Photo Courtoisie

Politique provinciale

La députée de Joliette et vice-cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, se réjouit de la construction prochaine d’une nouvelle école primaire à St-Charles-Borromée.

« Le combat que nous avons mené et la mobilisation du milieu ont porté fruits. Il était plus que temps que le gouvernement bouge et annonce ce projet tant attendu depuis si longtemps par la communauté et les familles de St-Charles-Borromée », a-t-elle déclaré, d’entrée de jeu.

 « Je salue cette annonce du gouvernement. C’est une excellente nouvelle. Ça faisait plus de deux ans qu’on demandait la construction d’une école, parce que l’école actuelle déborde, que des enfants ont dû être redirigés vers d’autres établissements scolaires et que des familles ont été séparées, frères et sœurs étant forcés de fréquenter des écoles différentes, avec tout le tracas engendré pour les parents », a rappelé la députée de Joliette, qui déplore que le ministre de l’éducation, M. Proulx, et ses prédécesseurs, n’aient pas agi avant.

 « Les citoyens et citoyennes de Lanaudière ne devraient pas toujours avoir à se battre comme on l’a fait en multipliant les démarches, les pressions et les sorties publiques pour recevoir des services. Ce n’est pas normal. Au printemps, on a appris que la région recevrait une part de 35M$ sur les 740M$ annoncés pour les infrastructures en éducation dans l’ensemble du Québec. Ça veut dire 4,7% du budget, alors que les Lanaudois et Lanaudoises représentent 6% de la population du Québec. Ce n’est pas équitable et je vais continuer à me battre bec et ongles pour les gens d’ici », insiste Véronique Hivon.

 Pour l’heure, elle se réjouit de cette victoire collective et salue le travail effectué dans ce dossier par le maire de St-Charles-Borromée, Robert Bibeau, le conseil municipal et la commission scolaire Des Samares. « Je vais continuer, avec les partenaires, à suivre le dossier de près, afin que le projet se concrétise et que les enfants charlois puissent rapidement poursuivre leur cheminement académique et fréquenter l’école dans leur municipalité, dans des établissements sains et suffisamment spacieux pour accueillir tout le monde », de conclure la députée de Joliette.