Photo courtoisie

Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, et les député.es du NPD, Ruth Ellen Brosseau (Berthier-Maskinongé) et Robert Aubin (Trois- Rivières), se sont engagés à aller de l'avant avec le projet de train à grande fréquence et ont promis des investissements majeurs pour aider les municipalités qui ont encore été victimes des inondations.

« Les changements climatiques menacent tous les aspects de la vie auxquels nous sommes attachés. Pendant que Justin Trudeau et les libéraux vendent leur projet d'oléoduc, mon équipe et moi présentons notre plan concret pour lutter contre les changements climatiques avec  Le courage d'agir : pour l'urgence climatique et des emplois de qualité au Québec, a déclaré M. Singh. Aujourd'hui, je réitère devant les Trifluviennes et Trifluviens mes engagements à l'endroit du projet de train à grande fréquence. Je souhaite que la première pelletée de terre soit donnée durant la première année de notre mandat! Je promets aussi des investissements majeurs pour venir en aide aux victimes des inondations, afin d'adapter les infrastructures à cette nouvelle réalité. »

Le projet de train à grande fréquence, tel que proposé par VIA Rail, reliera l'aéroport Jean-Lesage de Québec à Toronto, en passant par Trois-Rivières, Montréal, Ottawa, Smith Falls et Peterborough. Il prévoit une voie dédiée pour le transport de passagers. Le train à grande fréquence permettra de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, stimulera l'économie régionale et créera un grand nombre d'emplois de qualité. Comparativement aux libéraux, le financement du projet sera entièrement public.

« C'est le temps d'investir dans des projets qui permettent de lutter contre les changements climatiques, pas dans des oléoducs qui menacent notre environnement, a ajouté M. Aubin. Les libéraux de Justin Trudeau parlent des deux côtés de la bouche lorsqu'il est question d'environnement. Les conservateurs, pour leur part, ne font nulle mention de transport collectif dans leur plan climatique. C'est ridicule! Au NPD, on s'engage à organiser une rencontre entre VIA Rail, les provinces concernées et les acteurs municipaux clés dans les 100 premiers jours. Terminé les études, il faut passer à l'acte! »

Pour Berthier-Maskinongé, Le courage d'agir prévoit des investissements majeurs pour aider les différentes municipalités qui ont encore été victimes d'inondation à adapter leurs infrastructures pour faire face à cette nouvelle réalité. Le NPD investira 2,5 milliards de dollars additionnels afin de protéger les gens et leurs biens des événements climatiques extrêmes comme les inondations.

« Les gens de ma circonscription ont été victimes, encore cette année, d'inondations records. Avec Justin Trudeau, le Canada respectera les faibles cibles de Stephen Harper avec 200 ans de retard. Andrew Scheer et les conservateurs, pour leur part, ne feraient qu'empirer les choses, de conclure Mme Brosseau. Le NPD est fier d'avoir un plan ambitieux qui permet à la fois de lutter contre les changements climatiques et de créer des emplois de qualité. Le statu quo n'est pas une option! »

Photo courtoisie

Le candidat du Parti Conservateur dans Joliette, Jean-Martin Masse, est déjà sur le terrain depuis le début du mois de juillet.

Il a en effet rencontré plusieurs maires soit ceux de Rawdon, Ste-Marcelline-de-Kildare, Joliette, Saint-Paul et Saint-Charles-Borromée,

« Ma rencontre avec ces élus m’ont permis de bien saisir les projets, les besoins et les préoccupations des élus-es, citoyennes et citoyens de la circonscription fédérale de Joliette », a déclaré M. Masse en entrevue au Lanauweb.

Parmi ces besoins et préoccupations, il y a l’internet haute vitesse, la lourdeur bureaucratique (pour l’application du programme de la taxe d’accise et l’appui du fédéral pour le maintien et l’ajout d’équipements culturel et de loisir dans la Mattawinie, ainsi que la pénurie de main-d’œuvre et la tour de communications Rogers pour le comté de Joliette.

« Je suis présentement en mode écoute. Les besoins diffèrent que ce soit au nord et au sud. Les gens sont sympathiques et réceptifs jusqu’à maintenant », ajoute le candidat conservateur.

Dès cette semaine, Jean-Martin Masse, en plus de poursuivre la « Tournée des élus-es », commencera sa « Tournée des organismes économiques » de la circonscription fédérale de Joliette.

Le lancement de la campagne de Jean-Martin Masse devrait se faire à la fin août.

Photo courtoisie

Alors que prolifèrent les microbrasseries, les petits vignobles et les producteurs de spiritueux canadiens, Ruth Ellen Brosseau et le NPD présente un projet de loi visant à réduire leur fardeau fiscal afin de les aider à poursuivre leur développement.

« Il ne fait aucun doute que la popularité des produits locaux dans le secteur du vin, de la bière et des spiritueux, est en hausse au pays. Elles créent des emplois locaux et produisent des produits de classe mondiale d’un océan à l’autre, a déclaré Mme Brosseau, marraine du projet de loi. Ce crédit d’impôt permettra aux entrepreneurs d’augmenter leur production, d’embaucher et de générer plus de revenus. Cet argent reviendra aux petites entreprises et aidera à stimuler l’économie québécoise et canadienne. »

Ce projet de loi offrirait un crédit d’impôt aux petits distillateurs, brasseurs et vignerons de chez nous qui produisent moins de 15 001 hectolitres (hl) par année, soit un crédit d’impôt automatique à ceux qui produisent de 0 à 5 000 hl par année et un crédit d’impôt basé sur une formule pour ceux qui produisent entre 5001 et 15 000 hl.

« Les gens sont carrément amoureux de leurs microbrasseries, leurs distilleurs et leur vignobles locaux. Ils s’intéressent aux saveurs et aux techniques uniques qu’elles offrent, a déclaré la députée de Berthier-Maskinongé. Je suis vraiment fier que le NPD ait choisi d’appuyer cette industrie florissante. »

Le NPD est déterminé à prendre des mesures immédiates pour encourager la création d’emploi dans les petites entreprises et pour bâtir une économie équilibrée et croit que ce projet de loi va dans ce sens.

Photo courtoisie

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Gabriel Ste-Marie, député fédéral de Joliette, ont exprimé leur solidarité avec les 2,9 millions de membres de Desjardins menacés d’usurpation de leur identité depuis le vol de leurs renseignements personnels.

« Le Bloc Québécois partage la peur des Québécoises et des Québécois. Je suis moi-même parmi les victimes de ce vol. Nous demandons à Ottawa de permettre aux gens dont les informations personnelles ont été dérobées et qui désirent changer de numéro d’assurance sociale qu’ils puissent le faire sans devoir prouver qu’ils ont subi une fraude, comme c’est le cas présentement. Les mécanismes actuels ne pourraient de toute façon pas traiter toutes les demandes qui se manifesteront.  Desjardins étant une institution financière sous juridiction québécoise, il est du ressort de la coopérative et du gouvernement du Québec d’assurer la sécurité des informations personnelles, des comptes bancaires et de l’accès au crédit des membres de Desjardins. L’accompagnement doit être immédiatement disponible en français à travers tout le processus et je m’étonne que ça n’ait pas été le cas dès le départ », a déclaré M. Blanchet.

Le 20 juin dernier, Desjardins annonçait que la police de Laval a découvert que les informations confidentielles de 2,9 millions de membres de la coopérative financière ont été volées par un employé. Desjardins a tenté de rassurer ses membres en leur permettant de s’inscrire gratuitement aux services d’Equifax pendant cinq ans, mais de nombreuses difficultés sont survenues, liées au nombre élevé de demandes et à des problèmes chez Equifax concernant l’inscription en français pour les personnes touchées.

Près de 200 plaintes pour vol d’identité ont été déclarées au Centre antifraude du Canada entre l’annonce de la fuite d’informations et le 4 juillet dernier. Une pétition circule actuellement pour demander au gouvernement canadien de remplacer les numéros d’assurance sociale des personnes dont les informations ont été dérobées. La solution suggérée mérite qu’on l’analyse, de même qu’il est pertinent que le gouvernement du Canada aussi s’interroge sur la sécurité des clients québécois des banques sous charte canadienne, mais la pétition révèle que les gens jugent inadéquate la réaction des autorités.  De leur côté, les libéraux semblent indifférents aux craintes des victimes.

« Il faudra trouver une solution globale et efficace, qui épargne aux citoyens des démarches fastidieuses. Ottawa doit assouplir les règles pour que les personnes dont l’information a été volée puissent entreprendre cette démarche si elles le souhaitent. Nous sommes dans une situation de crise et Ottawa doit agir comme partenaire et protecteur des citoyens et non s’ajouter à la liste des obstacles. Finalement, nous appelons la population à la prudence alors que de nombreuses opérations d’hameçonnage sont en cours : ne cliquez sur aucun lien et ne donnez aucune information si vous n’êtes pas 100 % certains que votre interlocuteur est bien Desjardins », a conclu M. Ste-Marie.

Photo courtoisie

C’est avec une grande fierté qu’Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada, ainsi qu’Alain Rayes, lieutenant politique pour le Québec, ont procédé à l’annonce de la candidature de Jean-Martin Masse dans la circonscription fédérale de Joliette en vue des élections de 2019.

Natif de Joliette, Jean-Martin Masse a plus de 30 ans d’expérience comme avocat et gestionnaire. Il a travaillé au Sénat du Canada et comme gestionnaire dans des entreprises de technologie, de développement de jeux vidéo et d’affichage publicitaire. Il a aussi œuvré en pratique privée. Au fil des années, il a agi comme administrateur pour diverses entreprises et organisations scolaires, caritatives ou liées au développement économique.

Membre du Barreau du Québec, Jean-Martin détient un baccalauréat en administration des affaires de HEC Montréal, un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal et une maîtrise en administration (MBA) de l’Université de Sherbrooke.

Père de trois enfants, fils de l’ancien ministre Marcel Masse, il est impliqué depuis sa jeunesse au sein du Parti conservateur où il a occupé plusieurs postes dans des organisations locales et pour l’ensemble du Québec. Il se lance maintenant dans la campagne électorale avec le désir de donner aux citoyens de Joliette une voix forte à Ottawa.

« Le gouvernement actuel n’est pas à la hauteur de nos attentes. Je travaillerai avec l’équipe conservatrice pour rétablir les finances publiques et répondre le mieux possible à leurs besoins. C’est avec rigueur et dévouement que je souhaite représenter les citoyens de la circonscription. Les citoyens  de  Joliette  méritent d’être bien représentés et défendus à Ottawa », a déclaré le candidat.

« Je suis très heureux de l’arrivée de Jean-Martin au sein de notre équipe de candidates et candidats. Son expérience sera un atout indéniable pour le Parti conservateur. Il fera un excellent député pour représenter la population de Joliette au Parlement », a dit le lieutenant du Québec, Alain Rayes.

« Jean-Martin est engagé depuis longtemps dans notre parti. Je suis heureux de le voir faire un pas de plus à titre de candidat au sein de notre équipe. Nous allons continuer à travailler ensemble pour former un gouvernement responsable et à l’écoute de tous les citoyens », a affirmé Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada.

Photo courtoisie

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, était de passage à Joliette, le 5 juillet dernier.

Accompagné de M. Gabriel Ste-Marie, député de la circonscription, le chef de la formation a profité de cette occasion pour aller à la rencontre des citoyennes et des citoyens de la région.

« Comme je demeure à Shawinigan et que mon comté est sur la Rive-Sud, je serai souvent présent dans le comté de Joliette dans les festivals, les marchés publics, etc. », a mentionné M. Blanchet en entrevue au Lanauweb.

Le chef du Bloc a rappelé que son parti est le seul parti à défendre les intérêts des Québécoises et des Québécois tout le temps. « Nous sommes le seul à respecter la volonté de l’Assemblée nationale à Québec, notamment en matière de laïcité et d’immigration. Le Bloc a décidé de lancer un message à l’ensemble des Canadiens pour leur rappeler que le Québec peut décider lui-même de son modèle d’intégration et de son avenir », a-t-il fait valoir.

De son côté, le député bloquiste de Joliette, Gabriel Ste-Marie, était très heureux de la visite de son chef. « Les gens nous arrêtent dans la rue et nous disent de continuer à défendre le Québec. C’est très motivant. Ça met la barre haute pour la suite des choses », a mentionné M. Ste-Marie.

Pour le député joliettain, le Bloc Québécois travaille pour la classe moyenne, la vraie classe moyenne, pas celle des libéraux. « Si vous gagnez  moins de  66 000$, vous n’avez pas droit à la baisse d’impôts libérale.  Qui en a profité dans la circonscription de Joliette ? Seulement 12 % des contribuables les plus riches », a-t-il dénoncé.

Parmi les enjeux qu’il compte mettre de l’avant lors de la prochaine campagne,  Gabriel Ste-Marie cite les agriculteurs lanaudois, les manufacturiers, la pénurie de main-d’œuvre, la concurrence déloyale et la lutte aux paradis fiscaux.

À 4 mois de l’élection fédérale, Yves-François Blanchet se montre confiant. « Depuis le mois de décembre 2018, on monte dans les sondages. On a le potentiel de gagner plusieurs sondages », a-t-il énoncé.

Le chef bloquiste promet de redonner une voix au Québec, en défendant les consensus de  l’Assemblée nationale.

Photo courtoisie

Il y a un an, Josée Bélanger en réflexion pour devenir candidate, rencontrait Gérard Deltell à Louiseville.

Cette année, candidate conservatrice dans Berthier-Maskinongé, elle était bien fière de recevoir un quatrième député, et maintenant collègue, dans le cadre de la «Tournée à l’écoute des Québécois ». Après Bernard Généreux, Pierre Paul-Hus et Joël Godin, c’était au tour de Gérard Deltell, député dans Louis-Saint-Laurent, de l’accompagner dans le comté vendredi dernier.

Les enjeux du recyclage et de la gestion des matières résiduelles ont été abordés lors de discussions au siège social d’EBI Environnement. Josée Bélanger et Gérard Deltell ont eu le privilège de rencontrer M. Rolland Sylvestre, fondateur de l’entreprise, un accueil bien chaleureux!

Rareté de main-d’œuvre, travailleurs étrangers et développement économique

À l’usine Olymel de Berthierville, le manque de main-d’œuvre est criant, ce qui devient un frein au développement des entreprises et par le fait même, au développement économique régional. Nous avons discuté en profondeur de cette problématique très concrète. Le phénomène du manque de ressources humaines est aussi présent chez Axios Atelier numérique. Lors de la visite de l’entreprise, son président, Jean-François Gagné, aussi conseiller municipal à Lanoraie, a dressé un portrait global de la situation de son entreprise ainsi que celui du secteur.

La journée s'est conclue à Lavaltrie par une rencontre très fructueuse avec les membres de la direction de l’entreprise Express Mondor. Cet employeur, qui œuvre dans le domaine des transports, doit miser sur les nouvelles technologies pour se développer et ainsi mieux performer dans ce domaine.

Une candidate appuyée par sa formation politique

Par ces quatre visites de députés dans la circonscription, il ne fait aucun doute que Josée Bélanger est une candidate de contenu, sa qualité est reconnue par le parti.

« Je me sens fortement appuyée par mon parti et par mon chef Andrew Scheer. C’est formidable d’être accompagnée par des collègues députés qui connaissent bien les dossiers nationaux, et qui peuvent ainsi les contextualiser par rapport aux enjeux concrets régionaux. Ces rencontres nous permettent de faire du travail de fond, ce qui permettra de mieux orienter nos politiques futures » mentionne Josée Bélanger.

Pendant la période estivale, la candidate sillonnera le comté, elle compte être présente aux multiples activités dans la circonscription et continuer de rencontrer les élus municipaux ainsi les intervenants de différents organismes. Son équipe de campagne est bien motivée !

Photo courtoisie

Fondé à l’automne 2018, le Parti Populaire du Canada (PPC) présentera un candidat dans le comté de Joliette lors des élections fédérales du 21 octobre prochain.

Il s’agit de Sylvain Prescott,  journalier à l’usine Bridgstone à Joliette depuis maintenant 12 ans. « Si je me présente en politique fédérale, c’est que je crois au concept du PPC  qui souhaite changer les choses », a-t-il déclaré ce natif de Mandeville en entrevue au Lanauweb.

Selon lui, il faut baisser les impôts afin de permettre aux villes, aux municipalités et aux provinces d’investir davantage.

« Je suis pour des provinces fortes et un Canada uni. Les provinces doivent être le plus autonome possible et avoir le libre choix d’appliquer les lois », a ajouté ce père de deux ans dont ses parents ont été impliqués dans la politique municipale à Mandeville.

La gestion de l’offre (revoir l’aide aux agriculteurs), l’immigration, l’environnement et mettre fin à l’influence des lobbys sont des enjeux nationaux que M. Prescott souhaite débattre dans le comté.

Le candidat du PPC croit que son parti a de bonnes chances d’être porté au pouvoir dès octobre prochain avec  338 candidats au Canada.  

Il souhaite faire une campagne où les réseaux sociaux seront très importants. Il visitera plusieurs festivals et évènements cet été en plus de faire du porte-à-porte.

« Je suis très fier de représenter le Parti populaire du Canada et notre chef Maxime Bernier dans la circonscription de Joliette. Le programme de Maxime représente les opinions et les points de vue de milliers de Canadiens qui estiment que les partis politiques traditionnels les ont ignorés pour se faire du capital politique. Je suis là pour les bonnes raisons », a conclu Sylvain Prescott.

Photo courtoisie

Gabriel Ste-Marie, porte-parole du Bloc Québécois en matière de finances, s’est montré enthousiasmé par les recommandations d’une coalition de jeunes de 35 ans et moins aux plateformes électorales des partis en vue de l’élection d’octobre prochain.

« Comme les jeunes, nous faisons aussi de la lutte aux changements climatiques une priorité absolue. Leurs constats concernant la justice fiscale, la participation citoyenne et l’égalité sont tout aussi justes. Nous ne dévoilerons pas aujourd’hui notre plateforme électorale, mais les jeunes vont constater en la découvrant que le Québec qu’ils entrevoient, le Bloc le veut aussi », a déclaré M. Ste-Marie.

Les recommandations faites aujourd’hui aux partis politiques sont le résultat de la consultation En Route vers les élections 2019, menée auprès de jeunes de 35 et moins. Cette initiative est coordonnée par Oxfam-Québec en collaboration avec la Fondation Filles d’action, Environnement Jeunesse  et  le  comité  jeunes de la FTQ. Les recommandations aux partis représentent le consensus exprimé dans ces consultations et non pas l’opinion individuelle des différents organismes impliqués.

« C’est une initiative pertinente et bien menée qui permet d’arriver à des consensus qui nous semblent incontournables. Toute plateforme qui n’offrira pas un plan climatique sérieux ne pourra être considérée sérieuse. Le Québec est unanime dans sa demande de mesures pour forcer les géants du Web à respecter les mêmes lois que tout le monde. Il faut remettre sur les rails la réforme démocratique. Et il faut réitérer l’égalité des sexes et prendre position clairement pour protéger les droits des femmes et mettre en œuvre les droits des peuples autochtones », a conclu M. Ste-Marie.

Pour consulter les demandes des jeunes : http://www.prioritesjeunes2019.com/

Photo courtoisie

L’heure est au bilan de fin de session comme les travaux parlementaires se sont terminés le 20 juin dernier, à la Chambre des communes.

La baisse d’impôts des libéraux : seulement pour les riches

« Bientôt, les libéraux se vanteront d’avoir baissé les impôts de la classe moyenne. C’est faux, c’est une baisse pour les riches. Il faut avoir un revenu de 70 000 $ brut pour sauver 1 $ par semaine d’impôts. Si vous gagnez moins de 66 000$, vous n’avez pas droit à la baisse d’impôts. Qui en a profité dans la circonscription de Joliette ? Seulement 12 % des contribuables », a déclaré M. Gabriel Ste-Marie, député du Bloc Québécois dans Joliette.

La lutte aux paradis fiscaux

Le gouvernement de Justin Trudeau a  raté de nombreuses occasions de travailler pour la  classe moyenne, notamment en votant contre la motion M-42 que M. Ste-Marie a déposée à l’automne 2016. Cette motion demandait au gouvernement de mettre un terme à l’évitement fiscal dans les paradis fiscaux; les libéraux et les conservateurs ont voté contre. Le gouvernement a préféré légaliser trois nouveaux paradis fiscaux dans son mandat.

Selon l’Agence du revenu du Canada (ARC), le trésor public canadien perdrait 26 milliards par année en impôts impayés à cause de riches contribuables et entreprises qui cachent entre autres leur ar gent dans les paradis fiscaux. Pour mettre en perspective cette somme, cela représente six ponts Champlain! « Pour avoir les moyens de réinvestir dans nos services publics, il est essentiel de continuer à lutter contre les paradis fiscaux », a ajouté M. Ste-Marie.

La loi 21

À Ottawa, le Bloc Québécois est le seul parti à défendre les intérêts des Québécoises et des Québécois tout le temps. Il est également le seul à respecter la volonté de l’Assemblée nationale à Québec, notamment en matière de laïcité. En mai dernier, la formation politique a déposé son rapport sur le projet de loi 21 (désormais la loi 21) visant à  interdire le  port  de  signes religieux aux  employés de  la  fonction  publique du  Québec en  position d’autorité. Le Bloc a décidé de lancer un message à l’ensemble des Canadiens pour leur rappeler que le Québec peut décider lui-même de son avenir. Seul le Bloc Québécois appuie la nouvelle loi québécoise à Ottawa.

Commerce en ligne

Le bilan des libéraux en matière de commerce en ligne n’impressionne pas M. Ste-Marie. « Au lieu de protéger nos emplois et nos commerçants, le gouvernement de Justin Trudeau préfère donner un avantage indu aux géants du web en ne leur demandant pas de percevoir les taxes. Un immense avantage sur nos commerces locaux. Ce n’est pas Amazon qui crée des emplois à Joliette ou dans nos municipalités. Ce n’est pas Netflix qui crée des emplois dans notre secteur culturel. Il n’y a aucune raison pour que des compagnies multimilliardaires américaines aient des passe-droits que les créateurs d’ici n’ont pas », a fait valoir le député fédéral de Joliette.

Les producteurs agricoles

Le Bloc Québécois est le premier à s’être levé pour défendre les producteurs agricoles qui ont subi d’importantes pertes liées aux accords de libre-échange. M. Ste-Marie a déposé une motion adoptée à l’unanimité l’automne dernier pour compenser intégralement les producteurs d’œufs, de volaille et de lait parce qu’ils ont servi de monnaie d’échange dans les trois derniers accords de libre-échange.

Malheureusement, les producteurs ne recevront pas d’indemnisation avant les élections. Les libéraux annoncent des sommes, mais ils n’ont rien budgété parce qu’ils n’ont ni entente ni échéancier. Le directeur parlementaire du budget confirme que Justin Trudeau a pris un engagement creux dans son budget. « C’est du chantage exercé sur des familles qui s’attendaient à obtenir les indemnisations dues. Ils vont encore être dans l’inquiétude pour des mois », a déclaré M. Ste-Marie.

La pénurie de main-d’œuvre

Les libéraux n’ont pris aucune mesure pour contrer la pénurie de la main-d’œuvre. « Rien non plus dans le budget pour attirer des travailleurs hors des grands centres » a expliqué le député fédéral de Joliette.

Le 15 avril dernier, M. Ste-Marie a interpellé les acteurs de la MRC de Joliette concernés par le sujet pour discuter de cet enjeu. Les acteurs présents ont conclu qu’ils devaient travailler ensemble afin de développer des connaissances locales en matière de recrutement à l’international, lorsque nécessaire.

Trans Mountain

Tandis  que  les  Québécois  affirment leurs  préoccupations concernant l’environnement, Ottawa  continue de subventionner les énergies fossiles comme si les changements climatiques n’existaient pas. Les libéraux font preuve d’un rare cynisme en donnant le feu vert au pipeline Trans Mountain moins de 24 h après avoir voté en Chambre pour reconnaître l’urgence climatique. Au cours de la dernière année, les libéraux ont annoncé pas moins de 19 milliards en soutien à l’industrie du pétrole. Ils n’ont aucune crédibilité en matière d’environnement.

Au terme de la session, M. Ste-Marie a constaté que lorsqu’il s’agit d’enjeux touchant le Québec, le Bloc est seul à défendre les consensus de l’Assemblée nationale. « Nous sommes les seuls à penser que le Québec devrait pouvoir choisir son mode d’intégration des nouveaux arrivants. Nous sommes seuls à penser que nos lois sur l’environnement devraient s’appliquer à tout le monde, même au fédéral. Et à l’élection de 2019, nous serons encore les seuls à défendre le Québec d’abord et sans compromis ainsi qu’à promouvoir l’indépendance du Québec », a conclu M. Ste-Marie.

Photo courtoisie

Le fils de Marcel Masse est actuellement en réflexion concernant une possible candidature pour le Parti Conservateur (PC) dans Joliette, en vue de l’élection fédérale de cet automne.

« Ma réflexion est pas mal avancée. J’espère être en mesure de faire une annonce d’ici la fin du mois »,a-t-il déclaré en entrevue téléphonique au Lanauweb.

Âgé de 55 ans, M. Masse, qui est avocat de formation, travaille pour deux sénateurs en d’œuvrer dans la gestion de compagnies dans le domaine technologique.

« Mes racines sont toujours dans la région car je suis né à Joliette. Ma mère vit encore ici ainsi que plusieurs membres de ma famille. Notre chalet familial est toujours à Saint-Donat », a-t-il ajouté.

S’il se porte candidat dans le comté, M, Masse  entend utiliser plusieurs éléments de la plate-forme électorale du PC. « Si je vais de l’avant, j’irai aussi à la rencontre des gens du milieu afin de connaître leurs enjeux, ceux-ci seront bonifiés dans mon programme », a-t-il fait valoir.

Marcel Masse, décédé en août 2014 à l’âge de 78 ans, a notamment été député provincial du comté de Montcalm de 1966 à 1973, occupant plusieurs ministères dans les cabinets Johnson et Bertrand. Durant neuf ans, de 1984 à 1993, il a été député fédéral, sous la bannière du Parti Conservateur ainsi que membre du cabinet Mulroney, Il a détenu les portefeuilles des Communications, de l’Énergie, Mines et Ressources et de la Défense nationale.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.