Photo Courtoisie

De retour du congrès national de la Coalition Avenir Québec qui se tenait à Lévis les 26-27 mai, le candidat de la CAQ dans Joliette, François St-Louis, se dit excrément motivé par les annonces faites par son parti.

« Nous avons adopté une série de propositions qui assurera aux Québécoises et les Québécois un gouvernement intègre pour gérer un État efficace au service des citoyennes et citoyens. On a besoin d’un gouvernement capable de rendre le Québec plus prospère afin de faire plus et mieux pour nos familles, nos enfants et nos aînés », résume François St-Louis.

« Pour faire plus avec l’argent des contribuables, explique François St-Louis, nous allons, entre autres, diminuer la taxe scolaire avec un taux unique pur tout le Québec, améliorer les services aux aînés et proches aidants, réinvestir en éducation et mieux encadrer l’immigration. »

Sur l’intégrité, un gouvernement de la CAQ se démarquera résolument des libéraux. « Nous allons protéger les lanceurs d’alerte, nous limiterons les indemnités de départ des cadres supérieurs, nous resserrerons les contrôles des contrats publics et surtout, nous procéderons aux nominations selon la compétence plutôt que de l’affiliation partisane », précise François St-Louis.

Notre chef, François Legault, a été clair en s’adressant aux militants caquistes au sujet des « petits amis » : « Aucun d’entre vous ne doit s’attendre à recevoir un traitement de faveur parce qu’il a une carte de membre ou parce qu’il a contribué à la CAQ. S’il y a quelqu’un ici, dans la salle, qui pense qu’il va avoir un laissez-passer pour une job ou un contrat parce qu’il est caquiste, il se trompe. Je vous le dis très clairement : avec un gouvernement de la CAQ, les nominations partisanes et les p’tits amis, c’est terminé! »

François St-Louis rappelle que les efforts de la CAQ pour bâtir une équipe solide, constituée de femmes et d’hommes de talent et d’expérience, de tous les milieux et de toutes les générations, portent ses fruits. « Je suis plus motivé que jamais par tous ces candidates et candidats qui se joignent, comme moi, à la CAQ afin de contribuer à faire plus et mieux pour les Québécois. Le 1er octobre représente une date historique dans l’histoire du Québec et l’équipe du changement sera au rendez-vous ! »

Photo Courtoisie

Le gouvernement du Québec est fier d'attribuer une aide financière de 376 500 $ à Ski Garceau pour l'appuyer dans son projet de développement de la station de ski. Cette initiative totalise des investissements de 1,7 million de dollars dans la région de Lanaudière.

La ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie, Mme Julie Boulet, en a fait l'annonce aujourd'hui à l'occasion du Congrès annuel des stations de ski du Québec.

L'aide financière provient du Programme de soutien aux stratégies de développement touristique, volet 1 – Appui à la Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal du ministère du Tourisme.

 « Avec ses montagnes et ses parcs enneigés, ses attraits diversifiés ainsi que ses fêtes d'hiver, le Québec est une destination hivernale de choix pour les touristes d'ici et d'ailleurs. La Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal vient donc aider les entreprises touristiques à développer leur produit afin de faire vivre aux visiteurs une expérience totale de la saison froide. Le projet annoncé aujourd'hui s'inscrit parfaitement dans cette vision. Il permettra de renforcer l'offre multiactivité de la station, ce qui encouragera les visiteurs à prolonger leur séjour dans Lanaudière », a déclaré par voie de communiqué, le 29 mai,  Julie Boulet, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie.

« L'aide financière accordée est une excellente nouvelle pour la région de Lanaudière. Afin de relever le défi de la concurrence, les stations de ski doivent miser sur le développement de leur produit et l'amélioration du système d'enneigement. En plus de prolonger la saison de ski, ce projet permettra d'augmenter l'achalandage et les recettes touristiques tout en maintenant et en créant de l'emploi », a souligné Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

Faits saillants :

Le projet de Ski Garceau consiste à agrandir le chalet de ski et la pente-école, à améliorer le système d'enneigement et à installer un tapis magique.

Fondée en 1964, la station Ski Garceau est devenue l'une des plus populaires de la région de Lanaudière, avec un dénivelé de 305 mètres, 32 pistes et deux télésièges quadruples. Elle compte plus de 166 employés en haute saison et plusieurs bénévoles, dont 40 patrouilleurs.

La Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal vise à faire du Québec l'une des principales destinations touristiques hivernales en misant sur le développement d'une offre variée d'activités permettant aux visiteurs de vivre une expérience totale de l'hiver.

 

Photo Courtoisie

Le Parti Québécois de Berthier convie les citoyens de la circonscription comme ceux d’ailleurs à une importante activité de financement qui aura lieu le samedi 2 juin à la salle municipale de Saint-Cuthbert. Les fonds recueillis serviront à faire de l’action politique, notamment en prévision de l’imminente campagne électorale.    

Ce rassemblement sera l’occasion d’entendre M. Jean-Martin Aussant à titre de conférencier invité.  Économiste connu et reconnu, conseiller spécial au Parti Québécois et candidat dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles à l’élection du 1er octobre prochain. M. Aussant viendra exposer, avec la rigueur et la clarté qu’on lui connaît, en quoi concrètement, les Québécois ont intérêt à s’occuper de leurs propres affaires. En outre, à la suite de son allocution, M. Aussant sera disponible pour répondre à des questions que les citoyens présents pourraient souhaiter lui poser. C’est donc un rendez-vous prometteur qui s’annonce, auquel l’ensemble des citoyens indépendantistes ou non, sont invités.

Le maire de Saint-Cuthbert M. Bruno Vadnais sera aussi présent de même que le député M. André Villeneuve, récemment désigné par les membres pour porter les couleurs du Parti Québécois dans Berthier en vue du prochain rendez-vous électoral. Fort de son expérience comme maire, préfet et député à l’Assemblée nationale, M. Villeneuve y sollicitera la confiance de la population de la circonscription de Berthier.

Courtoisie

Le Parti Québécois a lancé hier sa tournée estivale précampagne électorale, en clôture de son conseil national qui se tenait à Drummondville tout au long du week-end. La tournée sera pilotée par la députée de Joliette et vice-cheffe, Véronique Hivon, à bord du minibus surnommé la « Véroniquemobile ».

Elle a fait un premier arrêt hier, son tout premier, à Joliette. Rappelons que les élections provinciales se tiendront le 1er octobre prochain dans les 125 circonscriptions de la province.

Photo Guy Latour

La députée de Joliette et vice-cheffe du Parti Québécois a lancé un cri d’alarme en ce qui concerne l’état des écoles dans le comté de Joliette.

« Sur les 19 écoles de la circonscription de Joliette, 17 ont reçu la cote E du ministère de l’Éducation, soit “très mauvais”. Ce n’est même pas “moyen” ou “passable”, ça veut dire qu’elles sont dans un état lamentable. C’est totalement inacceptable », a déclaré  la députée a conférence de presse, en fin d'avant-midi, le 18 mai, à son bureau de Joliette. Elle a obtenu ces données à la suite d’une demande selon la loi de l’accès à l’information.

La cote E signifie que l’infrastructure représente un niveau très élevé de dégradation et de défectuosité. Elle nécessite des travaux de mains d’actifs très importants et souvent urgent. Habituellement, l’infrastructure dépassé nettement sa durée de vie utile. Des interruptions ou ralentissement de service de l’infrastructure surviennent très souvent. Enfin, des mesures très importantes d’atténuations de risques sont en place.

Les deux écoles ayant une cote A (très bon) est le Pavillon de l’Espace-jeunesse (secondaire) à Saint-Charles-Borromée) et le Pavillon Vert-Demain (primaire) à Saint-Paul.

« Je ne peux pas croire qu’on en soit arrivés là. On ne peut pas tolérer ça, comme société. Ce sont de nos enfants dont il est question, de leur santé et de leur bien-être! », a poursuivi Véronique Hivon.

Elle exhorte le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, ainsi que la ministre responsable de la région de Lanaudière, Lise Thériault, d’agir rapidement et de présenter un plan d’action pour régler cette problématique.

« Et malgré tout, le gouvernement a choisi de retirer 670 M$ du réseau de l’éducation du Québec en baissant la taxe scolaire, alors que les besoins sont multiples et urgents et qu’on le voit ici dans Joliette, le déficit d’entretien des établissements scolaires nécessite des investissements majeurs. Ça ne pourra pas se faire si les budgets sont amputés! », souligne-t-elle, ajoutant que « la CAQ promet de faire encore pire; elle veut piger 1,4 G$ dans ce même budget. C’est inconcevable et irresponsable. »

Elle a aussi déploré que la région de Lanaudière soit encore victime d’une iniquité de traitement. « Lors de la dernière annonce gouvernementale pour des investissements en infrastructures scolaires, Lanaudière a eu droit à 4,7% du budget total, alors qu’on représente 6% de la population et que notre taux de croissance démographique est 1,25 fois celui du Québec. La proportion de l’investissement reçue ne correspond pas à notre poids démographique. Ce n’est pas équitable », a précisé Véronique Hivon.

« L’éducation, ça devrait être la priorité permanente de la nation. Il est inacceptable qu’en 2018, au Québec, on ait des écoles qui tombent en ruine. Avec le Parti Québécois au gouvernement, la rénovation des écoles sera au cœur des priorités, et les budgets consacrés à l’éducation, à la famille et à la protection de la jeunesse seront protégés des coupes. Ça suffit, de jouer à la loto avec l’avenir de nos enfants. Nous adopterons une loi bouclier qui assurera que l’éducation soit toujours financée à hauteur des besoins du réseau. La réussite de chacun, de tous les enfants de Joliette, c’est le projet collectif du Parti Québécois », a-t-elle conclu.

 

 

Courtoisie

C’est devant une salle remplie de militant(e)s et sympathisant(e)s gonflés à bloc que se tenait récemment l’assemblée générale annuelle du Parti Québécois de Joliette. En présence de la députée et vice-cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, qui a galvanisé l’assistance avec un discours enflammé, l’exécutif de circonscription présidé par Thérèse Chaput a tracé le bilan de la dernière année et mis la table pour la prochaine, en vue de laquelle toute l’équipe s’active déjà depuis plusieurs mois à planifier et à préparer.

Le Parti Québécois de Joliette tournait ainsi la page sur une autre année fructueuse et très dynamique, avec des objectifs de la campagne de financement fracassés - atteints à 158% -, la tenue de la 2e édition du Souper de la députée et la présence active de l’équipe sur le terrain. « Notre machine est bien huilée et elle est en marche », a mentionné Thérèse Chaput, qui a également rappelé un autre fait saillant de la dernière année : « Un moment très important, est la nomination de notre députée, Véronique Hivon, comme vice-cheffe de notre formation politique en janvier dernier. Ça ne s’était jamais vu. C’est une grande marque de confiance, et cela témoigne de toute l’appréciation pour Véronique et son travail. Nous avons vraiment beaucoup de chance à Joliette d’être représentés par une femme comme elle, qui est là pour les bonnes raisons, qui travaille pour le monde, toujours dans le meilleur intérêt des gens », a souligné Thérèse Chaput, avant de céder la parole à la députée de Joliette.

« Cette élection sera charnière. Les gens auront un choix très clair à faire. Celui de poursuivre avec l’austérité, moins de services, d’autres hausses de tarifs, ou celui d’opter pour un État fort, au service des gens. Un État fort, ce que ça veut dire, c’est mieux d’État, un État souple et efficace, pour avoir accès à des soins de santé, des écoles saines pour nos enfants, des services de garde de qualité, du soutien et des ressources pour nos aînés. J’ai confiance que nous allons remplacer le gouvernement libéral par un gouvernement du Parti Québécois, un gouvernement humain et responsable, qui place toujours les intérêts des gens en premier et qui veut aussi offrir aux Québécois tous les moyens d’aller au bout de leurs ambitions, en ayant leur pleine liberté politique! », a-t-elle lancé, chaleureusement applaudie. « Nous, on ne veut pas le pouvoir pour le pouvoir. On est là pour transformer le Québec, comme on l’a fait auparavant. On est là pour travailler pour que le Québec et les Québécois puissent se développer à leur plein potentiel. On est là pour répondre aux besoins concrets des gens, pour leur famille, leur santé, pour l’éducation de leurs enfants », a-t-elle insisté.

La députée de Joliette a terminé son allocution en décochant quelques flèches à l’endroit du Parti libéral et de son émule, la CAQ : « Les libéraux ont installé l’austérité pendant trois ans et à la veille des élections, ils lancent quelques bonbons électoraux: c’est épouvantable de cynisme! Qui subventionne ces baisses d’impôts? Ce sont les enfants en difficulté, les aînés dont on a coupé le soutien à domicile, les familles qu’on a étouffées, qui manquent de temps et d’argent. Et, de voir la CAQ qui se targue d’être l’original des idées des libéraux, qu’elle accuse de copier ses idées, ne fait que confirmer la proximité de ces deux partis fédéralistes de droite. Je me fiche de savoir qui est l’original et qui est la copie, je me fiche de savoir qui a proposé la mauvaise idée en premier. Nous, au Parti Québécois, on veut le meilleur, on veut proposer les meilleures idées pour améliorer la vie des Québécois! », a-t-elle conclu.

Enfin, l’assemblée a élu son exécutif, qui continuera d’allier expérience et renouveau, avec ses piliers, et des recrues arrivées au cours des derniers mois qui font déjà leur marque. Mme Chaput a par ailleurs mis en relief la belle alliance des générations au sein du conseil et la parité en matière de représentation hommes-femmes.

 

 

Photo Courtoisie

Afin de rendre les déplacements plus sécuritaires et d'améliorer la qualité de vie des victimes de la route de la région de Lanaudière, le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 866 334 $ à différents organismes pour réaliser un total de six projets de sécurité routière.

La ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Mme Lise Thériault, a annoncé aujourd'hui au nom du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, M. André Fortin, les montants accordés aux organismes de la région par l'entremise du Programme d'aide financière du Fonds de la sécurité routière, dans lequel sont versées toutes les sommes perçues à la suite des infractions détectées par les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges.

 « Je salue tous ces organismes qui ont à cœur de trouver des solutions efficaces et innovantes pour atteindre ces objectifs qui nous réunissent. Les actions menées par celles et ceux qui composent avec des enjeux liés à la sécurité routière sont indispensables pour permettre de diminuer le nombre d'accidents sur les routes et les rues des municipalités de notre région», a déclaré par voie de communiqué, le 17 mai,  Lise Thériault, ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation.

« L'amélioration du bilan routier du Québec passe non seulement par des infrastructures sécuritaires et l'adoption de comportements responsables, mais également par une plus grande conscientisation de tous les milieux pour rendre nos routes plus sécuritaires. Nos investissements permettent de soutenir des initiatives qui contribueront concrètement à atteindre nos objectifs en matière de sécurité routière », a souligné André Fortin, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports.

Faits saillants

- Le Fonds de la sécurité routière a été créé dans le cadre de la Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d'inaptitude (devenu le chapitre 40 des lois de 2007). Toutes les sommes et tous les frais perçus pour des infractions signifiées à la suite de la prise d'une photographie par un appareil de contrôle automatisé sont versés au Fonds et ne peuvent servir qu'au financement de mesures ou de programmes de sécurité routière ou d'aide aux victimes de la route (RLRQ, chapitre M-28).

- Le Programme d'aide financière du Fonds de la sécurité routière vise à contribuer à améliorer le bilan routier du Québec en soutenant financièrement la réalisation de mesures ou de programmes de sécurité routière ou d'aide aux victimes de la route dans les domaines suivants :

  - la sensibilisation, la prévention, l'éducation ou la formation;

  - la recherche et l'expérimentation;

  - l'aménagement d'infrastructures;

  - l'acquisition ou la location d'équipements.

- Ce programme est doté d'une enveloppe de 30 millions de dollars jusqu'au 31 mars 2019.

- Un nouvel appel à projets a été lancé le 8 mai 2018. Les organismes admissibles pourront présenter leur demande en remplissant le formulaire du Programme d'aide financière du Fonds de la sécurité routière, accessible sur le site Web du Ministère.

- Un comité consultatif a été mis en place et il a le mandat de conseiller le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports quant à l'utilisation des sommes versées au Fonds, notamment en ce qui a trait à l'aide financière accordée en vertu du programme d'aide financière.

- Ce comité est formé de sept membres de la Table québécoise de la sécurité routière, soit un membre de :

  - la Fédération des transporteurs par autobus;

   - la Fédération québécoise des municipalités;

   - l'Association canadienne des automobilistes (CAA-Québec);

   - l'Office des personnes handicapées du Québec;

   - l'Union des municipalités du Québec;

   - la Ville de Québec;

   - l'Association des directeurs généraux des municipalités du Québec.

La Ville de Montréal participe également à ce comité à titre d'observateur.

Des représentants de la Société de l'assurance automobile du Québec et du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports accompagnent le comité consultatif et soutiennent ses travaux.

 

Photo courtoisie

 

Plus de 150 personnes ont participé à la grande Veillée littéraire «  Paroles et chansons d’indépendance », le 18 mai dernier au Pavillon l'Envol à Joliette.

Cette soirée était organisée par le Parti Québécois de Joliette. Elle regroupait plusieurs personnalités dont la députée de Joliette à l’Assemblée Nationale, Véronique Hivon;  Jean-Martin Aussant et les artistes Marie-Joanne Boucher, Salomé Corbo, et Yves-Lambert.

L’évènement a connu un franc succès, tous les billets avaient été vendus.  « Nous avons même eu des demandes pour tenir d’autres soirées similaires », a mentionné Mme Hivon. « On nous dit souvent que l'on ne parle pas assez souvent de l'indépendance. Cette soirée a été organisée avec l’objectif d’en parler de plusieurs manières et de façon festive, avec des textes et avec des chansons », a-t-elle ajouté.

envol, Joliette, Véronique Hivon

« L'objectif de cette soirée est de réunir au tour de cette idéal commun. Pour cette cause commune qui est notre liberté pour la nation Québécoise, qui est l'indépendance. C’est important plus que j'aimais », souligne la vice-cheffe du Parti Québécois.  

Pour Véronique Hivon, des gens de tous les horizons étaient présents à cet évènement.  « On retrouve des membres du Parti Québécois et des artistes. On est tous ici pour une même cause. C’est important de faire passer comme message à travers les textes, les chansons et aussi avec un peu d’humour que l’indépendance est une chose plus qu'importante. On se doit de continuer à travailler pour cette cause », affirme la députée de Joliette.

Pour cette soirée, les concepteurs de cette soirée ont  utilisé des textes et des chansons qui existent déjà dont ceux de Félix Leclerc, Gaston Miron, Loco Locass, Rock et Belles Oreilles,  etc.

« On aimerait que les gens qui sont ici ce soir se réapproprie la cause de l'indépendance. Il faut arrêter d'avoir peur dans la vie et foncer et aller au bout de nous-mêmes. Comme nation et comme peuple, il faut se dire oui à nous-mêmes en disant oui haut et fort à l'indépendance. C’est ce que nous voulons que les gens retiennent », de conclure Véronique Hivon.

Jean-Martin Aussant

Pour Jean-Martin Aussant, qui a effectué un retour au Parti Québécois dans les dernières semaines, il n’existe pas d'échéancier idéal pour l'indépendance advenant l’accession au pouvoir par le PQ.

 envol , Joliette, Véronique Hivon

« On la fera quand on sera prêt. On doit mettre sur pied un secrétariat d'études afin de faire la mise à jour des études sur la souveraineté. On doit aussi faire un peu de ménage puisque le Parti Libéral du Québec a été au pouvoir durant 15 ans », a déclaré M. Aussant en entrevue au Lanaweb.

Il ajoute cependant qu’un gouvernement du Parti Québécois devra réparer les dommages causés par les décisions antérieures

« Les Québécois sont prêts pour l'indépendance. Il y a 200 pays dans le monde qui l’ont fait, pourquoi on ne le ferait pas nous aussi », a conclu celui qui sera candidat pour le Parti Québécois dans Pointe-aux-Trembles lors de l’élection du 1er octobre prochain.

Courtoisie

La ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, s’inquiète de la volonté des oppositions de réformer le mode de scrutin qui mènera à l’abolition de trois circonscriptions dans la région de Lanaudière, diminuant ainsi son poids politique à l’Assemblée nationale.

Rappelons que le 9 mai dernier, les partis d’opposition se sont engagés à déposer un projet de loi dès la première année de leur mandat respectif, faisant passer le nombre de circonscriptions de 125 à 75. Ainsi, la proposition de la CAQ et du PQ éliminera 50 circonscriptions électorales pour les remplacer par des sièges qui seraient déterminés à l’aide d’une liste choisie par le parti politique. Ceux-ci seraient regroupés en huit régions, ce qui représente un nombre considérable d’électeurs et couvriraient des territoires immenses.

 « La réforme proposée éradiquerait trois circonscriptions sur sept dans la région de Lanaudière, ce qui affecterait la capacité du député à bien défendre les intérêts de ses citoyennes et citoyens. Dans ces circonstances, les partis d’opposition doivent être transparents, en informant la population des détails qu’entrainerait une telle réforme. Ils doivent renseigner les gens, pas seulement se limiter à des suppositions, car c’est un enjeu fondamental pour la représentation de notre région à l’Assemblée nationale.  »  déclare Mme Lise Thériault, ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation

 « À première vue, cette proposition affecterait de façon importante la représentation des régions à l’Assemblée nationale. Les oppositions ont la responsabilité d’être transparentes et de jouer franc-jeu avec les électeurs. Elles doivent aller sur le terrain, auprès des maires, des préfets, des citoyens pour leur dire clairement quelles seront les circonscriptions électorales qui seraient abolies ou fusionnées. Ce que l’on constate aujourd’hui, c’est que seul le Parti libéral du Québec défendra toutes les régions du Québec. » a souligné Mme Kathleen Weil, ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques et ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise

Photo Courtoisie

Le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 465 000 $, répartie entre les MRC D'Autray, de Montcalm, de Matawinie et de Joliette pour exploiter un service de transport collectif sur leur territoire.

Elles recevront respectivement 200 000 $, 125 000 $, 75 000 $ et 65 000 $. Ces sommes proviennent du Fonds vert ainsi que du Fonds des réseaux de transport terrestre.

La ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, en a fait l'annonce au nom du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, M. André Fortin, et de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Mme Isabelle Melançon. L'aide accordée couvrira une grande partie des dépenses d'organisation et d'exploitation des services de transport collectif.

« Ces mesures prises dans le but de soutenir le transport collectif seront bénéfiques pour les utilisateurs et pour l'ensemble des citoyens de la région de Lanaudière. Afin de participer à la vitalisation des communautés, il devient essentiel d'offrir des options pour permettre aux personnes qui ne possèdent pas de voiture d'accéder aux services, notamment en matière de santé et de loisirs, de même qu'aux lieux d'emploi et d'éducation », a déclaré, par voie de communiqué, le 22 mai, Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

Cette aide s'inscrit dans le cadre du volet II - Aide financière au transport collectif régional du Programme d'aide au développement du transport collectif découlant du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques. Le maintien des services de transport collectif permettra de contribuer au développement socioéconomique de la région tout en favorisant les actions de lutte contre les changements climatiques menées par le gouvernement.

« Cette annonce confirme l'importance pour le gouvernement d'offrir à la population des services de transport en commun de qualité et ce, partout au Québec. Nous sommes fiers d'aider les communautés qui encouragent par leurs actions la mobilité des usagers et qui souhaitent mettre en place des initiatives concrètes visant à réduire les effets de nos modes de transport sur l'environnement », a souligné André Fortin, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports.

« Il est urgent de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, principalement dans le secteur des transports, qui est responsable à lui seul de près de 42 % des émissions totales du Québec. Les investissements annoncés aujourd'hui, qui s'inscrivent dans la mise en œuvre de notre Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques, engendreront de multiples bénéfices pour les individus et les communautés. Un système de transport collectif accessible et efficace contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et constitue un outil de développement économique et social majeur pour le Québec et ses municipalités », a précisé Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Faits saillants :

- Le Programme d'aide au développement du transport collectif était doté d'un budget global 159 millions de dollars pour l'année 2017.

- Près de 140 millions de dollars de son financement, en 2017, provenaient du Fonds vert, dans le cadre de l'action 13.7 du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone.

- À cela s'ajoutait une somme de 19 millions de dollars provenant du Fonds des réseaux de transport terrestre annoncée dans le budget 2017-2018 pour accroître l'aide à l'amélioration des services de transport en commun et majorer l'appui au transport collectif régional.

- Le Programme d'aide au développement du transport collectif permet, entre autres, le développement du transport collectif régional par les instances municipales ainsi que le soutien au transport interurbain par autobus et aux transporteurs privés.

- Le Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques vise à contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % sous leur niveau de 1990 d'ici 2020 et à améliorer la résilience de la société québécoise à l'égard des impacts des changements climatiques.

Photo courtoisie

La grande « Veillée littéraire : paroles et chansons d’indépendance » organisée par le Parti Québécois de Joliette se tiendra à guichet fermé. Tous les billets pour l’événement qui réunira ce vendredi le 18 mai sur la scène de l’Envol à Joliette nuls autre qu’Alexandre Belliard, Marilyn Bastien, Marie-Joanne Boucher, Salomé Corbo, Yves-Lambert, Nathalie Leclerc, Jean-Martin Aussant et l’hôte de la soirée, la députée de Joliette Véronique Hivon, se sont envolés en l’espace de quelques semaines! 

« On s’attendait à ce qu’il y ait de l’intérêt, mais on ne pensait pas qu’à une semaine de l’événement, tous les billets seraient déjà écoulés! », s’exclame Véronique Hivon, qui ne cache pas son enthousiasme à l’approche de la soirée. « Ce sera vraiment un bel événement. On voulait organiser quelque chose de rassembleur, accessible, pour parler d’indépendance dans une ambiance festive et conviviale, et les gens ont répondu ‘’présent’’! Voilà une autre démonstration, contrairement à ce que certains essaient de faire croire, que l’indépendance est une idée bien vivante et vibrante », souligne-t-elle, saluant au passage le travail colossal réalisé par l’équipe qui a œuvré à la conception et à l’organisation de l’événement. 

Les deux principaux artisans, Anick DesRosiers, responsable de la mise en scène, et Daniel Samson, chargé du volet musical, n’ont pas compté leurs heures pour faire de cette soirée un succès et réunir la belle brochette d’invité(e)s qui défileront sur scène vendredi. « Toutes les personnes que nous avons approchées ont accepté très rapidement lorsqu’on leur présentait le concept et le thème, il y a même des gens qui ont levé la main par eux-mêmes, lorsqu’ils en ont entendu parler, pour être là! », se réjouissent-ils. Les organisateurs promettent « une soirée à la fois rythmée et inspirante, qui appelle à l’action et à la réflexion, avec de belles surprises. » 

Pour la présidente du conseil exécutif du Parti Québécois de Joliette, Thérèse Chaput, l’organisation de cette activité et la rapidité avec laquelle les places se sont envolées sont le signe de la vitalité de la formation politique et du mouvement souverainiste dans la région. « On a un exécutif très dynamique qui travaille fort pour rapprocher la politique des gens, une députée – la plus populaire au Québec! - très présente dans la circonscription et active sur la scène nationale, qui défend avec passion et conviction les intérêts des gens de Joliette et ceux de tous les Québécois et Québécoises. Alors oui, on peut dire que le Parti Québécois de Joliette a une équipe solide, travaillante et des racines profondes dans la circonscription! », énonce-t-elle. 

La députée de Joliette espère en outre que la Veillée du 18 mai attirera des indépendantistes, certes, mais aussi des gens « qui ne sont pas nécessairement indépendantistes ». « Parce que, poursuit-elle, le pays du Québec, nous voulons le construire avec tout le monde : avec les convaincus des premières heures comme avec ceux qui le sont depuis moins longtemps, avec ceux et celles qui étaient trop jeunes pour voter au référendum de 1995, avec les sceptiques qui ne le sont pas encore mais qui le deviendront et avec ceux qui ne le seront jamais parce qu’ils ont tout simplement d’autres convictions. Mais tous seront les fondateurs du pays. Et je pense que la soirée de vendredi contribuera à nourrir la flamme de plusieurs! », de conclure la députée de Joliette. 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.