurs acteurs du milieu économique du comté en plus de rencontrer les membres de l’Association conservatrice de Joliette.

« Comme opposition officielle, il y a une dizaine de députés qui visitent des comté de partout au Canada à chaque semaine. L’objectif est de prendre le pouls des citoyens et de connaître les enjeux de chaque comté », a déclaré en entrevue au Lanauweb, M. Clarke.

Celui-ci a déjà ciblé deux enjeux importants soit la connexivité  est-ouest et le développement économique. « Il faut améliorer les infrastructures comme les routes 158, 343, et 131. Ça n’a pas de sens qu’il n’y ait que deux voies sur la 158. De plus, l’instabilité politique au Bloc Québécois, au cours des deux dernières années, a fait en sorte que le député Gabriel Ste-Marie n’a pas été capable de bien faire son travail pour le développement économique de Joliette », a souligné le député de Beauport-Limoilou.

Il a aussi rappelé que le Bloc ne croyait pas au fonctionnement du fédéralisme canadien.  « Comme c’est un parti qui n’aspire pas au pouvoir, ça sera difficile de travailler sur des programmes de financement pour les entreprises », a-t-il ajouté.

Pour ce qui est du gouvernement libéral, Alupa Clarke demande aux électeurs de Joliette de bien réfléchir avant de voter  pour ce parti aux élections de 2019. « Depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement Trudeau a brisé trois promesses majeures soit des énormes dépassements dans les déficits, il n’a presque pas injecté d’argent dans les infrastructures et il n’y a pas d’échéancier pour l’équilibre budgétaire », a-t-il précisé.

Pour Alupa Clarke, le Parti Conservateur du Canada est un parti à l’écoute de ses électeurs, qui prône un renforcement de la nation québécoise. « On représente une belle option pour le comté de Joliette. On a adopté presqu’à l’unanimité une résolution, lors de notre congrès national, pour un rapport d’impôt unique. Nous souhaitons aussi donné plus de pouvoirs aux provinces en matière d’immigration », a-t-il conclu.

Photo courtoisie

Alors que les travaux de la Chambre des communes sont ajournés jusqu’à la fin-janvier, la députée de Berthier-Maskinongé fait un retour sur la dernière année à la Chambre des communes.

« L’année 2018 a démontré sans l’ombre d’un doute que les libéraux ont laissé tomber les travailleurs et travailleuses et que le NPD est le seul parti à réellement défendre leurs intérêts », a mentionné Ruth Ellen Brosseau.

Tout d’abord, la députée a continué son travail concernant l’amélioration du réseau cellulaire et l’accès à Internet haute vitesse dans Berthier-Maskinongé. Le gouvernement libéral a été sévèrement blâmé par le vérificateur général pour son inaction dans ce dossier, et ce parce qu’il a accentué le fossé numérique entre les centres urbains et ruraux. « En 2018, des services de télécommunication de qualité et abordable sont essentiels afin que les régions puissent prospérer socialement et économiquement », a déclaré Ruth Ellen Brosseau.

Ruth Ellen Brosseau a également conclu que le gouvernement libéral a sacrifié les producteurs dans le dossier de la gestion de l’offre avec la signature de l’AEUMC. « C’est certainement une mauvaise entente pour nos producteurs et pour les consommateurs parce que les libéraux ont cédé notre souveraineté alimentaire aux Américains. Il n’est plus possible de faire confiance à ce gouvernement qui dit défendre la gestion de l’offre et en même temps concède aux étrangers près de 10% des parts de marché des producteurs de lait », a insisté la députée.

En dressant son bilan, la députée Brosseau estime que les libéraux n’ont pas un plan solide en matière d’environnement et de changements climatiques. « Il est clair que ce n’est pas en achetant un vieil oléoduc avec 4,5 milliards de dollars d’argent des contribuables qu’ils parviendront à respecter leurs cibles de l’accord de Paris. D’autant plus que les scientifiques de partout sur la planète le disent, il faut faire une transition énergétique immédiatement si nous voulons prévenir le réchauffement climatique. Nous devons investir dans les énergies propres et


 

 

 

 

 

les emplois durables et de qualité pour les générations à venir dès maintenant », a-t-elle poursuivi.

Ruth Ellen Brosseau et ses collègues néodémocrates ont aussi maintenu la pression sur le gouvernement libéral afin que celui-ci règle les problèmes entourant  l’assurance-emploi.  « Ça  fait  maintenant  3  ans  que  nous demandons  de  résoudre  le  « trou  noir »  de  l’assurance-emploi  en rabaissant le seuil d’heures pour y avoir accès à 360 heures partout au pays. Il est également impératif que les libéraux respectent leur promesse dans le dossier de l’assurance maladie de l’assurance emploi en prolongeant les prestations de maladie de 15 semaines à 50 semaines, et en les rendant plus accessibles. Les travailleurs et travailleuses de Berthier-Maskinongé ont besoin d’un système d’assurance-emploi qui fonctionne pour tous », a mentionné la députée.

La pénurie de main-d’œuvre, l’évitement fiscal, les banques postales et la protection des berges sont tous des enjeux importants sur lesquels Madame Brosseau poursuit ses efforts à la Chambre des communes. « Ces dossiers sont tous importants pour les gens de Berthier-Maskinongé et comme députée je dois m’assurer que le gouvernement en place reconnaisse et agisse afin d’améliorer la vie des citoyen.nes », a dit Mme Brosseau.

Maintenant la session terminée, Madame Brosseau prendra part à quelques évènements dans la circonscription avant de passer du temps avec son fils pendant la période des fêtes. Elle continuera à être à l’écoute des enjeux qui préoccupent les citoyens de sa circonscription afin de pouvoir poursuivre son travail parlementaire à Ottawa dès le retour en Chambre en janvier.

Photo d'archives

Le député de Joliette, à la Chambre de Communes, Gabriel Ste-Marie, s’est dit déçu de la mise à jour économique du gouvernement Trudeau du 21 novembre dernier.

« Cette mise à jour économique ne répond pas aux besoins des Québécois et des Québécoises. En santé, le fédéral devrait payer la moitié de notre budget en santé. Or, cette proportion n’est que de 22% et elle baisse constamment », a déploré le député en entrevue au Lanauweb, le 2 décembre dernier.

Gabriel Ste-Marie ajoute que le gouvernement Trudeau continue de s’endetter sans être à l’écoute des véritables besoins du Québec.

« Dans le mini-budget, il y a de l'aide pour les entreprises privées qui produisent de l'énergie, mais Hydro-Québec en est exclu. Donc, on a des entreprises polluantes qui se font soutenir pour un peu moins polluer (genre passer du mazout au gaz naturel) mais notre champion mondial en énergie renouvelable, ne reçoit pas un seul sou, et le Québec s'en trouve de facto exclu », a souligné M. Ste-Marie.

Pour ce qui est de l’aide aux médias, celle-ci ne sera annoncée que lors du dépôt du budget en mars 2019, « Il faut que les médias locaux reçoivent aussi une aide financière, pas juste les OBNL comme la Presse. Il faut enlever l’avantage fiscal que possèdent Google et Facebook qui ne paient aucun impôt au Canada. Les médias locaux, c’est très important pour notre démocratie », a-t-il conclu.

Il appuie Yves-François Blanchet

Par ailleurs, Gabriel Ste-Marie a confirmé qu’il appuie la candidature d’Yves-François Blanchet dans la course au prochain chef du Bloc Québécois.

« C’est le meilleur candidat possible pour relancer le Bloc. Il est rigoureux, communicateur et il travaille en équipe. Il a déjà les réflexes de la politique fédérale », a souligné M. Ste-Marie.

Pour ce qui est de la prochaine course, c’est aux militants à décider si le prochain sera élu par acclamation ou non. « Puisque nous sommes à un an des élections, je crois que plus vite un chef sera élu, plus vite il pourra se mettre au travail afin de bien se faire connaître. Mais il ne faut pas prendre des raccourcis à tout prix », a-t-il mentionné.

Selon Gabriel Ste-Marie, le Bloc Québécois peut espérer faire élire une trentaine de députés lors de l’élection générale de l’automne 2019. « Le gouvernement Trudeau déçoit, les députés du NPD ne sont pas au même diapason que leur chef alors que le PC ne parle que de pipelines et du projet d’Énergie Est. Notre parti offre une alternative intéressante », a-t-il conclu.

M. Ste-Marie fait partie des cinq députés du Bloc ayant confirmé leur appui à M. Blanchet.

Plus d'articles...