Photo Guy Latour

Le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault, était de passage au camp Papillon de Saint-Alphonse-Rodriguez, le 6 septembre, en matinée.

M. Legault en a profité pour annoncer, si son parti est porté au pouvoir le 1er octobre prochain, une aide pour les parents d’enfants handicapés.

« On va ajouter 22 M$ dans le programme d’aide financière pour les parents d’enfants lourdement handicapés mineurs  en plus de rétablir un équilibre entre l’aide versée aux familles naturelles et aux familles d’accueil d’enfants handicapés mineurs et majeurs », a déclaré le chef de la CAQ lors d’un point de presse.

François Legault a aussi ajouté que son gouvernement sera un allié pour les parents d’enfants handicapés. « Si les Québécois nous font confiance le 1er octobre prochain, on va être là pour vous », a-t-il affirmé à l’intention des nombreuses familles concernées. 

Il a aussi dénoncé le programme des libéraux, « Supplément pour enfant handicapé nécessitant des soins exceptionnels ». « Ça n’a aucun sens que 54 % des demandes de parents aient été refusées. Sans compter que l’aide n’est ni progressive ni adaptée à la condition de l’enfant.  C’est un programme qui manque d’argent et qui manque de cœur », s’est-il  indigné.

En plus de sa visite au camp Papillon, François Legault a aussi fait une visite à l’entreprise Groupe Connexsion de Joliette.

Lors d’une mêlée de presse avec les médias locaux, M. Legault a aussi abordé les dossiers de la taxe scolaire, la décentralisation des pouvoirs, de santé (situation de l’urgence et plus d’autonomie aux établissements) et d’immigration.

Photo courtoisie

Judith Sicard, candidate de Québec solidaire dans Joliette, est allée à la rencontre des citoyens de la circonscription cette semaine en vue d’échanger avec eux et de faire valoir le cadre budgétaire annoncé par Québec solidaire le 27 août dernier. Elle est convaincue qu’il s’agit de la pièce qui manquait à la société québécoise afin de répondre à nos problèmes sociaux. « Enfin un parti qui ose doter le Québec de moyens pour se développer » a lancé Judith Sicard, alors qu'elle écoutait attentivement Manon Massé faisant   l'annonce du cadre financier. La candidate dans Joliette s'est dite très heureuse que son parti ait décidé d'annoncer son cadre financier dès le début de la campagne, ce qui permettra de répondre aux prétentions selon lesquelles Québec solidaire fait des promesses irréalistes.

Judith Sicard rappelle que le programme de Québec solidaire est ambitieux. D’énormes dépenses découleront de l'assurance dentaire publique et universelle, de l'éducation gratuite du préscolaire à l'université, des transports en commun à moitié prix ainsi que de toutes les autres mesures sociales proposées par le parti. Mais le Québec est une société riche qui a les moyens de se donner les outils en vue de s’assurer d’un avenir meilleur. De l'argent, il y en a, mais il est concentré dans les mains des plus riches et des grandes entreprises qui ne font pas leur juste part. Québec solidaire ira chercher cet argent sans mettre la main dans les poches de la classe moyenne ni des PME. Nos nouvelles sources de revenus proviendront principalement d’une réforme de la fiscalité aux entreprises, d’une réforme de la fiscalité aux particuliers (davantage d’impôts à partir de 97 000$), de Pharma Québec, qui nous permettra d’acheter nos médicaments à moindre coût et de produire nos propres médicaments génériques, de taxes sur les produits achetés en ligne, et de la lutte à l’évasion fiscale.

Combien de fois ne nous sommes nous pas indigné.e.s de voir ces grandes entreprises éviter de payer des impôts en ayant recours aux paradis fiscaux, combien de fois n'avons nous pas été outré.e.s de constater les profits faramineux des grandes entreprises, comme les pharmaceutiques, alors que nous peinons à financer l'éducation de nos enfants et nos soins de santé? La vieille classe politique n'a jamais rien fait pour corriger cette situation. Or, Québec solidaire le fera. Le vrai courage politique, ce n'est pas de toujours couper dans les services publics et de malmener les plus démunis. Le vrai courage politique, c'est de redonner la priorité aux besoins humains avant la recherche effrénée de profit. Parce que prendre soin du Québec de demain, c’est s’offrir les moyens de nos ambitions.

 

Courtoisie

La candidate de Québec solidaire dans Joliette, Judith Sicard, a assisté au cours de l’été à plusieurs spectacles en plein air offerts gratuitement par plusieurs municipalités de la circonscription. Selon la candidate, ces événements populaires auxquels participent des milliers de personnes témoignent de la vitalité culturelle de notre belle région.

En plus d’offrir des prestations d’artistes reconnues, les municipalités de la circonscription ont également, au fil des années, donné un espace plus important aux arts, avec entre autres des résidences de création pour les artistes des arts de la scène à Notre-Dame-des-Praires et à Joliette, sans parler de  l’ouverture de la salle d’exposition de peinture à Notre-Dame-des-Praires. Pensons aussi au festival Mémoires et Racines, de même qu’aux grandioses spectacles à l’Amphithéâtre dans le cadre du Festival de Lanaudière, sans oublier l’intéressante programmation du musée d'arts de Joliette.

Cette vitalité culturelle locale, qui puise notamment dans les arts de la scène, la peinture, l’écriture, la musique et l’artisanat, ne demande qu’à être appuyée. Pour encourager la création culturelle, Québec solidaire créera ainsi un Fonds culturel du Québec qui chapeautera le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). Ce fonds sera financé à l’aide de nouvelles mesures fiscales appliquées entre autres aux fournisseurs d’accès Internet et de contenu culturel numérique, aux services numériques d’abonnement sur demande, à la téléphonie mobile, aux achats de produits culturels en ligne ainsi qu’aux les fabricants d’appareils électroniques.

Québec solidaire entend par ailleurs encadrer la production, la diffusion et la commercialisation des biens culturels au Québec, entre autres par un prix réglementé sur le livre. Un gouvernement de Québec solidaire investira également massivement dans les « passeurs de culture » comme les musées, les bibliothèques, les cinémas parallèles et le système d’éducation, la culture émergente sous toutes ses formes. De plus, nous assurerons l’accès à quatre manifestations culturelles professionnelles pour les élèves du primaire et du secondaire.

Pour Judith Sicard, la culture est importante car elle participe à l'édification de notre patrimoine, en plus de définir qui nous sommes collectivement. En réponse au sous-financement chronique du milieu des arts et du désengagement de l’État, il est primordial que notre gouvernement apporte un soutien plus généreux à la vie culturelle d’ici et mette fin à la logique marchande qui prévaut en matière de culture. En tant que société, nous devons augmenter le financement dédié à la réalisation de projets artistiques, de même qu’appuyer le développement de pratiques artistiques alternatives et émergentes en région afin de permettre à toute la population de pratiquer les arts et d’avoir accès à une culture artistique riche et diversifiée. À Québec solidaire, nous voulons laisser place à l’innovation en culture, ainsi qu’aux artistes et artisans locaux. Parce que prendre soin de son pays, c’est aussi s’offrir une culture florissante.

Courtoisie

Le candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Berthier, André Villeneuve, a présente le 31 août, les principales mesures du Parti Québécois en santé.

Un État fort au service des patients

Un gouvernement du Parti Québécois cessera de tout orienter vers les médecins et ramènera l’équilibre vers les patients et l’accès aux soins. « Sans promettre de tout régler en quelques semaines, nous allons centrer le patient au coeur du réseau de la santé. Nous voulons décloisonner les professions, et nous procéderons à l’ajout de ressources en soins à domicile ainsi que pour les familles. Une fois au pouvoir, nous allons geler l’enveloppe de rémunération des médecins et investir dans les services la somme de 1,5 milliard$ concédés aux médecins sur 5 ans lors des deux dernières ententes », a lancé André Villeneuve.

Sérieusement et concrètement

Le Parti Québécois entend également revoir le partage des compétences en santé et donner davantage d’autonomie aux 200 000 professionnels de la santé. Ainsi, les infirmières, pharmaciens, physiothérapeutes, psychologues, paramédics et autres, seront en mesure d’améliorer l’accessibilité aux services.

« Avec les fonds réinjectés dans le réseau et avec le concours des super infirmières et des autres professionnels de la santé, les CLSC offriront des services jusqu’à 21 heures, 7 jours par semaine. Ils s’avéreront un véritable service de première ligne et permettront ainsi d’éviter que les citoyens soient obligés de se déplacer vers l’hôpital. On parle donc d’un service de proximité qui sera à même de réduire l’attente dans les urgences. Les médecins soulagés grâce à l’aide de ces professionnels seront également plus accessibles. Tous les CLSC de la circonscription de Berthier assumeront donc un rôle prépondérant en matière de services de première ligne », a précisé le candidat péquiste.

Couverture ambulancière à Saint-Gabriel-de-Brandon

La problématique de la couverture ambulancière dans le secteur de Saint-Gabriel-de-Brandon retient également l’attention du candidat André Villeneuve. « Les maires du Grand Brandon, les citoyens, l’Association Québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées de Brandon et la compagnie Ambulances St-Gabriel dénoncent l’insuffisance de la couverture. C’est une problématique inconcevable qui met en péril la sécurité des citoyens. Malgré le fait que le ministère de la Santé et des Services sociaux considère injustifié de modifier les horaires de faction et ou l’ajout de ressources, il a pourtant été démontré en avril dernier lors d’un point de presse qu’avec les effectifs et les ressources en place, Ambulance St-Gabriel n’était en  mesure que de répondre à 71% des appels alors que l’objectif gouvernemental est de 85%. Il est certain que je ferai tout le nécessaire afin que cette situation soit réglée une fois pour toute », a affirmé André Villeneuve.

Le maintien à domicile

Le Parti Québécois entend mettre fin au rationnement des soins à domicile.

« La majorité des personnes âgées veulent demeurer le plus longtemps possible à la maison et cela est tout à fait légitime et souhaitable. Il est grand temps de passer sérieusement à l’action et d’injecter 100 millions$ supplémentaires dès  2019  en  y  ajoutant  900 000  heures  de  plus.  On  parle  donc  d’un  budget   majoré   jusqu’à   500   millions$   récurrents   après   5   ans.   La collaboration de toutes les forces humaines du réseau rendront assurément cet objectif réalisable. L’addition de ces actions créera un nouvelle synergie qui favorisera sans aucun doute une meilleure qualité de vie pour nos aînés et par conséquent, une pression moins grande sur les CHSLD », a expliqué le candidat du Parti Québécois.

La réduction de la charge de travail des infirmières et des préposés

Depuis plusieurs années déjà, l’actualité nous présente quotidiennement des situations où des infirmières et des préposés sont à bout de souffle. Ces hommes et ces femmes sont pourtant la pierre d’assise de nos centres hospitaliers et de nos CHSLD. Afin de remédier à cette situation, le Parti Québécois instaurera un fonds d’urgence pour réduire les cas problématiques identifiés dans chaque établissement de santé, pour ouvrir des postes supplémentaires à charge de travail réduite, et pour éliminer le temps de travail obligatoire.

Un plan qui met à contribution toutes les ressources

« Les organismes communautaires de répit, les proches aidants et tous les autres qui oeuvrent dans le domaine de la santé sont déjà des partenaires indispensables. Ils seront un maillage important de ce plan structuré et c’est pour cette raison que nous investirons 60 millions$ en soutien à leur mission globale, à terme 200 millions$ dans 4 ans », a mentionné le candidat André Villeneuve.

« Comme l’a si bien dit l’ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, Mme Régine Laurent, nous proposons un plan bien structuré, réaliste et crédible. Il répondra aux besoins actuels et futurs des citoyens et citoyennes de la circonscription de Berthier. Il n’y a pas de recette magique comme nous le proposent d’autres formations politiques, c’est simplement le retour du patient au cœur du réseau de la santé », a conclu  André Villeneuve.

Courtoisie

C’est en présence de nombreux militants et militantes que le candidat du Parti Québécois de Berthier, Monsieur André Villeneuve, a officiellement lancé sa campagne électorale.

Selon le candidat André Villeneuve, les électeurs et les électrices auront deux choix :

La Coalition Avenir Québec et le Parti Libéral qui veulent nous imposer un régime d’austérité et des propositions irréalistes, ou le Parti Québécois, qui veut prendre soin de la population avec des initiatives réalistes et concrètes. « La spirale des cadeaux électoraux et l’austérité, avec le Parti Québécois, ce sera fini. C’est démontré : après l’austérité, les cadeaux électoraux pleuvent, et cela ne sert qu’à préparer un nouveau cycle de réduction de services. Nous sommes sérieux lorsque nous parlons de chiffres. Il est impossible de s’engager à augmenter les services tout en réduisant les revenus du Québec. Contrairement à la CAQ, nous, au Parti Québécois, on ne promet pas aux Québécois une chose et son contraire », a précisé André Villeneuve.

Le candidat péquiste a précisé qu’il abordera sérieusement de grands enjeux tels que la santé, l’agriculture, l’économie, les familles et les aînés.

« Je vais sillonner les routes de la circonscription de Berthier à la rencontre des citoyens et citoyennes. Je veux les entendre afin de pouvoir être au diapason de leurs besoins et de leurs attentes. Aussi, je leur parlerai de nos propositions réalistes et crédibles et évidemment, j’aurai des engagements directement liés à des enjeux locaux », a conclu André Villeneuve.

 

Courtoisie

L’Union des producteurs agricoles de Lanaudière a rencontré les candidats régionaux des quatre principaux partis politiques dans le cadre de la campagne  électorale. « L’agriculture occupe une place importante dans la région et les producteurs agricoles et forestiers voulaient saisir l’opportunité d’exprimer leurs attentes et discuter des principaux enjeux qui les touchent. Il est important de connaître la vision des différents partis à cet égard », a déclaré le président de l’UPA Lanaudière, M. Marcel Papin.

La journée a débuté avec les candidats aux élections du Parti québécois : les députés André Villeneuve et Nicolas Marceau ainsi que les candidats Sylvie Langlois-Brouillette (l’Assomption) et Marc-Olivier Leblanc (Les Plaines).

Puis les candidats de Québec solidaire, Hélène Dubé (Rousseau), Louise Beaudry (Berthier), Mylène Jaccoud (Bertrand), Judith Sicard (Joliette) et Kévin St-Jean (Les Plaines) ont participé à la rencontre

La Coalition avenir Québec était représentée par Caroline Proulx (Berthier), François St-Louis (Joliette), Louis-Charles Thouin (Rousseau).

Finalement les candidats lanaudois Virginie Bouchard (L’Assomption), Margaux Selam (Terrebonne), Émilie Therrien (Repentigny) et Patrick Watson (Rousseau) sont venus au nom du Parti libéral du Québec.

Différents sujets au cœur des préoccupations des producteurs lanaudois ont été discutés avec l’ensemble des candidats, notamment tout le dossier de la taxation foncière agricole, la sécurité du revenu, l’aide aux petites entreprises agricoles, le développement économique par le biais de l’agriculture, la mise en valeur des produits québécois dans les épicerie, l’impact de la hausse du salaire minimum sur les entreprises agricoles, la protection du territoire et des activités agricoles et l’aide à l’établissement de la relève agricole.

Les attentes des producteurs agricoles et forestiers envers le futur gouvernement, peuvent être consultées dans ce document : Les 5 enjeux agricoles et forestiers de la campagne électorale 2018.

 

Photo courtoisie

Le candidat de la Coalition Avenir Québec dans Joliette, Françcois St-Louis a pris le départ du tour d’honneur du Défi-Vélo Lanaudière, un évènement annuel organisé au profit du Camp Papillon, qui se tenait le 25 août dernier sur les routes du grand Joliette. 

« J’ai un lien affectif fort avec le Camp Papillon ayant été directeur du développement des affaires à la Société pour les enfants handicapés du Québec de 2014 à 2018, tout en cumulant la direction du Camp Papillon de 2016 à 2018. Participer au Défi-Vélo de Lanaudière a toujours été un moment incontournable de mes étés », lance de candidat caquiste. 

« Comme le précise l’organisation, le Défi-Vélo Lanaudière n'est ni une course, ni une compétition cycliste, mais bien un défi sportif qui permet de se mesurer à nous-même. L’évènement s'adresse aux personnes de tout âge et contribue à faciliter l'accès au Camp Papillon à plus de 500 enfants handicapés », ajoute François St-Louis. 

Courtoisie

Le 25 août dernier, Judith Sicard, candidate de Québec solidaire dans Joliette, a participé à l'activité pré-électorale des OUI Québec (Organisations Unies pour l'Indépendance) à St-Liguori.

Alors que certains se réjouissent du fait que l'indépendance ne soit plus un enjeu mis de l’avant par les vieux partis dans cette campagne électorale, Judith Sicard croit au contraire qu'il faut faire de cette question un élément central des débats. « À Québec solidaire, nous proposons par exemple que le Québec sorte des énergies fossiles pour s'engager résolument dans les énergies vertes. Or, comment pourrions-nous le faire alors que le gouvernement du Canada se donne le droit d'imposer aux provinces des pipelines et autres infrastructures pétrolières dont elles ne veulent pas? Ce gouvernement va même jusqu'à utiliser l'argent de nos impôts pour investir dans ces énergies du passé. Clairement, si la population québécoise veut avoir plein contrôle sur l'aménagement de son territoire et sur l’exploitation de ses ressources naturelles, l'indépendance ne doit plus être un rêve toujours remis à plus tard, mais une nécessité vitale », affirme la candidate.

Sur le plan de la politique internationale, elle rappelle que plusieurs orientations du Canada vont directement à l'encontre de la volonté de la population québécoise, comme la vente de matériel militaire à l'Arabie saoudite. Sur le plan économique également, le Québec souffre des politiques du fédéral qui négligent le Québec, comme on le voit de façon flagrante dans le dossier de la construction navale.

Depuis quelques années, il est souvent affirmé que la population du Québec ne veut plus entendre parler d'indépendance. Judith Sicard ne voit pas les choses sous cet angle : « Ce sont surtout les chicanes interminables sur la mécanique et la date du référendum plutôt que sur le contenu de l'indépendance qui ont amené une baisse de l'intérêt ». déclare t-elle. De plus la candidate est persuadée que le projet d’indépendance porté par Québec solidaire – une Assemblée constituante élue et chargée d'élaborer une constitution pour un Québec indépendant – saura raviver l'intérêt et l'adhésion à l’option souverainiste, surtout si ce projet de constitution est porteur d’un réel progrès social. Bien sûr, ce projet de constitution d'un Québec indépendant serait soumis à la population par référendum. Pour Québec solidaire, la souveraineté est un moyen de fournir au Québec les outils nécessaires pour réaliser son projet de société et s’épanouir pleinement comme peuple, et non pas une fin en soi. Parce que prendre soin de son pays, c’est s’offrir un projet social rassembleur en vue de bâtir un Québec juste, égalitaire, solidaire et respectueux de l’environnement.

Courtoisie

C’est en présence de nombreux militants et militantes que le candidat du Parti Québécois de Berthier, Monsieur André Villeneuve, a officiellement inauguré le local électoral de la circonscription de Berthier. Ce lieu de rencontre et de travail d’équipe s’avèrera le centre névralgique de la campagne électorale. Selon le candidat péquiste, « le comité stratégique et les bénévoles vont travailler de concert et ce local électoral est également un endroit convivial où nous pouvons rencontrer les citoyens et citoyennes pour discuter d’enjeux politiques et locaux ».

Le candidat du Parti Québécois de Berthier s’est aussi adressé aux citoyens et citoyennes qui s’étaient déplacés pour l’événement et a rappelé toute l’importance des bénévoles dans la bonne marche d’une campagne électorale. « Sans vous, les bénévoles, nous ne pourrions faire une campagne aussi structurée et efficace. Vos efforts, votre engagement et votre temps, ils sont le carburant qui nous mènera à la victoire! À cet égard, je tiens à vous remercier très sincèrement ! ».

« Nous avons une formidable équipe de bénévoles et un comité stratégique de grande qualité. Maintenant, nous avons un endroit pour réunir et accueillir tous ces acteurs qui font la différence », a déclaré André Villeneuve.

Courtoisie

Selon un sondage téléphonique réalisé par la firme Repère Communication pour le compte du Parti québécois, le chef péquiste mène la course dans sa circonscription de Rosemont avec 34,6 % d’appuis.

Mais la lutte s’annonce serrée dans ce comté de l’île de Montréal. Le candidat de Québec solidaire et ex-chroniqueur Vincent Marissal arrive second avec 25,8 %, suivi de la libérale Agata La Rosa et de la caquiste Sonya Cormier.

Réalisé du 18 au 19 août auprès de 407 répondants, le coup de sonde démontre toutefois que les choses peuvent changer puisqu’une bonne partie des électeurs de Rosemont n’ont pas encore fait leur nid. Pas moins de 27,2 % des gens sondés sont encore indécis.

Confortable avance pour Hivon

La députée sortante Véronique Hivon obtient 60 % des intentions de vote dans la circonscription de Joliette, révèle un autre sondage de la firme Repère Communication.

Avec 26,8 % d’appuis, le candidat caquiste François St-Louis prend la deuxième place, loin devant ses adversaires libéraux et solidaires. Pour la vice-cheffe Hivon, c’est un gain de 15 points depuis le mois d’avril.

La marge d’erreur des deux sondages est de plus ou moins 4,9 %.

Courtoisie

C'est avec fierté que le Parti libéral du Québec (PLQ) annonce la candidature d’Émilie Imbeault comme candidate officielle dans la circonscription de Joliette aux prochaines élections générales de 2018.

« J'apporte à Joliette une vision nouvelle pour la prospérité de la région, tant au niveau économique que social. Je souhaite poursuivre la relance économique entamée durant les 4 dernières années dans la région par le Parti libéral », a déclaré la candidate libérale pour les élections générales de 2018, Émilie Imbeault.

Rappelons que le gouvernement libéral a rétabli l'équilibre des finances publiques pour nous donner les moyens d'investir davantage dans nos priorités. Depuis mai 2014, plus de 214 600 emplois ont été créés au Québec; le taux de chômage n'a jamais été aussi bas qu'il l'est depuis plusieurs mois; plus de 1 000 000 de Québécois ont trouvé un médecin de famille; il y a eu une baisse des impôts, ainsi que des investissements majeurs en santé et en éducation, notamment.

« Je souhaite particulièrement aider nos jeunes à atteindre leurs objectifs. En effet, je travaillerai sans relâche pour que notre jeunesse entrepreneuriale de Lanaudière réalise leurs rêves », a conclu madame Émilie Imbeault.

Pour consulter les biographies des candidats investis à ce jour, visitez le site Internet du Parti libéral du Québec au plq.org.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.