Courtoisie

Alors que la session parlementaire s’est achevée, la députée de Berthier-Maskinongé fait un retour sur les derniers mois à la Chambre des communes.

« Dans le cadre de la dernière session, nous avons une fois de plus constaté que nous sommes le seul parti à réellement défendre les intérêts de tous les citoyens et citoyennes », a mentionné Ruth Ellen Brosseau.

« Mes collègues néodémocrates et moi-même avons demandé jour après jour des comptes au gouvernement libéral, notamment en ce qui concerne l’achat d’un oléoduc de 65 ans avec l’argent des contribuables canadiens. Ce gouvernement a brisé une autre de ses promesses et maintenant il est clair que le NPD est le seul Parti à vouloir investir dans les énergies propres et les emplois durables et de qualité pour les générations à venir », a-t-elle poursuivi.

Dans le dossier de la gestion de l’offre, les libéraux ont continué de dire qu’ils soutiennent ce système, mais la réalité est toute autre. Ils ont créé des brèches dans l’AECG et le PTPGP, ils ont mis en place un programme d’investissement pour fermes laitières complètement bâclé et la question de la gestion de l'offre et l’ouverture du marché laitier canadien est toujours sur la table de la renégociation de l'ALENA. « Ce gouvernement doit être à l’écoute des producteurs et arrêter de les sacrifier dans les accords de libre-échange, il faut que les libéraux soient catégoriques en insistant sur la protection intégrale du système de gestion de l’offre », a insisté la députée.

Ruth Ellen Brosseau a également poursuivi le travail auprès du gouvernement afin que tous les citoyens de Berthier-Maskinongé aient accès au service Internet haute vitesse et à un réseau cellulaire de qualité. « Ces services sont très importants pour maintenir les jeunes dans notre communauté, ainsi que pour la vitalité économique et le maintien des PME dans  Berthier-  Maskinongé », a déclaré Ruth Ellen Brosseau.

La députée a aussi fait mention qu’elle et son collègue de Trois-Rivières, Robert Aubin, ont maintenu la pression sur le gouvernement afin d’obtenir une indemnisation pour les citoyens de Yamachiche affectés par les vagues lors du printemps 2017. À cet effet, Robert Aubin a déposé, au mois de juin, un projet de loi qui créerait un fonds d’indemnisation pour les dommages causés par les activités de navigation et de transport maritime.

Finalement, en matière d’évitement fiscal et de paradis fiscaux, le gouvernement de Justin Trudeau n’a toujours pas présenté de plan concret pour mettre fin à ce fléau. Au contraire, le gouvernement continue de signer des ententes avec des paradis fiscaux et signe des ententes qui favorisent des multinationales, telles que Netflix et Amazon au détriment des travailleurs du Québec.

« Sur une note positive, ce bilan de fin de session parlementaire ne pourrait pas être complet sans souligner l’extraordinaire travail de mon collègue NPD, le député Romeo Saganash, qui a convaincu le gouvernement d’harmoniser la loi canadienne avec les droits fondamentaux de la personne et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en faisant adopter le projet de loi C-262 », a déclaré la députée de Berthier-Maskinongé.

Maintenant la session terminée, Madame Brosseau concentrera son temps et son énergie à parcourir les évènements un peu partout dans sa circonscription pendant tout l’été. Elle continuera à être à l’écoute des enjeux qui préoccupent les citoyens de sa circonscription afin de pouvoir poursuivre son travail parlementaire à Ottawa dès septembre prochain.

Photo Courtoisie

 

Lors de leur Assemblée générale spéciale du 18 juin, l’Association du Parti conservateur de Joliette s’est voté un nouvel exécutif qui se mobilise en préparation des élections fédérale de 2019, sous le slogan « Nous allons gagner, ensemble ».

L’Association du Parti conservateur de Joliette a comme objectif de soutenir et promouvoir les principes, les objectifs et les politiques du Parti, tout en offrant un soutien organisationnel et financier au candidat du Parti.

« Dès lundi le 2 juillet, le Comité exécutif tiendra une rencontre à laquelle tous les membres en règles seront convoqués pour encourager la discussion politique et ainsi documenter les préoccupations des citoyens et des citoyennes de la circonscription fédérale de Joliette » souligne le nouveau Président de l’Association du Parti conservateur de Joliette, Sylvain Prescott.  

« L’Association du Parti conservateur de Joliette, se doit de rencontrer la population pour mieux comprendre les enjeux locaux et les besoins des citoyens et des citoyennes, des entrepreneurs et des organismes, et ainsi formuler un programme électoral qui aidera la circonscription à grandir économiquement et socialement » rajoute le premier Vice-président, Gilles Gravel.

Dans l’esprit de la tournée « Aller à la rencontre des besoins des Québécois et Québécoises », lancer par leur Chef Andrew Scheer, plusieurs travaux préparatoires en vue des élections 2019 sont à l’Ordre du jour de la première réunion des Membres de l’Association du parti conservateur de Joliette, qui se tiendra le lundi 2 juillet prochain. Un programme électoral sera adopté et mis-en-place dès cet automne, comprenant des activités politiques, forum avec les membres et plus encore.

 

Photo Courtoisie

 

 

La députée de Berthier-Maskinongé, à la Chambre des Communes, Ruth Ellen Brosseau, annonce fièrement un montant de plus d’un demi-million $ pour la jeunesse dans Berthier-Maskinongé grâce au programme Emplois d’été Canada.

 

Mme Brosseau est heureuse de souligner que ce sont 198 emplois d’été qui seront financés au cours des prochaines semaines dans la circonscription, et ce, dans le cadre du programme Emplois d’Été Canada.

 

Un montant de 515 076 $ a été accordé pour l’année 2018 dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, offrant ainsi à de nombreux jeunes une expérience inestimable dans le monde du travail.

 

Au total, ce sont 118 organismes et PME de la circonscription qui bénéficieront de ce financement qui accorde un soutien aux organismes à but non lucratif, aux employeurs du secteur public, ainsi qu’aux PME  et qui créent des emplois d’été formateurs pour les étudiant.es. « Ce programme est une belle occasion pour les entrepreneurs de chez nous d’offrir une expérience de travail aux jeunes de la circonscription pour qui il s’agit souvent d’un premier emploi », a commenté Ruth Ellen Brosseau.

 

 « Je suis ravie de constater que plusieurs organismes de tous les coins de la circonscription se sont prévalus de ce programme essentiel à l’embauche de jeunes étudiant.es pour la période estivale. Ce sont des postes importants afin de permettre à ceux-ci d’acquérir une expérience dans un milieu de travail enrichissant », a conclu la députée.

 

 

 

Photo courtoisie

Le leader parlementaire de Québec Debout et député de Moncalm, Luc Thériault, ainsi que le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie, ont fait un bilan positif de la première session de leur formation politique. « C’est évident, pour nous, que les Québécois méritent des élus à la Chambre des communes strictement dévoués à leurs intérêts », ont commenté M. Thériault et M.Ste-Marie. 

Santé 

La priorité numéro un des Québécois a encore une fois été malmenée au fédéral, le gouvernement libéral s’obstinant à refuser de maintenir des transferts en santé adéquats. Concernant le cannabis, Québec Debout a soutenu la demande de l’Assemblée nationale de retarder la légalisation et de permettre au Québec d’interdire la culture à domicile. « Difficile de comprendre pourquoi le gouvernement Trudeau est parti dans un ʺpower tripʺ contre Québec, les municipalités, l’opposition en Chambre et le Sénat dans ce dossier. Si le Québec estime que ce n’est pas souhaitable que tout le monde fasse pousser du cannabis dans son jardin, c’est son choix légitime. Les libéraux n’ont qu’une priorité : légaliser et permettre aux producteurs de cannabis libéraux de s’enrichir », ont  estimé M. Thériault et M. Ste-Marie. 

C’est aussi Québec Debout qui a amené en Chambre le dossier des boissons énergisantes à forte teneur en alcool comme la FCKD UP, qui a coûté la vie à la jeune Athena Gervais, à Laval. « Le gouvernement fédéral est censé encadrer le genre de produits qui sont mis en vente, mais il laisse passer n’importe quoi sans poser de question. On a 7 jeunes par jour qui sont hospitalisés à cause d’abus d’alcool et Ottawa ferme les yeux », ont dénoncé les députés de Joliette et Montcalm.  

Sécurité 

Dans le dossier des demandeurs d’asile à la frontière québécoise, Québec Debout a talonné le gouvernement fédéral pour qu’il assume ses responsabilités financières et qu’il mette en place un vrai plan pour éviter que le Québec hérite seul des conséquences. C’est d’ailleurs le député Louis Plamondon qui a forcé le gouvernement fédéral à corriger son approche laxiste avec le gouvernement américain concernant la frontière. « Pendant qu’Ottawa prétend discuter avec Washington pour trouver une solution, on a constaté qu’un organisme distribuait des dépliants aux migrants pour leur montrer comment passer la frontière illégalement. Visiblement, le gouvernement Trudeau n’en avait rien à cirer.  Si on n’était pas intervenu dans ce dossier, la situation continuerait encore aujourd’hui », ont déploré les députés de Joliette et Moncalm. 

Québec Debout est aussi intervenu pour qu’enfin, le gouvernement fédéral serre la vis aux proxénètes qui abusent des adolescentes. Le député Rhéal Fortin a fait pression pour que le dossier soit placé sur la voie rapide. « Ça n’a aucun bon sens. Il y a un projet de loi qui a déjà été voté à Ottawa et qui est prêt à entrer en vigueur, mais le gouvernement Trudeau refuse! Pendant ce temps-là, on n’arrête pas de voir des jeunes fugueuses aboutir dans des réseaux de prostitution. Encore une fois, malheureusement, les jeunes filles et les jeunes garçons pris dans les filets des proxénètes n’étaient pas la priorité de ce gouvernement », selon les députés M. Thériault. et Gabriel Ste-Marie. 

Économie 

Pour Québec Debout, la priorité, ce sont les citoyens du Québec. C’est pourquoi la formation exige que le fédéral force une enquête sur la fixation du prix de l’essence par ce qui semble être un cartel. « Seulement Ottawa peut obliger le Bureau de la concurrence à enquêter là-dessus, mais le gouvernement Trudeau dort au gaz. C’est se mettre la tête dans le sable que prétendre qu’il n’y a pas matière à enquêter sur les hausses soudaines du prix de l’essence dès que l’été se montre le bout du nez. Alors qu’une personne sur trois au Québec remet en question ses vacances, il serait temps que ça bouge au fédéral », ont continué M. Thériault et M. Ste-Marie. 

Québec Debout est aussi intervenu en faveur des travailleurs de l’acier et de l’aluminium, mis en danger par le protectionnisme américain. Le porte-parole de Québec Debout en matière de commerce international, Gabriel Ste-Marie, s’est rendu à Washington afin de recueillir le soutien de membres du Congrès américain et de gens des industries américaines qui utilisent l’aluminium québécois pour appuyer notre industrie.  

Respect du Québec  

Québec Debout est intervenu dans le dossier du pipeline Trans Mountain. Le fédéral a dépensé 4,5 milliards d’argent des contribuables, tout cela dans l’unique objectif de forcer une province à accepter contre son gré le passage d’un oléoduc. « Le Québec ne peut se permettre de laisser passer ce coup de force, parce que nous pourrions subir le même sort avec le pipeline Énergie Est. Dès la minute où le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il investirait de l’argent public dans les pipelines, les promoteurs d’Énergie Est, à commencer par le Parti conservateur, sont ressortis de l’ombre pour exiger que le projet soit ressuscité. Il faut se tenir debout pour que la volonté de la population locale soit respectée », ont ajouté les députés de Joliette et de Montcalm. 

C’est d’ailleurs dans cet ordre d’idées que la députée Monique Pauzé a déposé un projet de loi obligeant le fédéral à respecter les lois provinciales et les règlements municipaux lorsqu’il intervient sur notre territoire dans ses champs de compétence. « Ottawa peut actuellement contourner nos lois à sa guise lorsqu’il intervient chez nous. Mais les citoyens en ont marre de se faire imposer des projets qui ne tiennent pas la route. Que ce soit l’aéroport de Mascouche, le port de Québec et ses poussières rouges ou le passage d’Énergie Est, il faut obliger le fédéral à respecter nos lois. C’est un minimum de respect », selon le leader parlementaire M. Thériault ainsi que M. Ste-Marie.

Toutes ces interventions témoignent de la nécessité d’une voix québécoise à Ottawa qui défend exclusivement les intérêts des Québécois. « Les partis fédéralistes choisissent toujours le Canada. Nous, à Québec Debout, on choisit de défendre les Québécois. Face à un gouvernement fédéral centralisateur qui sacrifie nos intérêts, c’est le temps de faire front commun pour la défense du Québec. Le Québec mérite mieux! », ont conclu les députés de Québec Debout, Luc Thériault et Gabriel Ste-Marie. 

Photo Courtoisie

Après plusieurs semaines d’incertitude, le député de Joliette à la Chambre des Communes, Gabriel Ste-Marie, a confirmé lors d’un point de presse conjoint, ce matin (1er mai), qu’il quittait pour de bon le Bloc Québécois.

« Ce que l’on veut c’est de bien faire notre travail et ce sans compromis, ce qui n’est plus le cas avec  le Bloc », a expliqué M. Ste-Marie en entrevue au Lanauweb, quelques minutes après que la nouvelle soit tombée.

Six autres députés du Bloc ont aussi pris la même décision. Il s’agit de Luc Thériault (Montcalm), Monique Pauzé (Repentigny), Michel Boudrias (Terrebonne)  Rhéal Fortin (Rivière-du-Nord), Simon Marcil (Mirabel) et le vétéran Louis Plamondon (Bécancour-Nicolet-Saurel).

Le porte-parole du groupe des sept, le député Réal Fortin a aussi annoncé que les députés démissionnaires travailleraient désormais à une nouvelle offre politique.

« Nous allons parcourir le Québec dans les prochaines semaines pour offrir une proposition répondant aux besoins des québecois. On lance un appel aux gens de travailler avec nous même ceux des autres partis politiques », ajoute Gabriel Ste-Marie.

Celui-ci déplore l’adoption d’une proposition principale du parti adoptée le 28 avril dernier lors d’un conseil général du Bloc qui avait lieu à Drummondville. Celle-ci jette les bases du programme électoral pour le prochain scrutin fédéral en 2019 et qui met l'indépendance du Québec à l'avant-plan.

« C’est bien beau de parler d’indépendance, de santé et d’éducation. Mais nous, comme député, notre rôle est de bien représenter les intérêts du Québec à Ottawa », a-t-il mentionné.

Gabriel Ste-Marie ajoute que Mme Ouellet tient un double discours. « D’un côté, elle garde la porte ouverte pour qu’on revienne, mais de l’autre, c’est entièrement de notre faute toute la situation actuelle qui existe à l’intérieur du Bloc », a-t-il souligné.

Il avait quitté à la fin février

Rappelons qu’il y a deux mois, Gabriel Ste-Marie avait annoncé sa démission comme leader parlementaire ainsi que son départ temporaire du Bloc Québécois.

« Pour nous, deux choix s’imposaient : soit que Martine Ouellet démissionnait, soit que c’est nous qui quittaient », avaient mentionné les sept politiciens en conférence de presse.

Les sept députés démissionnaires avaient reproché à la chef Martine Ouellet le climat de travail au sein du Bloc et le manque de consultation de la chef.

En juin 2017, en compagnie de six autres élus démissionnaires, M. Ste-Marie avait déclaré que «Notre lien de confiance envers Martine [Ouellet] est affecté, et ça va prendre bien du travail pour le réparer».

On reprochait à Martine Ouellet de ne pas consulter les députés. À l’opposé, la chef estimait que ceux-ci refusaient de reconnaître sa légitimité.

Photo Guy Latour

Le lieutenant politique au Québec du Parti Conservateur, le député de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes, était de passage à Joliette, le 21 juin, afin de rencontrer les militants, les citoyens et des intervenants de plusieurs milieu.

« Nous faisons une tournée à travers la province afin d’être à l’écoute de la population. Nous allons parcourir les 17 régions du Québec, de la Gaspésie jusqu’au Saguenay, en visitant aussi plusieurs grandes villes », a déclaré M. Reyes, en entrevue au Lanauweb.

Cette tournée a pour objectif d’entendre les préoccupations et les ambitions des citoyens. « Ce que les gens vont nous dire serviront à notre plate-forme électorale en vue de l’élection de 2019 », ajoute le lieutenant politique des conservateurs.

Parmi les dossiers ciblés, il y a notamment l’instauration d’un rapport d’impôt unique, l’immigration, la main d’œuvre et la culture.

Pour M. Reyes, cette tournée québécoise se veut une belle occasion de démontrer que le Parti Conservateur représente une alternative sérieuse. « On voit maintenant quel genre de gouvernement est celui de Justin Trudeau. Pour ce qui est du NPD, la population ne sait pas plus quoi penser de ce parti. Enfin, le Bloc Québécois et Québec Debout est presque invisible à la Chambre des Communes », a-t-il affirmé.

Questionné sur le fait que le comté de Joliette n’a pas eu de député conservateur depuis 1993 (Gaby Larrivée avait été élu de 1988 à 1993, il avait succédé à Roch Lasalle qui avait représenté la circonscription durant 20 ans), Alain Reyes s’est montré confiant en vue du scrutin de 2019.

« Chaque comté du Québec est prenable. À Joliette, si on présente un candidat connu de la place et qui a une bonne notoriété et avec une bonne équipe, tout est possible. On n’a qu’à penser à l’élection partielle du 18 juin dans Chicoutimi–Le Fjord. En 2015, nous avions terminé quatrième, Richard Martel a été élus trois ans plus tard », a-t-il conclu.

Photo courtoisie

À une semaine de l’échéance de l’exemption de tarifs accordée par l’administration Trump à l’acier et l’aluminium du Canada, Gabriel Ste-Marie, porte-parole du Groupe parlementaire québécois en matière de commerce international, amorce une tournée à Washington afin de bâtir un front commun pour inciter la Chambre des représentants à faire contrepoids à l’administration Trump. 

« C’est la Chambre des représentants qui a le pouvoir d’imposer des tarifs. Je veux l’inviter à prendre en considération les intérêts de la population et à tenir tête au président en ce qui concerne les tarifs sur l’aluminium. L’aluminium du Québec est au cœur d’une relation intégrée et profitable avec les États-Unis depuis plus de 100 ans. J’ai l’intention de démontrer que nous avons tous fort à perdre avec l’imposition de tarifs sur l’aluminium et qu’ici comme aux États-Unis, les travailleurs en paieraient le prix », a déclaré M. Ste-Marie. 

De passage dans la capitale américaine les 24 et 25 avril prochains, le député de Joliette rencontrera des représentants des principales industries qui utilisent l’aluminium québécois dans leurs produits, entre autres dans l’alimentation et l’agroalimentaire. Il rencontrera également les porte-parole des trois géants américains de l’automobile ainsi que des représentants des constructeurs de pièces. 

Cinq élus issus des deux partis à la Chambre des représentants ont fait connaître leur intérêt à rencontrer M. Ste-Marie. 

Rappelons que l’exemption de tarifs accordée à l’acier et l’aluminium du Canada par Washington prend fin le 1er mai prochain. 

« De la haute technologie jusqu’à la plus simple des cannettes de boisson, plusieurs industries américaines dépendent de l’aluminium québécois. Tarifier notre aluminium, c’est hausser les prix de centaines de produits pour les consommateurs américains et mettre des milliers d’emplois en danger par pure bravade politique. Nous avons confiance que l’administration Trump prendra la bonne décision pour épargner les ménages et les mêmes travailleurs qu’elle prétend vouloir aider en jouant la carte du protectionnisme », a conclu M. Ste-Marie 

Photo Courtoisie

Le bureau du député de Joliette, Gabriel Ste-Marie, en collaboration avec la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Lanaudière (SNQL) ont organisé, pour une deuxième année consécutive, la fête des Patriotes, le 21 mai dernier.

« Nous avons choisi de commémorer le combat de nos ancêtres pour la liberté et la démocratie de façon festive » a souligné M. Ste-Marie. La deuxième édition du Pique-nique des Patriotes a été couronnée de succès. Les festivités ont attiré près de 500 personnes!

Dès midi, à la Place du Marché, des activités étaient offertes aux familles, ces dernières ont pu, notamment, assister au spectacle du groupe de musique trad Le Bruit Court dans La Ville composé  de Normand Miron, Lisa Ornstein et André Marchand. Les musiciens ont offert une prestation des plus dynamiques !

Pique-nique, Patriotes, Gabriel Ste-Marie
Photo Courtoisie

Alors que les plus jeunes bénéficiaient d’un espace jeu, la population était invitée à venir déguster les saucisses de la Boucherie Gaston Desrosiers et fils, grillées sur barbecue au profit des cuisines collectives de la Manne quotidienne. Par la suite, la DJ Emmanuelle Théroux de Productions PL a animé la fête. Tout au long des activités, les citoyennes et citoyens ont reçu des citations de la part du Collectif des écrivains de Lanaudière.

Des nouveautés pour la deuxième édition

Cette année, la fête a rendu hommage aux patriotes de la République du Congo. Pour ce faire, Mussa Vivien Katembo, jeune congolais bien impliqué à Joliette, a été invité à prononcer un  discours en mémoire des patriotes congolais. En voici un court extrait :

« L’histoire du Congo Kinshasa, mon pays d’origine, a des similitudes importantes avec l’histoire des francophones du Canada et plus précisément avec celle du Québec, ma terre d’adoption. Au Congo nous avions Simon Kimbagu, fier patriote et nationaliste congolais. S’inscrivant moins dans le courant laïc des patriotes de 1837-38, on pourrait davantage le comparer au Louis Riel du Congo, dont la vague d’indignation sans précédent et joua un rôle déterminant dans la conscience nationale. Comme les patriotes d’ici,  Simon Kimbangu a aussi eu une vision pour son peuple congolais qui prônait la souveraineté des peuples et la démocratie » a déclaré le jeune Mussa Vivien Katembo.

En plus de la présence de la communauté congolaise, la députée de Repentigny, Mme Monique Pauzé, la députée de Joliette, Mme Véronique Hivon, le député de Berthier, M. André Villeneuve, la mairesse de Sainte-Mélanie, Mme Françoise Boudrias et le président de la SNQL, M. Roger Gaudet se sont joint aux festivités.

Autre nouveauté, Gabriel Ste-Marie a souhaité renouer avec la tradition instaurée par son prédécesseur, Pierre Paquette, député de Joliette de 2000 à 2011, en soulignant l’apport exceptionnel d’une personne de la communauté qui est, à sa façon, un patriote pour le Québec. Le député de Joliette a donc remis le prix André-Gauthier, qui a pour but de souligner la contribution d’un Lanaudois qui à sa manière, a façonné un monde fondé sur la coopération, la solidarité et l’équité. Cette année, M. Robert Marsolais, notamment président du Centre Bénévole Émilie-Gamelin, est l’heureux récipiendaire de ce prix, qui est une œuvre réalisée par Ginette Trépanier, artiste de Ste-Mélanie.

Le député fédéral de Joliette tient à remercier les collaborateurs et les commanditaires de l’évènement

M. Ste-Marie a aussi tenu à remercier plusieurs organisations pour leur soutien, à commencer par la Ville de Joliette, M ta région, la boucherie Gaston Desrosiers et fils, Festi-Jeux, le Festival Mémoires et Racines, Multimédia Matawinie, la Société nationale des Québécoises et Québécois de Lanaudière, le Mouvement national des Québécois, de même que l’importante contribution de tous les bénévoles dont l’équipe de basket de Barthélémy-Joliette et l’équipe de volleyball les Libellules de Thérèse-Martin.

Le Pique-nique des Patriotes a été un succès notamment grâce aux nombreux partenaires et bénévoles qui se sont impliqués. « Au plaisir de vous revoir l’an prochain! Nous souhaitons que cette commémoration au service de l’histoire et des gens de chez-nous entre dans la tradition et se veuille une fête inclusive et familiale! », a conclu M. Ste-Marie.

Courtoisie

« C’est avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme que j’annonce qu’une somme de 511,231 $ sera allouée pour l’embauche d’étudiants cet été chez nous, dans le cadre du programme Emplois d’été 2018 », a déclaré le député fédéral de Joliette, Gabriel Ste-Marie.

« Grâce à ce programme, de nombreux organismes pourront offrir  343  emplois  à  nos  jeunes.  Ils  auront  la  chance  d’acquérir  des  expériences  de  travail  concrètes  en  vue  de leur carrière  future,  tout  en  contribuant  au  développement  socioéconomique  de  notre région », a-t-il poursuivi.

 L’initiative Emplois d’été accorde  du  financement  à  des  organismes  sans  but  lucratif,  des employeurs du secteur public ainsi qu’à des petites entreprises du secteur privé afin   qu’ils  créent  des  d’emplois  d’été  pour  les  jeunes  âgés  de   15   à   30   ans   qui   étudient à temps plein et qui prévoient poursuivre leurs études lors de la prochaine années scolaire. Cette année, 143 demandes ont été déposées par divers employeurs pour pouvoir profiter du programme.

 

Photo courtoisie

Alors que le prix du litre d’essence a de nouveau bondi à l’aube de la belle saison, le Groupe parlementaire québécois demande au gouvernement Trudeau d’ordonner au Bureau de la concurrence une enquête sur la fixation du prix du carburant.  

« Chaque printemps, c’est la même histoire. Plus la température grimpe, plus le prix de l’essence augmente. C’est rendu l’habitude : à la veille d’une longue fin de semaine ou juste à temps pour les vacances de la construction, le prix à la pompe fracasse des records. Chaque fois, on demande au gouvernement fédéral d’intervenir et chaque fois, il abandonne la population. Nous lui demandons aujourd’hui de prendre ses responsabilités et d’ordonner la tenue d’une enquête », ont  déclaré les députés de Joliette et de Montcalm, à la Chambre des Communes, Gabriel Ste-Marie et Luc Thériault

Tout citoyen peut se plaindre au Bureau de la concurrence et lui suggérer de se pencher sur toute situation jugée suspecte. Cependant, conformément à l’article 10 (1) c) de la Loi sur la concurrence, seul le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a le pouvoir d’ordonner au Bureau la tenue d’une enquête.  

Le Groupe parlementaire québécois lui demande de faire usage de ce pouvoir, constatant des irrégularités dans les marges de profit des pétrolières laissant craindre qu’il puisse y avoir collusion pour la fixation des prix à la pompe. Le gouvernement fédéral a refusé à deux reprises d’exiger cette enquête. 

« Alors que les gens se serrent la ceinture pour se planifier des vacances d’été, Ottawa doit agir pour leur éviter une autre mauvaise surprise à la pompe.  Le gouvernement Trudeau a été bien assez généreux avec les pétrolières en leur accordant des subventions à la pelletée et deux nouveaux pipelines. Il est plus que temps qu’il intervienne une bonne fois en faveur de la population », ont conclu Gabriel Ste-Marie et Luc Thériault

Photo Courtoisie

Le mercredi 11 avril prochain, Ruth Ellen Brosseau, députée de Berthier-Maskinongé, invite la population à une séance d’information concernant le Crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH).

En plus de pouvoir rencontrer leur députée fédérale, cet évènement vise à offrir aux personnes handicapées et aux proches aidants des informations supplémentaires, ainsi qu’une occasion de poser leurs questions à propos du crédit d’impôt pour personnes handicapées.

Objet: Séance d’information CIPH

Date: Mercredi 11 avril 2018

Heure: 18h30

Lieu:

Porte de la Mauricie

Salle de la Verrière

4 Route Sainte Anne O

Yamachiche, QC G0X 3L0

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Martine Lemaire, adjointe de circonscription : 819-228-1210 ou Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Plus d'articles...