Archives

Le député de Berthier, André Villeneuve, a déposé hier une motion à l’Assemblée nationale, conjointement avec quatre autres députés, demandant une fois de plus au gouvernement fédéral d’agir dans les dossiers des aérodromes de Saint-Cuthbert et de Mascouche.

La motion, qui fut adoptée à l’unanimité, se lit comme suit :

« Que l’Assemblée nationale rappelle que le gouvernement fédéral a autorisé la construction d’un aérodrome à Neuville malgré l’opposition de la communauté;

« Qu’elle souligne l’opposition des milieux sociaux, politiques, citoyens, économiques et agricoles au projet d’aérodrome de Mascouche et à Saint-Cuthbert;

« Qu’elle rappelle la motion adoptée le 8 juin 2016, qui demande au gouvernement fédéral de prendre un arrêté ministériel pour interdire l’aménagement d’un aérodrome à Saint-Cuthbert;

« Qu’elle demande au gouvernement d’entreprendre des démarches urgentes auprès du ministre fédéral des Transports afin qu’il rende l’approbation des projets d’aérodrome conditionnels au respect des lois québécoises, aux règlements municipaux et à l’acceptabilité sociale;

« Qu’elle demande au gouvernement fédéral d’accepter l’offre du Québec de mettre sur pied un comité de travail sur l’aménagement du territoire pour trouver des solutions visant à ce que les décisions affectant les citoyens tiennent compte des plans d’aménagement locaux, des règlements municipaux et de l’acceptabilité sociale, tout en respectant les lois québécoises. »

Devant  ce consensus,  les  député(e)s du Parti Québécois  dans  Lanaudière,  Nicolas  Marceau (Rousseau), Véronique Hivon (Joliette), Mathieu Traversy (Terrebonne) et André Villeneuve (Berthier) tiennent à réitérer leur appui aux communautés touchées par ces projets.

 

« Le Parti Québécois s’est positionné encore une fois avec  les citoyens de Lanaudière cette semaine. Est-ce que le gouvernement fédéral pourrait maintenant répondre aux inquiétudes des communautés et agir en concertation avec les milieux concernés ? Pourrait-il au moins respecter nos lois québécoises et nos règlements municipaux, tout particulièrement dans ces dossiers ? Encore une fois, cela démontre qu’un Québec indépendant serait le seul maître de ses actions et de ses décisions ! » affirment les député(e)s.

Archives

Après 10 mois de lutte, les député(e)s du Parti Québécois dans Lanaudière, André Villeneuve (Berthier), Nicolas Marceau (Rousseau), Véronique Hivon (Joliette) et Mathieu Traversy (Terrebonne), accueillent avec satisfaction la décision du gouvernement libéral d’annuler enfin sa réforme inacceptable du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA). « Dès avril 2016, lors de l’étude des crédits budgétaires, le Parti Québécois a averti le ministre de l’époque, Pierre Paradis, que les changements qu’il souhaitait apporter au PCTFA allaient obliger les agriculteurs québécois à sortir plusieurs milliers de dollars supplémentaires de leurs poches. Après avoir qualifié les agriculteurs de menteurs, le gouvernement a enfin décidé de reculer », ont-ils déclaré.

L’Union des producteurs agricoles (UPA), la Fédération québécoise des municipalités (FQM), la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec et le Parti Québécois faisaient pression sur le gouvernement depuis plusieurs mois afin qu’il annule la réforme du PCTFA. « Il aura fallu la mobilisation des agriculteurs et des municipalités, en plus de manifestations, de questions à l’Assemblée nationale, de plusieurs rapports indépendants, d’un mandat donné au fiscaliste Luc Godbout, de la menace d’un blocus des sentiers de motoneige et, finalement, un changement de ministre, pour que le gouvernement entende enfin raison. Pendant ces 10 mois, le Parti libéral a fait vivre des milliers d’agriculteurs dans l’incertitude. Pourquoi avoir attendu qu’il y ait des impacts négatifs sur la saison touristique pour agir? », se questionnent les député(e)s.

L’UPA avait estimé que les agriculteurs subiraient une hausse moyenne de leurs taxes pouvant aller jusqu’à 40 %, calcul validé par plusieurs études comptables. Pourtant, le ministre Paradis a choisi de ne pas croire les agriculteurs et en décembre dernier, il octroyait le mandat à Luc Godbout de vérifier leurs dires. « L’intransigeance libérale, en plus de causer beaucoup d’incertitude, aura coûté un contrat de vérification qui se sera avéré inutile. Alors que le Parti libéral demande aux Québécois de se serrer la ceinture, il dépense des fonds publics parce qu’un ministre refuse de reconnaître qu’il s’est trompé », ont poursuivi les député(e)s.

Il importe de rappeler que malgré cet heureux recul des libéraux, la fiscalité foncière agricole demeure problématique, notamment en raison de la hausse fulgurante de la valeur des terres depuis deux décennies. « Le problème de la fiscalité foncière agricole demeure d’actualité, et le gouvernement ne doit pas balayer la question sous le tapis. Il est toujours aussi impératif de créer une table de travail où le gouvernement, les municipalités et les agriculteurs pourront déterminer comment revoir le mode de taxation des terres agricoles », ont conclu les député(e)s.

Courtoisie

La députée de Joliette, Véronique Hivon, salue l’engagement et félicite chaleureusement la professeure de science politique au Cégep régional de Lanaudière qui a reçu, en marge de la 25e édition du Forum étudiant, une médaille de l’Assemblée nationale. L’enseignante, qui encadre et accompagne la délégation du Cégep à cette simulation parlementaire depuis 13 ans, en plus de siéger au sein du comité organisateur, s’est vu remettre la prestigieuse insigne des mains du vice-président et doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron.

« C’est un honneur qui est tellement mérité! Je sais à quel point Mme Sentenne s’investit corps et âme pour ses étudiants, pour organiser cette activité et leur faire vivre une expérience qui sera souvent déterminante pour la suite de leur parcours», souligne Véronique Hivon. Pour la députée de Joliette, Mme Sentenne fait partie de ces professeurs qui marquent à jamais la vie de leurs élèves, par leur façon d’enseigner, de les inspirer, de les faire rêver et de faire naître ou de révéler chez eux des passions : « Elle est de ces profs qu’on n’oublie pas. Nathalie Sentenne est une mentor formidable, une bougie d’allumage d’intérêts et de passions. Elle donne la piqûre aux jeunes pour l’engagement social! »

Véronique Hivon souligne par ailleurs le travail et la préoccupation de l’enseignante pour une meilleure représentativité femmes-hommes au sein de nos institutions démocratiques : « Mme Sentenne s’assure toujours que la délégation du cégep soit paritaire, elle veut montrer aux jeunes femmes qu’elles ont leur place, qu’elles doivent croire en elles et ne devraient pas avoir peur de se lancer. C’est un travail en amont qui est essentiel pour assurer une meilleure représentation au sein de nos différentes instances », insiste la députée. 

L’enseignante, qui ne s’attendait pas à recevoir un tel honneur, se réjouit de cette reconnaissance tout en réitérant que pour elle, la véritable récompense demeure « l’étincelle dans les yeux des jeunes », l’empreinte que laisse chez eux une participation au Forum : « Tous les étudiants que j’ai revus plus tard m’ont dit à quel point cette expérience les avais marqués. Et ce sont toutes des personnes qui sont aujourd’hui engagées, d’une façon ou d’une autre, dans la communauté. Certains se sont même présentés en politique ! », de lancer Mme Sentenne, ajoutant que « voir les jeunes se réaliser à travers cette expérience, se dépasser et apprendre à mieux se connaître, c’est ce qui me rend vraiment fière. 

« Pas de doute, la relève est là, et ces jeunes seront très certainement de brillants ambassadeurs de la démocratie et de l’engagement social pour leur entourage et leur communauté! », de conclure la députée de Joliette, Véronique Hivon, qui se réjouit en outre de la plaque honorifique obtenue par le Cégep régional de Lanaudière pour ses 25 ans de participation ininterrompue et assidue au Forum étudiant de l’Assemblée nationale.  

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.