Photo courtoisie

La députée de Joliette, Véronique Hivon, est heureuse d’annoncer l’arrivée de Gino Latendresse au sein de son équipe de bureau de circonscription. « Je suis privilégiée de pouvoir accueillir une personne de sa qualité, qui allie ouverture, expérience et connaissance du milieu. C’est une addition extraordinaire à notre équipe déjà bien établie et une très belle collaboration qui débute! », souligne-t-elle, enthousiaste.

Originaire de Joliette et aujourd’hui résident de Notre-Dame-des-Prairies, M. Latendresse a occupé des postes importants au cours des dernières années dans les sphères industrielle, culturelle et municipale, en plus d’avoir œuvré auprès de jeunes en difficulté. « Gino est vraiment quelqu’un de très polyvalent comme l’indique sa feuille de route, de chaleureux et d’engagé, qui a une réelle volonté de changer les choses pour le mieux dans la communauté. Je suis heureuse de pouvoir compter sur lui afin de répondre aux besoins des citoyens et citoyennes de Joliette », explique Véronique Hivon. M. Latendresse sera notamment responsable des dossiers liés à l’économie et à l’entrepreneuriat, aux municipalités, à la santé et à la protection de la jeunesse, à la culture, à l’environnement, à l’agriculture ainsi qu’aux transports au bureau de la députée de Joliette.

« Je me sens choyée d’être appuyée par une équipe aussi dédiée, avec Valérie Roy, Mélanie Jacques, Guillaume Denommée, qui sont mes attachés politiques, Annie Laurier, qui nous fournit un soutien administratif précieux, ainsi que Pascale Sévigny actuellement en congé de maternité. Ils sont compétents, dévoués et font un travail exceptionnel au quotidien auprès des gens d’ici », affirme la députée.

« Tous ensemble, nous formons une équipe engagée pour l’ensemble des citoyens, des organismes et des entreprises de la circonscription et nous sommes plus que jamais déterminés à travailler pour améliorer la qualité de vie des gens d’ici ainsi que pour accroître la vitalité et le dynamisme de notre milieu », conclut Véronique Hivon. 

 

Photo courtoisie

La ministre des Affaires municipales et de l'Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mme Andrée Laforest, annonce la mise en œuvre du Fonds pour l'infrastructure municipale d'eau (FIMEAU). Ce nouveau programme est destiné aux travaux de construction, de réfection ou d'agrandissement d'infrastructures municipales d'eau potable et d'eaux usées.

Le programme FIMEAU, sous la responsabilité du ministère des Affaires municipales et de l'Habitation (MAMH), est doté d'une enveloppe globale de 1,5 G$ répartie sur neuf ans. Un montant de 750 M$ provient du programme d'infrastructure Investir dans le Canada, auquel s'ajoute une contribution équivalente du gouvernement du Québec.

« Les investissements dans les infrastructures municipales sont nécessaires afin de garantir des services publics de qualité, au bénéfice des générations futures. Ce nouveau programme témoigne de l'engagement de notre gouvernement à soutenir activement les municipalités qui souhaitent investir dans leurs infrastructures d'eau pour les maintenir en bon état. Cette source de financement supplémentaire reflète notre volonté d'offrir des milieux de vie attrayants et prospères, tout en contribuant au dynamisme économique de nos régions », a déclaré par voie de communiqué, Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Il est essentiel d'investir dans des infrastructures d'eau modernes et efficaces pour préserver le bien-être de nos familles et protéger nos écosystèmes locaux. Grâce aux investissements de nos gouvernements, nous pourrons mieux répondre aux priorités des collectivités québécoises en matière de traitement des eaux usées et de distribution d'eau potable. Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires provinciaux, municipaux et autochtones afin de réaliser des investissements stratégiques qui contribueront à protéger les collectivités et soutiendront la transition du Canada vers une croissance économique propre », a pour sa part souligné L'honorable François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités.

Faits saillants :

Le programme FIMEAU, dont le taux d'aide gouvernementale est fixé à 80 %, comporte deux volets : un premier pour les municipalités de moins de 100 000 habitants et un second pour les dix grandes villes de 100 000 habitants et plus.

Pour permettre l'accès au financement à l'ensemble des municipalités du Québec et pour favoriser la réalisation de projets sur toute la durée du programme, les modalités de ce nouveau programme prévoient un déploiement en trois cycles, chacun débutant par un appel de propositions de projets : le premier en 2019, le second en 2022 et le dernier en 2024. À chaque cycle, les municipalités n'ayant pas bénéficié d'un financement aux cycles précédents seront priorisées.

Une période de quelques semaines est allouée aux municipalités avant le déploiement du premier appel de propositions, afin qu'elles puissent prendre connaissance des conditions et exigences du nouveau programme et déterminer les projets pouvant s'y inscrire. Les municipalités seront informées prochainement du lancement de ce premier appel de propositions de projets par courriel, de même que par le fil RSS du MAMH.

 

Photo courtoisie

Le député de Rousseau, adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (volet affaires municipales) et président du caucus des députés de Lanaudière, M. Louis-Charles Thouin, se réjouit de l’annonce historique de 128 nouveaux projets d’agrandissement et de construction d’écoles à travers le Québec faite par le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge. Des centaines d’élèves de la région de Lanaudière pourront ainsi profiter de six projets d’ajout d’espace grâce à un investissement de 70 972 811 $.

Le démarrage de l’ensemble des projets pourra débuter dès cet été grâce à la modernisation des règles du Ministère. Dans le but de mieux répondre aux demandes des commissions scolaires, le MEES adopte une planification pluriannuelle pour la première fois de son histoire. En effet,

29 projets pourront profiter d’une part de financement approximative de 10 %, de leur coût total estimé,  qui  permettra  leur  démarrage  dès  maintenant  et  accélérera  ainsi  les  démarches associées à leur réalisation. Le financement des projets sera complété dès que les commissions scolaires seront prêtes à franchir les autres étapes de réalisation et que les investissements nécessaires à leur poursuite seront prévus au Plan québécois des infrastructures.

« Les milieux de vie que fréquentent nos enfants ont certainement une incidence sur leur développement, leur estime de soi, leur réussite et leur bonheur. Tout le monde souhaite que les élèves aient le goût de se rendre à leur école, qu’ils s’y sentent bien et qu’ils réussissent à la hauteur de leurs capacités. C’est pourquoi je me réjouis de voir notre gouvernement investir si massivement  dans les écoles de notre région.  C’est aussi toute notre population qui en bénéficie » a souligné lors d’un point de presse, Louis-Charles Thouin, député de Rousseau, adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (volet affaires municipales) et président du caucus des députés de Lanaudière

« Ce que nous souhaitons pour les élèves du Québec, ce sont de belles écoles qui favorisent leur plein épanouissement. Avec ce nombre record de projets d’agrandissement et de construction, nous venons offrir des environnements d’apprentissage modernes et combler le manque de locaux, un problème qui remonte aux gouvernements précédents. Notre gouvernement n’a pas peur d’investir en éducation et il remet l’élève au cœur de ses actions, que ce soit sur le plan des services professionnels offerts aux élèves, des sorties culturelles, des activités parascolaires ou de l’amélioration des écoles. Comme ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, comme enseignant et comme père, j’en suis fier », a déclaré Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Faits saillants

• La  mesure Ajout d’espace vise les projets de construction, d’agrandissement et de réaménagement d’écoles ainsi que l’acquisition de bâtiments par les commissions scolaires.

• L’ensemble des projets pour lesquels un besoin d’espace est reconnu par le ministère de l’Éducation   et de l’Enseignement supérieur vont démarrer cette année. Ces investissements sont prévus au Plan québécois des infrastructures 2019-2029.

Voici la répartition de l’aide financière par commission scolaire dans la région :

Commission scolaire des Affluents

 

Montant

Agrandissement de l’école secondaire du Coteau*

2 119 329 $

Agrandissement de l’école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur*

2 583 854 $

Agrandissement de l’école Gareau à LAssomption

14 981 648 $

Agrandissement de l’école secondaire Armand-Corbeil*

2 754 303 $

Démolition et de reconstruction de l’école Amédée-Marsan à LAssomption

9 183 877 $

Construction d’un centre gional de formation professionnelle pour techniques dusinage à Mascouche

7 312 107 $

Élaboration dun dossier d’affaires pour le projet de construction dune école secondaire

 

10 000 000 $

Commission scolaire des Samares

 

Agrandissement de l’école Sainte-Hélène à Sainte-Mélanie

5 761 547 $

Agrandissement de l’école de Saint-Alphonse à Saint-Alphonse-Rodriguez

7 161 549 $

Agrandissement de l’école primaire de Saint-Calixte

9 114 597 $

 

70 972 811 $

 

 

Total

* Projets financés approximativement à 10 %. Le financement sera complété lorsque les projets seront prêts à franchir les autres étapes.

Photo courtoisie

Dans le cadre de sa tournée aux quatre coins du Québec afin de présenter le programme Agir tôt, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, monsieur Lionel Carmant, a visité, le 25 juin, la région de Lanaudière.

À cette occasion, il a annoncé l’octroi d’un montant de 2 725 5000 $ afin de développer des ressources en dépistage et principalement de rehausser les équipes d’intervention auprès des jeunes enfants présentant un retard de développement, une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme dans la région de Lanaudière.

Agir tôt est un engagement phare du gouvernement et des investissements de 48 M$ ont été annoncés dès 2019-2020 pour son déploiement, investissements qui atteindront progressivement 88 M$ annuellement d’ici 2023-2024.

Agir tôt vise à identifier le plus tôt possible les difficultés chez l’enfant, à évaluer son profil de développement et à l’orienter vers le bon service et, enfin, à lui offrir le soutien dont lui et sa famille ont besoin.

 « Le déploiement d’Agir tôt est un tremplin incroyable, qui permettra de rejoindre les familles aux quatre coins du Québec et de donner des services dès la visite en première ligne pour tous nos enfants. Ceci est un engagement phare de notre gouvernement! Avec Agir tôt, nous nous donnons les moyens d’influencer positivement la trajectoire de vie de nos enfants et de leur permettre de développer leur plein potentiel », a déclaré en conférence de presse, Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

Faits saillants :

Le programme Agir tôt repose sur le déploiement, à l’échelle du Québec, d'une plateforme informatique à laquelle la population aura accès graduellement au cours de l’automne 2019, et qui regroupe des questionnaires de dépistage sur le développement de l’enfant 0-5 ans. À partir des réponses à des questionnaires, l’enfant pourra être orienté plus rapidement vers les services appropriés et être rencontré par une équipe multidisciplinaire le plus tôt possible.

Parmi ses nombreux avantages, notons :

une meilleure orientation de l’enfant vers les services requis, grâce à un portrait plus précis de son développement;

de plus courts délais d’orientation;

la participation de la famille dès le début du processus;

la possibilité d’offrir à l’enfant les services de stimulation précoce dont il a besoin avant même la confirmation d’un éventuel diagnostic;

et la possibilité d’élaborer un plan d’intervention précoce et plus précis.

Différentes stratégies pour améliorer le dépistage précoce sont également prévues et mettront à contribution les partenaires du réseau de la santé et des services sociaux et ceux du réseau des services de garde et de l’éducation.

Agir tôt s’inscrit à l’intérieur d’une initiative gouvernementale concertée regroupant le ministère de la Santé et des Services sociaux, le ministère de la Famille et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

 

Photo courtoisie

Les consultations du Parti Québécois de Berthier ont débuté jeudi dernier, au café de La brûlerie du Roy, à Lavaltrie. Les membres, non-membres et tous les sympathisants à la cause indépendantiste étaient conviés à se rassembler pour faire le point sur leur vision du Québec de demain. 

Des rencontres partout au Québec

C'est dans le cadre de la relance du Parti Québécois que le conseil exécutif de Berthier organise ces cafés-rencontres, souhaitant recevoir la version des citoyens sur ce qui deviendra le nouveau Parti Québécois.

En effet, c'est près de 130 séances de consultations qui auront eu lieu à travers les circonscriptions du Québec d'ici la fin du mois de juin. Selon la présidente du conseil exécutif du PQ de Berthier, cette consultation se veut complémentaire au questionnaire lancé en ligne par le Parti la semaine dernière : "Le fait de pouvoir débattre, de partager nos visions, de mettre en commun nos idées, et ce, sur des questions ouvertes, nous permet d’effectuer certains constats. Il faut réorienter le véhicule qu'est le Parti Québécois, vers l'indépendance. C’est un exercice enrichissant qui, nous l’espérons, donnera de la force au mouvement souverainiste." 

Un nouveau texte fondateur

Les résultats de ces rencontres serviront à l’établissement de propositions qui pourraient être adoptées au prochain congrès extraordinaire du Parti Québécois, qui aura lieu en novembre prochain, à Trois-Rivières. La démarche vise la création de la nouvelle déclaration de principes du Parti, de son nouveau texte fondateur.

Une seconde consultation avant la fête nationale

La population du comté de Berthier aura donc l’occasion de répéter l’exercice lors d’une rencontre au Chalet des loisirs de Saint-Cuthbert (1944, rue Principale), ce samedi 22 juin à 13h30. Le débat est ouvert à toute personne ayant à cœur l'indépendance du Québec, peu importe son appartenance politique. « On ne sait pas encore s’il y aura la tenue d’une troisième consultation. Si vous voulez y participer, c’est le moment! »

Pour y assister ou pour toute demande d’information, communiquez avec Julie Boucher, présidente du conseil exécutif, à l’adresse : Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 450-752-9927.

 

Photo courtoisie

Dans le cadre de la démarche de relance qui s’étend à l’échelle nationale, le Parti Québécois de Joliette invite la population à un café-rencontre qui se tiendra le mercredi 3 juillet, à 19h, au centre Émilie-Gamelin. À cette occasion, on y discutera de la modernisation de la formation politique souverainiste, de ses idées et idéaux, des meilleures manières de rebâtir les liens avec la population et de sa relance de manière générale.

« La démarche est ouverte à tous les gens de Joliette, membres ou non, qui ont un attachement au Parti Québécois et qui souhaitaient contribuer à son avenir. Nous comptons sur le dynamisme et les convictions des gens d’ici pour alimenter la réflexion. Aucun sujet ne sera tabou, tout sera sur la table, sauf l’indépendance qui demeure au cœur de notre ADN », a indiqué la présidente, Thérèse Chaput. Les personnes intéressées à participer peuvent s’inscrire par téléphone au 450 755-1995 ou par courriel au Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

« Tout au long de ce processus qui a débuté en mars dernier, nous nous devons de faire preuve de beaucoup d’audace, d’ouverture d’esprit, d’originalité et d’authenticité pour regagner la confiance des gens et continuer à être un moteur de changement et de progrès au Québec. On souhaite obtenir votre point de vue, vos idées et votre perspective pour la suite des choses, autant pour le parti comme tel que pour son rôle pour le mouvement indépendantiste », a conclu la députée de Joliette, Véronique Hivon.

De plus, il est possible de remplir en tout temps, pour tout citoyen qui souhaite contribuer à la réflexion, un questionnaire en ligne portant sur la démarche de modernisation du Parti Québécois : https://pq.org/questionnaire.

Le dénouement de cette importante opération portant sur l’avenir de la formation politique fondée par René Lévesque aura lieu en novembre prochain lors de la tenue d’un congrès national extraordinaire.

 

Photo courtoisie

L’Assemblée nationale a célébré, le 12 juin dernier, les 10 ans de vie parlementaire de quatre élues, dont la députée de Joliette, Véronique Hivon. « Je voudrais avant tout remercier les gens de Joliette pour leur extraordinaire confiance. C’est un privilège et une fierté de tous les instants de les représenter et de porter leurs aspirations », a-t-elle déclaré.

 « J’ai aussi une pensée spéciale pour ma précieuse équipe au bureau de circonscription, pour l’infatigable organisation du Parti Québécois de Joliette ainsi que pour les nombreux bénévoles qui m’accordent temps, passion et énergie sans relâche. Vous êtes mon camp de base depuis 10 ans, je vous dois beaucoup », a ajouté Véronique Hivon.  

« Cette célébration m’a permis de revivre beaucoup d’événements marquants des dernières années et ce, en compagnie de trois collègues avec qui je partage, au-delà des allégeances partisanes, une belle complicité conjuguée au féminin! », a indiqué la députée de Joliette. En effet, parmi les nouveaux parlementaires issus de la cohorte de 2008, seules 4 femmes sont toujours en place : Francine Charbonneau (Mille-Îles), Véronique Hivon (Joliette), Filomena Rotiroti (Jeanne-Mance—Viger) et Kathleen Weil (Notre-Dame-de-Grâce).

Véronique Hivon a été élue pour la toute première fois à l’Assemblée nationale du Québec dans la circonscription de Joliette le 8 décembre 2008, puis a été réélue en 2012, en 2014 et en 2018.

Photo courtoisie

La députée provinciale de Joliette, Véronique Hivon, a procédé, le 20 juin dernier, au bilan de la session parlementaire à l’Assemblée Nationale qui s’est achevée quelques jours plus tôt, le 16 juin.

« Ce fût une session extrêmement active où je suis restée aussi combative sinon plus que jamais. Je suis très heureuses des résultats qu’on a pu obtenir grâce notamment à la mobilisation citoyenne », a-t-elle déclarée en entrevue exclusive au Lanauweb.

Elle s’est tout d’abord réjouie de l’annonce de l’agrandissement de l’école primaire de Sainte-Mélanie. « Il y a eu un important boom démographique dans ce coin. C’est un dossier qui était vraiment prioritaire pour moi », a-t-elle affirmé.

L’obtention d’une subvention du gouvernement québécois pour la modernisation du Centre Culturel Desjardins est aussi une autre excellente nouvelle pour la députée de Joliette élue pour la première fois en décembre 2008. « Les gens de la communauté se sont tous rassemblés derrière ce beau projet pour montrer à quel point la culture est une force dans le grand Joliette », a-t-elle ajouté.

Pour Véronique Hivon, l’ajout que 80 nouvelles places en CPE à Joliette dans une deuxième installation pour Les Mousaillons est  « quelque chose que nous avions permis alors que le Parti Québécois était au pouvoir mais jamais accepté par les gouvernement qui ont suivi », a-t-elle souligné

Au cours des derniers mois, son bureau de comté a aidé plus de 250 citoyens sous diverses formes ainsi que plusieurs organismes dont un fonds d’urgence à la Soupière.

Changement

Faisant le bilan des neuf premiers mois du gouvernement de François Legault, Véronique Hivon a constaté qu’un véritable vent de changement soufflait à l’Assemblée Nationale contrairement à l’ancien gouvernement libéral de Philippe Couillard. Elle salue aussi l’engagement du gouvernement de la CAQ de faire l’éducation comme étant une priorité.

«Là où le bât blesse, c’est toutefois dans la réalisation, la concrétisation et la priorisation. Souvent, il y a des intentions qui sont lancées mais les moyens précis ne sont pas toujours là », a-t-elle dénoncé.

La députée de Joliette a aussi déploré que le gouvernement de la CAQ ait eu recours au bâillon pour faire adopter les projets de lois sur la laîcité et l’immigration. « C’est très regrettable car c’était un débat très important.  En démocratie, il faut donner le temps que ces choses-là se fassent correctement car ce temps-là nous permet de bâtir un plus grand consensus  et de donner plus de légitimité », a-t-elle souligné.

Au cours de la saison estivale, Véronique Hivon prendra quelques semaines de vacances en plus de participer à plusieurs évènements dans son comté.

Pour voir l’entrevue en entier de Mme Hivon : https://www.facebook.com/Lanauwebnord/videos/308944550013783

Photo courtoisie

La ministre du Tourisme, Mme Caroline Proulx, a présenté, le 5 juin, en compagnie de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mme Andrée Laforest, le projet de modification modernisant le Règlement sur les établissements d’hébergement touristique, afin de permettre aux Québécois de tirer le maximum des innovations technologiques, tout en assurant une plus grande équité fiscale. Le Québec deviendrait ainsi la toute première province canadienne à aller de l’avant avec un tel encadrement sur l’ensemble de son territoire.

Le projet de modification réglementaire propose notamment la création d’une nouvelle catégorie d’hébergement touristique, appelée « établissement de résidence principale », qui permettrait aux Québécois de profiter en toute légalité des revenus tirés de l’hébergement collaboratif. Ainsi, les personnes qui souhaiteraient offrir en location de courte durée leur résidence principale n’auraient qu’à obtenir, facilement et à un coût raisonnable, un numéro d’enregistrement en ligne. Ce numéro devrait être inscrit dans toute publicité, tout contrat et tout site Internet en lien avec l’exploitation de la résidence principale.

En plus d’augmenter la conformité des citoyens à la loi, les changements proposés visent également à assurer une meilleure protection du parc immobilier résidentiel.

 « Cette modernisation réglementaire était attendue depuis trop longtemps au Québec. L’hébergement collaboratif étant un phénomène qui est là pour rester, il était impératif pour nous d’adapter rapidement et efficacement le Règlement à cette nouvelle réalité. C’est ce que nous faisons aujourd’hui en proposant la mise en place d’un mécanisme simple, clair, applicable et, surtout, équitable pour tous. Avec les changements proposés, qui constituent une première en la matière au Canada, votre gouvernement est fier d’agir avec courage et détermination pour mieux encadrer ce type d’hébergement », a déclaré, par voie de communiqué, Caroline Proulx, ministre du Tourisme.

« Je salue la modernisation proposée par ma collègue, la ministre du Tourisme, qui ne peut qu’être bénéfique pour l’offre de logements au Québec. Les études démontrent que l’essor des plateformes d’hébergement collaboratif a contribué à faire augmenter le prix des loyers et à réduire le nombre de logements disponibles. Tout en respectant l’autonomie des municipalités, il faut s’assurer de mieux protéger le parc immobilier résidentiel », a souligné Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean

 

Photo courtoisie

La ministre du Tourisme, Mme Caroline Proulx, annonce le lancement d’un appel de projets qui sera assorti d’une enveloppe de 40 millions de dollars dans le cadre du Programme de soutien aux stratégies de développement touristique (PSSDT). Les promoteurs qui souhaitent présenter une initiative à saveur touristique sont invités à soumettre leurs projets à compter d’aujourd’hui, et ce, jusqu’au 8 juillet 2019, par l’entremise du site Web du ministère du Tourisme.

Cet appel de projets, qui touche les volets 1 à 4 du programme, vise à soutenir la réalisation de projets touristiques liés aux secteurs d’activité stratégiques présentant des avantages concurrentiels pour le Québec, soit le tourisme hivernal, événementiel, de nature et d’aventure et de mise en valeur du fleuve Saint-Laurent. Ces nouvelles sommes, qui découlent du tout premier budget du gouvernement Legault présenté en mars dernier, visent à répondre à la forte demande des entreprises qui souhaitent développer les attraits touristiques de leur région, et ce, partout au Québec.

De plus, afin de maximiser les retombées économiques générées par ses investissements, le ministère du Tourisme accordera une priorité aux projets répondant à au moins un des objectifs suivants :

- Répondre à la demande des marchés ciblés par le Ministère, plus particulièrement en ce qui concerne les clientèles hors Québec.

- Stimuler l’économie de sa région en prolongeant la saison touristique (augmentation d’au moins un mois).

- Contribuer à la mise en valeur du tourisme gourmand.

- Accroître la capacité d’accueil.

- Diversifier l’offre d’activités.

 « Le tourisme est l’un des moteurs de développement économique les plus puissants au monde. Afin que le Québec prenne la place qu’il mérite au sein des destinations les plus visitées, nous devons investir dans ce que nous avons de mieux à offrir. C’est d’ailleurs pour cette raison que le budget 2019-2020 de votre gouvernement ajoutait 40 millions de dollars dans ce programme, afin de soutenir notre industrie touristique. Le Québec possède des atouts incomparables et c’est à nous de les faire découvrir au plus grand nombre. J’invite les acteurs de l’industrie à soumettre dès maintenant leurs projets pour faire fièrement rayonner notre destination aux quatre coins du monde! », a déclaré par voie de communiqué, le 17 juin,  Caroline Proulx, ministre du Tourisme

Faits saillants :

Le PSSDT est complémentaire aux autres leviers financiers du ministère du Tourisme.

Il vise le développement et le renforcement de l’offre touristique québécoise afin de faire du tourisme une industrie concurrentielle, durable, innovante et attrayante pour les visiteurs du Québec et ceux des marchés extérieurs. Ainsi, le Ministère entend stimuler l’investissement privé, l’augmentation du nombre de visiteurs et l’accroissement des retombées économiques du tourisme dans toutes les régions du Québec.

Les projets ciblés par le programme doivent s’inscrire dans l’une des stratégies suivantes :

Volet 1 : Appui à la Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal;

Volet 2 : Appui à la Stratégie de mise en valeur du tourisme événementiel;

Volet 3 : Appui à la Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d’aventure;

Volet 4 : Appui à la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique.

L’analyse des propositions déjà reçues et répondant aux exigences se poursuit et seuls les dossiers complets seront analysés.

La date limite de dépôt des projets est le 8 juillet 2019.  

Il est fortement recommandé aux promoteurs de joindre le conseiller en développement touristique de leur région avant de déposer une demande.

Photo courtoisie

Le député de Rousseau, adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et  président du caucus des député(e)s de Lanaudière, Louis-Charles Thouin, se réjouit des nombreux citoyens et citoyennes reçus lors de l’inauguration de son nouveau bureau de circonscription.

L’événement qui s’est déroulé le vendredi 31 mai dernier a, en effet eu un succès supérieur aux attentes de monsieur Thouin et son équipe en recevant près de 300 personnes à leur nouvelle adresse.

« Je suis très heureux d’avoir eu la chance d’inaugurer officiellement mon bureau, nouvellement déménagé à Saint-Lin-Laurentides, aux citoyens de Rousseau. Il était important pour moi d’offrir mes services dans un  endroit stratégique, central et où se situe le plus important volume de population.  J’ai été élu pour représenter mes électeurs, être disponible et accessible, il n’était donc pas question pour moi de m’isoler. » – Louis-Charles Thouin

Pour l’occasion, monsieur Thouin a remis plus de 30 soutiens financiers totalisant 43 000$ à différents organismes, municipalités et ville par le biais du Programme de Soutien à l’action bénévole (PSAB) et du fonds discrétionnaire de la ministre du Tourisme et députée de Berthier, madame Caroline Proulx.

« Mon équipe, sous la direction de madame Stéphanie Therrien, est disponible en tout temps pour servir  nos citoyens. Messieurs Georges Berberi et Michel Marchand, attachés politiques se partagent le territoire afin d’assurer un service personnalisé à la population.   ». – Louis-Charles Thouin

Rappelons que les heures d’ouverture du bureau situé au 461, rue du Parc sont du lundi au vendredi de 9h à 16h30.

inauguration, bureau, Rousseau, Louis-Charles Thouin
Photo courtoisie

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.