Photo Courtoisie

La ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, confirme, au nom de la vice‑première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, l'attribution d'une aide financière de 243 030 $ à Buffet accès emploi pour lui permettre d'agrandir son bâtiment actuel afin d'accroître sa production et de proposer de nouveaux services aux jeunes qui désirent se spécialiser davantage dans le domaine de la restauration.

Le projet, évalué à 1 050 000 $, a été retenu à l'occasion du 3e appel de projets lancé à l'automne 2017 dans le cadre du Programme d'immobilisation en entrepreneuriat collectif (PIEC).

« L'économie sociale fait partie intégrante du plan gouvernemental pour la relance de l'emploi et de l'économie. Par l'entremise du Plan d'action gouvernemental en économie sociale 2015-2020, nous poursuivons et renforçons notre soutien à ce réseau d'entreprises reconnues pour leur capacité à cerner les besoins émergents et à répondre de façon adaptée aux aspirations des collectivités. Le Programme d'immobilisation en entrepreneuriat collectif s'avère ainsi un levier financier essentiel à leur pérennité » , a déclaré par voie de communiqué, le 20 juin,  Dominique Anglade, vice-première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique.

 « Dans toutes les régions du Québec, il y a des gens qui ont la volonté d'entreprendre et de réussir collectivement. C'est pourquoi notre gouvernement est très actif depuis de nombreuses années dans le développement de l'économie sociale. Je salue aujourd'hui l'initiative de cette entreprise. Son projet porteur se traduira par une croissance régionale qui aura sans contredit des retombées bénéfiques pour la population», a pour sa part souligné  Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

Fait saillant

Le PIEC est un programme d'aide financière mis à la disposition des entreprises d'économie sociale qui souhaitent rénover, construire ou acquérir un bâtiment pour le développement de leurs affaires et de leur offre de services. Doté d'une enveloppe globale de 20 millions de dollars sur 5 ans, laquelle est attribuée sous forme de contributions financières non remboursables pouvant atteindre 500 000 $, le PIEC constitue l'une des mesures phares du Plan d'action gouvernemental en économie sociale 2015-2020.

Photo Courtoisie

La ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation,  Mme Lise Thériault, a procédé, le 28 juin, au bilan des réalisations gouvernementales des dernières années.

 « Rappelons-nous d’où nous partions en 2014. Les finances publiques étaient en désordre, nous étions dans une spirale de déficits et le développement économique était à son plus faible. J’ai abordé ce mandat avec une seule obsession : améliorer la vie des gens, sortir le Québec du pessimisme, redonner espoir et montrer que nous sommes capables de réussir. Aujourd’hui, nos rêves et nos ambitions sont à nouveau à notre portée, et ce, pour toutes les générations. J’invite toutes celles et tous ceux qui le veulent à venir nous rejoindre. Le nouveau Québec que nous bâtissons, c’est celui que vous habiterez et que vous dirigerez », a déclaré le premier ministre Philippe Couillard.

L’économie au centre de l’action du gouvernement

La ministre responsable de la région de Lanaudière a insisté sur le fait que, dès 2014, le ménage a été fait dans les finances publiques et que plusieurs gestes ont été posés pour soutenir les entreprises. Il n’y a qu’à penser à l’allègement de leur fardeau fiscal, à l’importance accordée aux nouvelles technologies, à la modernisation, au numérique ainsi qu’à l’innovation et au dévoilement de stratégies et de politiques ambitieuses comme la Stratégie maritime et la Politique bioalimentaire.

Elle a soutenu que ces gestes font qu’aujourd’hui, l’économie québécoise tourne à plein régime : la croissance économique est la plus forte des dix-huit dernières années, ce sont près de 18 700 emplois qui ont été créés dans la région de Lanaudière, le taux de chômage se situe à 5,9 %, comparativement à 7,9 %, en 2014 et la croissance des salaires la plus importante, au Canada, est au Québec.

Dans la région, plus de dix annonces majeures ont été effectuées au cours des derniers mois. À titre d’exemple, mentionnons :

- Investissements de 312 M$ pour moderniser l’usine Bridgestone de Joliette;

- Investissements de 55 M$ chez Produits Kruger à Crabtree;

- Investissements de 13,2M$ pour la relance des activités du complexe industriel forestier de Saint-Michel-des-Saints;

- Investissements Québec-Ottawa de 6,2M$ afin d’appuyer le projet de construction d’une salle de spectacle à Repentigny;  

- Investissements de plus de 100M$ pour la construction d’écoles et d’ajout de classes dans la région de Lanaudière dont à Saint-Lin, à Mascouche, à Rawdon et à Saint-Charles-Borromée;

- Investissements sans précédent pour le maintien en bon état et la réhabilitation des établissements scolaires sur tout le territoire lanaudois dont près de 54M$ pour 2018-2019;

- Investissements de près de 20M$ pour améliorer les services de première ligne ainsi que les services spécialisés du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière (CISSS);

- Investissements de plus de 7M$ pour brancher 3 522 foyers de Lanaudière à Internet haut débit, dans le cadre du Programme Québec branché;

- Investissements de 22,4M$ pour la réalisation de huit projets qui amélioreront les réseaux d'aqueduc et d'égout dans la région de Lanaudière;

- Inauguration de la plus importante usine de transformation de biogaz en biométhane au Canada, située à Terrebonne;

- Entente visant à établir un régime particulier de protection de la jeunesse pour les membres des communautés de Manawan;

- Intensification de la couverture ambulancière à Saint-Michel-des-Saints et mise en place d’un service ambulancier à Manawan.

Agir sur les priorités des Québécoises et des Québécois

La ministre, Mme Lise Thériault, a rappelé qu’il y a maintenant moins de Québécoises et de Québécois dans la pauvreté, que les temps d’attente en santé sont à la baisse, que plus d’enseignants et de professionnels s’occupent de la réussite des jeunes dans les écoles et que le gouvernement investit comme jamais dans la mobilité durable et la culture, tout en diminuant les impôts.

Concrètement, dans la région, cette réalité se reflète par des investissements de plus de 100M$ dans la construction d’infrastructures scolaires et près de 20M$ pour l’équité interrégionale en santé.

Mme Thériault a souligné que son gouvernement a aussi procédé à la plus grande décentralisation des pouvoirs vers les municipalités dans l’histoire du Québec, tout en donnant à celles-ci de nouveaux moyens financiers pour assurer leur développement.

Le Fonds d'appui au rayonnement des régions en est un bel exemple. Plus de 20 M$ sur 5 ans ont été consacrés au développement de projets dans la région de Lanaudière, dont près de 8 M$ pour les projets sélectionnés dans les deux premières vagues.

 « Nous pouvons être fiers du chemin que nous avons parcouru ensemble. Nous avons su rétablir un environnement stable qui a permis la relance de notre économie. Nous avons des exemples concrets de nos efforts dans notre belle région. Sans cet élan économique, nous serions encore à l’heure des choix difficiles. Nous devons continuer nos efforts car la situation demeure fragile. Le monde change, et les défis et les enjeux sont grands. Il ne faut donc pas baisser les bras et continuer sur notre lancée. », a affirmé la ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Mme Thériault.

Encore des défis à relever

La ministre Lise Thériault a insisté sur le fait que les décisions de Donald Trump sont une menace autant pour la stabilité économique du Québec que pour les travailleurs, les entrepreneurs et les agriculteurs. Elle a réitéré avec force qu’elle va toujours défendre ces derniers avec détermination. Elle a également mentionné que le Québec devait faire face au défi de la pénurie de main-d’œuvre et que, sans l’apport de nouveaux travailleurs, ce sont les emplois actuels qui seront menacés. Elle a précisé que la réponse à ces défis ne peut pas être la fermeture des frontières ni le rejet de l’autre.

 « Nous sommes dans un monde où les alliés d’hier peuvent représenter aujourd’hui une menace pour nos entreprises et nos travailleuses et travailleurs lanaudois et ce dans chacune des régions du Québec. Le 1er octobre prochain, ne brisons pas l’élan économique du Québec. J’invite les Québécoises et les Québécois à miser sur une équipe solide qui a fait ses preuves », a conclu la ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Mme Lise Thériault.

Photo Courtoisie

Le député de Berthier et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture et d’alimentation, M. André Villeneuve, a dressé le bilan de la dernière session parlementaire.

Santé

Les deux médecins Philippe Couillard et Gaétan Barrette nous ont embarqués dans une hausse de 38% de la rémunération des médecins sur les 10 dernières années, ce qui fait que sur chaque 4$ nouveau qu’on a mis en santé, il y en a 3$ qui sont allés dans la poche de 20 000 médecins. «  C’est une des pires décisions de finances publiques qu’on ait prises dans ce siècle-ci », selon M. Jean-François Lisée. « Les milliards annoncés doivent être investis d’urgence en soutien à domicile et en soins de proximité pour tous les Québécois. Dès notre arrivée au pouvoir, nous gèlerons la rémunération des médecins. Nous donnerons une réelle autonomie aux 200 000 professionnels en santé, notamment les infirmières et les pharmaciens; nous allègerons la charge de travail des infirmières et des préposés aux bénéficiaires; nous ouvrirons un réseau de cliniques d’infirmières spécialisées, notamment en CLSC, qui seront ouverts le soir et les fins de semaine; nous mettrons l’accent sur la prévention, la santé publique et les saines habitudes de vie; bref, nous viserons une nation en forme; nous soutiendrons les organismes communautaires, notamment dans le milieu de la  santé », a déclaré le député de Berthier.

°Ajout d’une ambulance à Saint-Michel-des-Saints : un gain pour la circonscription

« Il y aura enfin une augmentation de la couverture ambulancière à Saint-Michel-des-Saints et Manawan après 15 ans de concertation régionale pendant laquelle préfets, élu(e)s, services ambulanciers, le CISSS de Lanaudière et la population se sont mobilisés. Le gouvernement du Québec a annoncé, le 29 mars, un investissement de 2 millions$ pour augmenter les ressources. En effet, ce dossier traînait depuis plusieurs années. J’ai donc organisé un point de presse le 19 mars, auquel ont participé les député(e)s du Parti Québécois de Lanaudière, les élu(e)s municipaux, les représentants et employé(e)s des services ambulanciers. Le message a été clair et la pression sur le gouvernement a permis d’obtenir ces ressources vitales pour ce secteur de la circonscription.  Par contre, le travail n’est pas complété dans le secteur de Saint-Gabriel. Comme nous le savons, les besoins sont criants et le gouvernement n’a pas bougé. Il faut s’assurer de la sécurité des citoyens. Par ailleurs, le retrait de l’équipe de renfort en 2008 par les libéraux demeure un véritable mystère », souligné le député de Berthier.plus de 15 ans de concertation régionale pendant laquelle préfets, élu(e)s, services ambulanciers, le CISSS de Lanaudière et la population se sont mobilisés pour obtenir une couverture ambulancière qui réponde à la réalité du milieuplus de 15 ans de concertation régionale pendant laquelle préfets, élu(e)s, services ambulanciers, le CISSS de Lanaudière et la population se sont mobilisés pour obtenir une couverture ambulancière qui réponde à la réalité du milieu

Éducation

L’austérité libérale des dernières années a fait très mal en éducation, pour la famille et la protection de la jeunesse. Pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise,  le Parti Québécois a déposé lors de cette session, le projet de loi 1191, la Loi établissant un bouclier de protection budgétaire des services à l’éducation, à l’enfance et à la protection de la jeunesse. « Avec l’adoption de tel projet de loi, les budgets seraient désormais couverts par une loi-bouclier », a précisé M. Villeneuve.

°Infrastructures

Quant aux infrastructures, Lanaudière recevra 4,7% du budget pour 6% de la population, en considérant également que le taux de croissance démographique est 1,25 fois celui du Québec. Selon le député de Berthier, il y a une iniquité manifeste. « Dans Berthier, il y a 34 écoles. Selon le document obtenu par la loi de l’accès à l’information, 27 des 34 écoles sont soit en très mauvais état ou en mauvais état. « À cet égard, nous avons déposé une motion qui se lit comme suit : « Que l’Assemblée nationale demande aux partis politiques de s’engager à rénover toutes les écoles présentant un déficit d’entretien, et ce, avant de procéder à une baisse de la taxe scolaire. Croyez-le ou non, les libéraux et caquistes ont voté contre! », a précisé M. Villeneuve.

°CPE

« En ce qui concerne les CPE, la dernière étude à l’instar des précédentes démontre encore une fois qu’ils sont les lieux par excellence pour le développement optimal de nos tout petits. Nous reviendrons donc au tarif universel de 8,05$ par jour pour le premier enfant, et nous réduirons de moitié le coût pour un deuxième, à 4$ par jour, en plus d’instaurer la gratuité pour le troisième. La CAQ privilégie un modèle d’affaires et les libéraux ne croient pas aux CPE. Quant à nous, nous allons renforcer les CPE et soutiendrons les familles en abolissant la« taxe famille » des libéraux », a expliqué le député de Berthier.

Économie et immigration

°Paradis fiscaux

Le Parti Québécois s’est engagé à lutter contre les paradis fiscaux afin que tout le monde fasse sa juste part équitablement.

°Entrepreneur

Le Parti Québécois a déposé un document lors de cette session, intitulé Un état fort au service des entrepreneurs. Entre autre mesures, on y retrouve un allègement certain de la bureaucratie.

°Immigration

Afin d’atténuer la pénurie de main-d’œuvre, le Parti Québécois s’assurera que 25% des immigrants s’installeront en région. Pour favoriser leur intégration à la société d’accueil, 100% devront maîtriser un français intermédiaire.

Agriculture

°Gestion de l’offre

Le Parti Québécois a voulu déposer une motion à l’Assemblée nationale qui se lit comme suit : « Que l’Assemblée nationale affirme avec force son refus de ratifier tout accord international concédant une augmentation des quotas d’importation de produits laitiers, ainsi que de tous autres produits sous gestion de l’offre.»  « Le Parti libéral et la CAQ ont refusé de nous appuyer. Résultat : la motion n’a pas été adoptée! Voilà qui en dit long sur les priorités de la CAQ et des libéraux en agriculture! », a soutenu M. Villeneuve.

°Taxes foncières agricoles

« La position du Parti Québécois à cet effet est très claire. Nous abolirons le plafond de 5% imposé par les libéraux, et ce, temps et aussi longtemps qu’une entente ne soit conclue entre le gouvernement, les municipalités et les agriculteurs. En clair, il est hors de question que les agriculteurs fassent les frais de l’indifférence des libéraux », a affirmé le député de Berthier.

En circonscription

On ne peut faire un bilan sans passer sous-silence le travail effectué au bureau de circonscription.  Pour le député, c’est le point d’encrage avec la population. « Plus de 300 demandes d’accompagnement ont été reçues au bureau de circonscription depuis le mois de janvier. Le personnel de mon bureau intervient auprès de tous les ministères pour accompagner citoyennes, citoyens, organismes et municipalités. J’ai eu aussi le privilège de faire une multitude de rencontres ainsi que de nombreuses représentations lors d’événements. Savoir écouter, discuter pour mieux connaître les besoins afin de pouvoir intervenir de la meilleure façon possible au Parlement et dans la circonscription », a expliqué M. Villeneuve.

°Agriculteurs et inondations de 2017

Près d’un an plus tard, le dossier n’est toujours pas réglé et les agriculteurs attendent toujours des indemnisations.  « J’ai interpellé le ministre Laurent Lessard le 23 avril dernier en compagnie de l’UPA Lanaudière. Je suis revenu à la charge auprès du ministre au Parlement lorsque je lui ai remis les noms et coordonnées des agriculteurs touchés dans Berthier. Suite aux multiples interventions que j’ai faites, le ministre a enfin daigné poser un geste en faveur de nos agriculteurs. En mai dernier, le ministre a donc expédié une lettre à son homologue fédéral afin qu’il déclenche le programme Agri-Relance qui permettrait de venir en aide aux agriculteurs sinistrés. Je poursuivrai mon suivi constant », a déclaré M.Villeneuve.

°Sous-investissements pour le réseau routier de Lanaudière

Lors de l’annonce du budget pour Lanaudière, le ministre a admis candidement qu’il y avait un rattrapage à faire dans Lanaudière. C’est donc dans un élan de cohérence absolu, qu’il a annoncé le plus bas d’investissements depuis les cinq dernières années!

Le gouvernement libéral a accordé 133 millions$ pour le réseau routier de Lanaudière dans sa programmation 2018-2020. Le député de Berthier trouve déplorable que les engagements financiers ne reflètent pas les besoins de la région. « Il y a des ponts et des routes dans Berthier qui attendent d’être réparés.  Alors pourquoi les investissements sont au plus bas? Pour la période 2013-2015, les investissements étaient de 159 millions$; 2014-2016 171 millions$; 2015-2017 162 millions$; 2016-2018 135 millions$; 2017-2019 160 millions$ », s’interroge le député de Berthier.

La population aura un choix à faire

« La dernière session parlementaire nous a prouvé que le CAQ marche dans les mêmes traces que les libéraux. Pour le Parti Québécois, il est hors de question de suivre ce chemin. C’est pourquoi nos propositions , notamment en santé, en éducation, en économie, en immigration, sur la langue, en culture, en matière de famille et des aînés et en agriculture, sont d’abord et avant tout axées sur la qualité et l’accessibilité. C’est donc avec fierté en enthousiasme, qu’au cours des prochaines semaines et prochains mois,  j’irai à la rencontre des gens afin d’échanger avec eux et de leur présenter nos propositions, » a conclu le député de Berthier.

Photo Courtoisie

Les députés lanaudois du Parti Québécois, André Villeneuve (Berthier), Véronique Hivon (Joliette), Nicolas Marceau (Rousseau) et Mathieu Traversy (Terrebonne), dénoncent l’abandon des aînés par le gouvernement libéral.

Alors qu’une récente évaluation du Conseil du trésor démontre que la moitié des CHSLD de la région sont en mauvais ou très mauvais état, le Parti Québécois exige que la situation soit rapidement corrigée et que nos aînés puissent résider dans des lieux sécuritaires, agréables et recevoir des services de qualité.

 « Nous avons fait un extraordinaire travail au Québec sur la question de mourir dans la dignité. Il faut maintenant nous doter d’un vrai plan pour vivre dans la dignité. On est rendus là. Un gouvernement du Parti Québécois tiendra des États généraux sur les conditions de vie des personnes aînées au Québec et formera des équipes d’infirmières et de pharmaciens en CHSLD. Nous allons prendre soin de nos aînés et nous ne les laisserons pas vivre dans des centres qui sont gravement négligés, voire abandonnés », a affirmé la députée de Joliette et vice-cheffe, Véronique Hivon.

« Près du quart des CHSLD au Québec sont en mauvais ou en très mauvais état, mais dans Lanaudière, c’est pire! 50% de nos établissements ont un besoin urgent d’être rénovés. Les libéraux ont abandonné nos aînés. Le gouvernement a octroyé seulement 90 M$ en 2 ans pour l’ensemble du Québec; c’est insuffisant pour ramener ces établissements vétustes à un niveau satisfaisant. Pour nous, la qualité de vie de nos aînés doit être une priorité », a poursuivi le député de Berthier, André Villeneuve.

« Les libéraux ont tellement attendu que certains centres doivent maintenant louer des locaux dans le secteur privé parce que les lieux sont rendus invivables. Nous avons déjà demandé que le Protecteur du citoyen enquête. Les chiffres accablants qui sont présentés aujourd’hui sont un argument de plus pour une vraie enquête sur l'état des CHSLD et des résidences privées. On parle d'aînés. On parle de nos parents et de nos grands-parents. Il faut prendre soin de notre monde au Québec » a ajouté le député de Rousseau, Nicolas Marceau.

« Dans 10 ans, un Québécois sur quatre aura plus de 65 ans. Il faut cesser de jouer au pompier, mais plutôt agir en prévision des besoins qui continueront de s’accroître. Il faut investir dans le soutien à domicile et dans l’amélioration des services offerts à nos aînés. Il faut permettre à nos aînés et à leur famille que cette partie de la vie se fasse dans la dignité. C’est ce que fera le gouvernement du Parti Québécois dès le 1er octobre prochain », a conclu le député de Terrebonne, Mathieu Traversy.

Photo Courtoisie

La ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, a annoncé le 21 juin, au nom du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Laurent Lessard, que le gouvernement du Québec a procédé à la signature de l'Entente sectorielle de développement du secteur bioalimentaire de Lanaudière 2017-2020.

À titre de partenaire, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation y contribue financièrement à raison de 75 000 $ par année pendant trois ans. Pour cette période, l'investissement total de l'ensemble des partenaires de l'Entente est de 375 000 $.

Ententes sectorielles

Les ententes sectorielles de développement encouragent la mobilisation des acteurs du territoire et des différents maillons de la filière bioalimentaire. Cette formule permet d'orienter l'intervention gouvernementale selon les caractéristiques propres à chacun des territoires. À cet effet, la région de Lanaudière s'est dotée d'une planification stratégique du secteur. Réalisée avec le milieu, elle identifie des pistes d'action en réponse aux enjeux régionaux. Ainsi, l'Entente sectorielle de développement du secteur bioalimentaire de Lanaudière 2017-2020 a pour objectif de soutenir la mise en œuvre d'actions concertées autour des enjeux entourant la mise en valeur du territoire, l'environnement, l'accès aux marchés, la compétitivité et la transmission des entreprises, la relève entrepreneuriale et la main-d'œuvre.

« Les ententes sectorielles constituent un levier important de développement pour le secteur bioalimentaire. Elles encouragent la cohésion et la synergie des différents partenaires afin de mettre en place des initiatives porteuses pour le milieu. Ces ententes viennent aussi soutenir les MRC dans la mise en œuvre de leur plan de développement de la zone agricole (PDZA), en plus de répondre à l'objectif de "renforcer la synergie entre les territoires et le secteur bioalimentaire", tel que cela est formulé dans la Politique bioalimentaire 2018-2025 - Alimenter notre monde », a déclaré par voie de communiqué,  Laurent Lessard, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation.

« En appuyant la mise en œuvre de projets concrets qui répondent aux enjeux de développement agricole et agroalimentaire régionaux, l'Entente sectorielle de développement du secteur bioalimentaire de Lanaudière 2017-2020 vise à mobiliser les acteurs du milieu autour d'objectifs communs. Cette démarche stimulera le secteur agricole et agroalimentaire tout en contribuant au dynamisme et à la prospérité de notre territoire », a souligné Lise Thériault, ministre responsable de la région de Lanaudière. 

Faits saillants

Les autres partenaires de l'Entente sont :

le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire;

la Fédération de l'Union des producteurs agricoles de Lanaudière;

la Table des préfets, qui regroupe les six MRC de la région de Lanaudière ;

le Conseil de développement bioalimentaire de Lanaudière.

Le secteur bioalimentaire de la région de Lanaudière génère 990 millions de dollars de PIB et 22 500 emplois.

La région de Lanaudière est reconnue pour la richesse et la diversité de la production agricole et de la transformation alimentaire. La région regroupe plus de 1 550 exploitations agricoles et près de 120 entreprises de transformation alimentaire.

Parmi les pistes de travail autour desquelles s'articule la Politique bioalimentaire figurent les suivantes :

Réaliser, actualiser et mettre en œuvre des outils de planification du développement bioalimentaire dans les territoires, notamment les PDZA;

Tenir compte de la nouvelle gouvernance de proximité en appuyant des exercices de concertation des acteurs bioalimentaires et de planification dans les territoires ainsi que la mise en œuvre de projets en découlant.

Annoncé le 5 avril dernier, le programme Territoires : priorités bioalimentaires vise à accroître le développement et la mise en valeur du secteur bioalimentaire selon les priorités établies afin de contribuer à l'occupation et à la vitalité des territoires. Ce programme, doté d'une enveloppe de 16,5 millions de dollars sur cinq ans, permet notamment de soutenir financièrement des ententes sectorielles de développement.

Photo Courtoisie

La députée de Joliette et vice-cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, se réjouit de la construction prochaine d’une nouvelle école primaire à St-Charles-Borromée.

« Le combat que nous avons mené et la mobilisation du milieu ont porté fruits. Il était plus que temps que le gouvernement bouge et annonce ce projet tant attendu depuis si longtemps par la communauté et les familles de St-Charles-Borromée », a-t-elle déclaré, d’entrée de jeu.

 « Je salue cette annonce du gouvernement. C’est une excellente nouvelle. Ça faisait plus de deux ans qu’on demandait la construction d’une école, parce que l’école actuelle déborde, que des enfants ont dû être redirigés vers d’autres établissements scolaires et que des familles ont été séparées, frères et sœurs étant forcés de fréquenter des écoles différentes, avec tout le tracas engendré pour les parents », a rappelé la députée de Joliette, qui déplore que le ministre de l’éducation, M. Proulx, et ses prédécesseurs, n’aient pas agi avant.

 « Les citoyens et citoyennes de Lanaudière ne devraient pas toujours avoir à se battre comme on l’a fait en multipliant les démarches, les pressions et les sorties publiques pour recevoir des services. Ce n’est pas normal. Au printemps, on a appris que la région recevrait une part de 35M$ sur les 740M$ annoncés pour les infrastructures en éducation dans l’ensemble du Québec. Ça veut dire 4,7% du budget, alors que les Lanaudois et Lanaudoises représentent 6% de la population du Québec. Ce n’est pas équitable et je vais continuer à me battre bec et ongles pour les gens d’ici », insiste Véronique Hivon.

 Pour l’heure, elle se réjouit de cette victoire collective et salue le travail effectué dans ce dossier par le maire de St-Charles-Borromée, Robert Bibeau, le conseil municipal et la commission scolaire Des Samares. « Je vais continuer, avec les partenaires, à suivre le dossier de près, afin que le projet se concrétise et que les enfants charlois puissent rapidement poursuivre leur cheminement académique et fréquenter l’école dans leur municipalité, dans des établissements sains et suffisamment spacieux pour accueillir tout le monde », de conclure la députée de Joliette.

Photo Courtoisie

La ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Mme Lise Thériault, a dressé le 20 juin un bilan positif des actions gouvernementales qui ont été mises de l'avant et qui ont entraîné des retombées fort intéressantes pour la région de Lanaudière.

Un marché de l'emploi en effervescence

Depuis 2014, le taux de chômage est passé de 7,9 % à 5,9 % et 18 700 emplois ont été créés dans la région de Lanaudière. Des mesures d'aide gouvernementale d'envergure, qui permettront de stimuler un marché de l'emploi déjà en pleine effervescence, ont également été annoncées, notamment :

- Par le biais du Fonds d'appui au rayonnement des régions, plus de 20 M$ sur 5 ans seront consacrés au développement de projets dans Lanaudière, dont près de 8 M$ pour les projets sélectionnés dans les deux premières vagues.

De nombreux investissements

Au cours des derniers mois, d'autres investissements importants ont aussi fait l'objet d'annonces :

Plusieurs aides financières provenant du programme Réhabilitation du réseau routier local, telles que :

- plus de 500 000 $ à la Municipalité de Saint-Donat;

 - plus de 1,2 M$ à la Municipalité de Chertsey.

- Plus de 35 M$ pour la réalisation de 169 projets de rénovation.

- Près de 133 M$ pour améliorer la sécurité et la qualité de vie des usagers de la route dans le cadre de la Programmation routière 2018-2020.

- 8,3 M$ pour la réalisation de neuf nouveaux projets d'infrastructures d'eau à Berthierville, Joliette, Lavaltrie, L'Épiphanie, Notre-Dame-des-Prairies, Saint-Charles-Borromée, Saint-Jacques et Sainte-Mélanie.

- Plus de 2,5 M$ pour des travaux à l'hôtel de ville de Sainte-Julienne.

Santé, éducation et soutien social

La rigueur budgétaire et la bonne performance de l'économie ont permis au gouvernement du Québec d'améliorer la qualité de vie des familles pour contrer la pauvreté et d'investir davantage en santé, en éducation et en soutien social.

Dans la région de Lanaudière, cette réalité s'est notamment concrétisée par ces investissements :

- 9,3 M$ pour l'implantation du programme d'études Stationary Engine Mechanics.

- 200 000 $ de plus pour soutenir les actions en matière de persévérance scolaire et de réussite éducative.

- Plus de 6 M$ pour la poursuite des Alliances pour la solidarité dans la région de Lanaudière.

- Quelque 19 M$ supplémentaires pour l'équité interrégionale en santé.

- Plus de 2 M$ pour améliorer la couverture ambulancière à Saint-Michel-des-Saints et à Manawan.

- 667 000 $ dans la région de Lanaudière pour attirer et retenir des personnes immigrantes.

- Plus de 1,5 M$ pour soutenir la rénovation d'habitations dans la région de Lanaudière par le biais du programme RénoRégion.

Implantation d'une première superclinique dans la région de Lanaudière.

Depuis le début de l'année, ce sont sept ministres qui ont été de passage dans la région de Lanaudière.

 « Ensemble, nous avons créé de la richesse en habitation et maintenant, nous la réinvestissons, entre autres, dans les secteurs de l'éducation, de la santé et du développement économique régional. Je suis très fière de ma région et du chemin que nous avons parcouru avec les différents intervenants et les citoyens qui se sont engagés dans l'amélioration de la qualité de vie de tous », a déclaré dans un communiqué Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

 

 

Photo Courtoisie

Le mercredi 20 juin dernier, le président de campagne électorale pour le Parti libéral du Québec, Alexandre Taillefer, est venu motiver les troupes libérales de Lanaudière.

Réunis lors d’un 5 à 7 au Musée d’art de Joliette, plus d’une cinquantaine de militants libéraux ont eu la chance d’échanger avec M. Taillefer sur l’importance de la région pour les prochaines élections provinciales. 

« Plusieurs projets formidables et audacieux seront présentés aux gens de Lanaudière très prochainement afin de continuer le travail rigoureux déjà entamé » s’est exclamé Alexandre Taillefer.

Les membres de l'Association de Joliette ont été très satisfaits d’avoir accueilli M. Taillefer à Joliette, ce qui reflète, selon eux, l’importance de la ville et de la région pour le Parti libéral du Québec. Le président de l’Association, Jean-François Massicotte, affirme qu’Alexandre Taillefer apporte un vent d’énergie pour tous les militants libéraux de Lanaudière qui sont déjà très actifs sur le terrain en vue des prochaines élections.

Chose dite chose faite, le gouvernement du Québec a annoncé il y a quelques jours des investissements sans précédent dans les écoles de Lanaudière. Plus de 89 millions de dollars seront investis dans la région notamment pour construire deux écoles primaires et rénover les écoles de la région de Lanaudière, dont une à Saint-Charles-Borromée (3 classes préscolaires, 18 classes primaires).

Photo Courtoisie

Dans la poursuite d’un plan sans précédent permettant de rénover, de construire et d’agrandir les écoles du Québec, un montant de plus de 89 millions de dollars sera investi dans la région de Lanaudière. Cette aide financière découle de l’investissement total de près de 2,3 milliards de dollars annoncé le 31 mai dernier pour l’année 2018‑2019.

La ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, au nom du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale‑Nationale, M. Sébastien Proulx, en a fait l’annonce aujourd’hui lors de son passage au Centre d’excellence en santé de Lanaudière.

Rappelons qu’un investissement de 608 millions de dollars a été annoncé pour permettre d’agrandir et de construire des écoles. Cette somme s’ajoute aux investissements en maintien d’actifs pour 2018-2019 totalisant plus de 1,6 milliard de dollars, dont 965 millions permettront de continuer la rénovation des écoles existantes dès l’an prochain.

Plus de 35 M$ pour la construction de deux écoles primaires dans la région de Lanaudière

Grâce à cette aide financière, deux écoles primaires pourront être construites. La première sera située à Mascouche (6 classes préscolaires et 26 classes primaires) et une aide financière de plus de 20,8 millions de dollars sera accordée à la Commission scolaire des Affluents pour ce faire. La deuxième sera construite à Saint-Charles-Borromée (3 classes préscolaires, 18 classes primaires) et près de 15,3 millions de dollars seront alloués à la Commission scolaire des Samares pour ce projet.

Près de 54 M$ pour le maintien en bon état et la réhabilitation des établissements scolaires

Un montant de près de 54 millions de dollars est disponible pour les commissions scolaires de la région
de Lanaudière. Cette enveloppe leur permettra de soumettre dès maintenant au Ministère les projets de rénovation des infrastructures scolaires qu’elles entendent réaliser au cours de l’année
scolaire 2018‑2019, soit pendant la saison des travaux de l’été 2019. Pour les commissions scolaires des Affluents et des Samares combinées, il s’agit d’une augmentation de près de 61 % par rapport aux investissements réalisés en 2017-2018, c’est-à-dire pour la saison des travaux de l’été 2018 dans les écoles de Lanaudière. Par ailleurs, pour permettre aux commissions scolaires de mieux planifier les travaux et d’en amorcer la préparation dans les meilleurs délais, les montants disponibles pour chacune d’entre elles sont annoncés plus tôt encore cette année. Rappelons en effet que les commissions scolaires ont été informées en janvier 2018 des montants disponibles pour la saison des travaux de l’été 2018. L’annonce d’aujourd’hui, avec le lancement de l’appel de projets, permet aux commissions scolaires de gagner près de six mois par rapport à 2017-2018 pour préparer la saison des travaux de l’été 2019.

Montants par commission scolaire pour les appels de projets visant le maintien des actifs de l’été 2019

Commission scolaire

Montant

Des Affluents

22 529 336 $

Des Samares

31 334 164 $

Total

53 863 500 $

 « Notre gouvernement reconnaît l’importance d’avoir des infrastructures scolaires sécuritaires et de qualité. L’éducation a toujours été une priorité pour nous et nous poursuivons nos efforts pour faire des écoles du Québec des lieux d’apprentissage encore plus stimulants pour nos jeunes. Il s’agit d’une autre action concrète pour y parvenir, toujours dans le but de favoriser la réussite éducative du plus grand nombre. Je me réjouis pour le personnel enseignant, les élèves et les familles de la région de Lanaudière », a déclaré par voie de communiqué, le 22 juin,  Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

« J’accorde énormément d’importance à l’état de nos infrastructures scolaires et c’est la raison pour laquelle j’annonce des investissements sans précédent pour rénover, agrandir et construire des écoles. Il est reconnu que des écoles plus attrayantes et stimulantes favorisent directement la réussite éducative des élèves et l’amélioration du quotidien du personnel qui y travaille. C’est pourquoi, en plus de ces investissements, nous avons mis en place le Lab École et soutenu Schola. Nous continuons également à accélérer les processus pour permettre aux commissions scolaires de mieux planifier les travaux et d’en amorcer la préparation dans les meilleurs délais », a souligné Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

 « Cette bonne nouvelle fera écho dans de nombreux foyers de cette municipalité au cours des prochains jours, j’en suis persuadé », a conclu  Michel Forget, président de la Commission scolaire des Samares.

Faits saillants :

- Depuis 2016, près de 5,9 milliards de dollars ont été investis dans les infrastructures scolaires
du Québec, notamment pour l’ajout d’espace, le maintien des bâtiments et la résorption du déficit de maintien.

- Pour l’année 2018-2019, près de 2,3 milliards de dollars seront investis dans le but de permettre notamment le maintien en bon état du parc immobilier scolaire et la réalisation de projets d’agrandissement et de construction d’écoles à travers la province.

- Rappelons que l’ensemble des projets de construction et d’agrandissement d’écoles déposés par les commissions scolaires dans le cadre du PQI 2018-2028 pour la prochaine année totalisait plus de 2,1 milliards de dollars.

 

Photo Guy Latour

Le Parti Québécois du comté de Joliette tenait son souper annuel, le 21 juin, au club de golf de Joliette.

Plus d’une centaine de personnes ont participé à cette soirée. La députée de Joliette, Véronique Hivon était évidemment sur place, en plus du chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, ainsi que le député de Joliette pour Québec Debout, Gabriel Ste-Marie.

De plus, la présidente du Parti Québécois du comté de Joliette, Thérèse Chaput, a été honorée pour ses dix ans à la présidence. Cette dame engagée ne compte pas ses heures pour le parti dans le comté.

souper, Parti Québécois, Joliette, Véronique Hivon
Photo Guy Latour. La présidente du Parti Québécois a été honorée pour ses 10 années à la présidence.

« C’est vraiment énergisant de vous voir ici ce soir. Vous êtes des gens loyaux et fidèles au Parti Québécois dans Joliette. Il ne faut prendre rien pour acquis en vue de l’élection du 1er octobre. Mais on va  la gagner cette élection-là», a déclaré la vice-cheffe du PQ aux convives.

Elle a tenu à rendre hommage à « une équipe extraordinaire composée de gens unis pour la cause », a-t-elle ajouté.

De son côté, le chef Jean-François Lisée s’est montré très rassuré de savoir que Véronique Hivon va l’emporter le 1er octobre. « C’est certain que ça me rassure car je vois Véronique comme la prochaine vice-première ministre du Québec », a-t-il déclaré sous une salve d’applaudissements.

M. Lisée s’est dit content de la popularité de Coalition Avenir Québec et de son chef François Legault. « Je suis content pour lui, Il est mieux d’en profiter car cette popularité ne durera pas selon moi », a-t-il poursuivi.

« Il faut faire attention à ce parti-là. La CAQ n’a jamais gouverné. Plusieurs de leurs propositions ne tiennent pas la route. Si ce parti serait élu, que ferait-il une fois au pouvoir? », s’est-il questionné.

Pour ce qui est du gouvernement sortant, celui de Philippe Couillard, Jean-François Lisée souligne que le PLQ  promet de faire le contraire de ce qu’il a fait au cours de ses 15 dernières années au pouvoir.  « Le Parti Libéral nie toute austérité durant son règne et n’ont fait aucune coupure. Ça n’a aucun sens », a-t-il lancé.

Pour M. Lisée, la prochaine campagne sera l’occasion de faire le jeu des comparaisons. « Quand la population va connaître les propositions des partis, les gens vont constater que le Parti Québécois est celui-ci qui est le plus au diapason des besoins des québécois. C’est à nous de les convaincre. Le soir du 1er octobre, on va prendre le pouvoir », a-t-il conclu.

 

Photo Guy Latour

La députée de Joliette et vice-cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon,  s’est dite fière et forte de son bilan hiver-printemps 2018.

« À chaque jour, je m’emploie à exercer une politique de proximité, proche des gens  avec et pour le monde. Combativité, solidarité et fierté, ce sont les valeurs qui m’animent au quotidien », a déclaré Mme Hivon en conférence de presse, le 20 juin, sur l’esplanade de la Place Bourget à Joliette.

Pour la députée de Joliette, la fin de la présente législature à l’Assemblée Nationale est un moment spécial pour elle. «  Au cours de mes quatre dernières années de mandat, il y a eu des gains substanciels pour la région.  J’ai le sentiment d’avoir donné le meilleur de moi-même, d’avoir représenté et défendu les intérêts des gens de Joliette avec tout mon cœur et mon énergie », a-t-elle ajouté.

Ces gains sont l’équité en santé avec l’annonce d’un réinvestissement de 19M$, l’inauguration du Centre d’excellence en santé, l’ajout d’ambulances dans le secteur Saint-Michel-des-Saints et Manawan, le sauvetage de la piscine adaptée pour les personnes handicapées à Joliette, l’obtention d’un financement récurrent pour le dortoir d’Hébergement d’Urgence Lanaudière, la sauvegarde de 50 emplois à Joliette avec le maintien de la buanderie Lavérendière dans le giron public, le déploiement de la desserte universitaire dans la région et de l’offre de programmes au Cégep de Joliette en sciences infirmières et sciences de l’administration.

Lors du point de presse, Véronique Hivon aussi parlé de plusieurs des batailles menées pour les gens de sa circonscription.

« J’ai notamment mise en lumière de l’état de vétusté des écoles primaires et secondaires dans la circonscription par l’entremise d’une de demande d’accès à l’information, en plus d’offrir mon  soutien aux familles dont les enfants fréquentaient un service de dîneurs à Notre-Dame-des-Prairies et la mise en lumière d’incohérences et de lacunes dans la Loi. Enfin, j’ai eu une interpellation à l’Assemblée nationale de la ministre responsable Lanaudière, Lise Thériault, sur les sujets de la santé, de l’éducation et des transports », a ajouté la députée de Joliette.

Celle qui représente le comté de Joliette depuis 2008, s’est dite très fière des 295 citoyens aidés par elle et son équipe au bureau de circonscription : « C’est vraiment une des parties du travail de député dont on parle le moins mais qui est parmi les plus importantes. C’est incroyable le nombre de dossiers que nous réussissons à régler ou à faire débloquer avec mon équipe, tous les citoyens que nous parvenons à aider dans leurs relations avec les différents ministères et organismes, pour obtenir des montants, etc».

Plusieurs dossiers sur le plan national

À la suite de sa nomination de vice-cheffe du Parti-Québécois, en janvier dernier, Véronique Hivon a régulièrement ouvert la période de questions au Salon bleu de l’Assemblée nationale, interpellant et talonnant le premier ministre à propos de nombreux enjeux. « Il n’a toujours pas toujours répondu à mes questions », a-t-elle lancé avec humour.

Dans la foulée des mouvements #MoiAussi et #Etmaintenant, elle a proposé la création d’une instance spécialisée en matière de violences sexuelles à la Cour du Québec 

Dans le dossier des services de garde, elle a martelé que les CPE étaient très importants. « On a un réseau de CPE qui est un joyau, qui fait l’envie des autres sociétés à travers le monde et dont la qualité des services offerts est démontrée, étude après étude. Pourtant, le gouvernement libéral et la CAQ continuent de privilégier le modèle d’affaires privé. C’est insensé, on parle de nos enfants, de leur sécurité et de leur bien-être. On a la responsabilité de protéger nos tout-petits et de tout mettre en place pour assurer le plein développement de leur potentiel », a-t-elle soutenu.

Elle a aussi fait plusieurs sorties pour défendre les droits des victimes d’actes criminels et réclamer l’abolition du délai de prescription.

Véronique Hivon s’est dite confiante à un peu plus de trois mois des élections provinciales. « C’est en septembre que la population va être davantage intéressée à l’élection. D’ici là, je serai très présente et active dans la région afin de rencontrer mes citoyens et citoyennes que ce soit dans les festivals ou les événements extérieurs organisés par les différentes municipalités », a-t-elle conclu.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.