Meilleurs histoires

Photo courtoisie

Mrc Joliette

La Semaine nationale des travaux publics se déroulera du 19 au 25 mai 2019. Pour l’occasion, l’équipe des travaux publics de Sant-Charles-Borromée convie les citoyens à une journée familiale au parc du Bois-Brûlé, le samedi 25 mai, qui mettra en valeur les pratiques vertes de nos professionnels des travaux publics.

Lors de cette journée en plein air, les visiteurs pourront en apprendre davantage sur la profession, sur les différents services aux citoyens qui relèvent des travaux  publics, sur la flotte  de véhicules et sur les pratiques durables en matière d’entretien des infrastructures et autres initiatives écologiques sur le terrain.  Au nombre des activités gratuites, il y aura : visites  des équipements  lourds – camions,  tracteurs et  machinerie —,  jeux gonflables, maquillage pour enfants, mascotte Charlo, musiciens trad ainsi qu’un BBQ familial de style « tailgate party » avec hot-dogs, limonade et maïs soufflé.

Les pratiques durables à l’honneur                           

Cette 2e édition de la Journée des Travaux publics se veut une occasion parfaite pour mettre en valeur nos pratiques durables. C’est dans cet esprit « vert » que l’événement tient lieu et place   au  parc du Bois-Brûlé afin de favoriser la découverte d’activités connexes à  la prestation de services des travaux  publics. Quelques exemples :

    Exposition thématique sur les pratiques durables des travaux  publics

    Visite guidée de la centrale d’eau potable Robert-Boucher

    Conférence sur les changements climatiques offerte par l’Association Forestière de Lanaudière

    Clinique de déchiquetage de vos papiers personnels de 13 h à 16 h

    Inauguration de notre station de remplissage de bouteilles d’eau fabriquée par le Service des travaux  publics

« Le Service des travaux  publics assure l’entretien des infrastructures municipales : il le fait avec  un réel souci de progrès et de respect de l’environnement. Que ce soit l’entretien du réseau de distribution d’eau potable, que ce soit le bon état  des routes ou le déneigement… Chacune de ces activités comporte une dimension verte et  cette journée est l’occasion parfaite pour montrer l’impact de nos équipes et de nos interventions sur le quotidien des citoyens », de conclure le maire, M. Robert Bibeau.

Notons que la journée est annulée en cas de pluie.

Photo Guy Latour

Mrc Joliette

Pour la deuxième fois en quelques mois, la Ville de Joliette et les promoteurs du projet Clercy ont tenu une assemblée publique de consultation, le 16 mai.

Plus de 120 personnes ont assisté à cette rencontre au Scolasticat sur la rue Base-de-Roc, lieu où le projet serait réalisé.

Cette soirée avait pour objectif de présenter à la population les changements apportés à ce projet immobilier.  Celui-ci constitué de 340 à 375 unités de logements sur le terrain de 1 125 000 pieds carrés. Pour ce qui est du scolasticat, son architecture demeurera mais sa vocation changera pour accueillir des commerces de proximité.

Ainsi, on a reculé les immeubles situés sur Base-de-Roc ont été légèrement reculés. Pour ce qui est des pignons, qui étaient trop haut au goût de plusieurs, ceux-ci ont été remplacés par des toits plats. Il y aura aussi deux accès piétonniers pour la rivière sans passer sur le terrain du projet Clercy.  Il y aura deux  air de repos élargi près de la piste cyclable.

Presque toutes  les personnes qui ont pris la parole se sont dites contre le projet. Les principales inquiétudes sont au niveau de l’environnement et de la circulation.

« Il est où le couloir fluvial? », « Il va y arriver quoi avec la circulation quand il y aura des concerts du Festival de Lanaudière? » « Pourquoi pas une étude d’impact sur la santé? » ont été quelques une des nombreuses questions posées par le public.

Le botaniste Frédéric Coursol, que la Ville a mandaté pour faire une étude sur sa végétation, il n’y a aucune espèce d’arbre qui est en danger ou vulnérable sur le terrain. Pour Richard Boucher, un des instigateurs du projet, il va  planter beaucoup plus d’arbres qu’il va s’en couper.

« Pour la circulation, ça ne peut pas être pire qu’avant lorsqu’il y avait 500 élèves ici. Le stationnement était plein.  Je n’ai jamais entendu de plaintes des citoyens à cette époque

projet Clercy, Joliette, assemblée publique, Scolasticat
Photo Guy Latour. Les trois promoteurs du projet ont écouté attentivement les commentaires des gens présents dans la salle.

Le ton monte

À un certain moment, le ton a monté lorsqu’une opposante au projet, Lise Coulombe, a brandi un document officiel sur le site web de la ville confirmant que le projet avait été adopté.

« Je suis indignée et en maudit! C’est un déni démocratique. Je n’ai plus confiance envers les élus actuels après avoir ça », a lancé la dame visiblement en colère.

Après la rencontre, le directeur du l’Aménagement du territoire à la Ville de Joliette a expliqué pourquoi l’avis public concernant l’acceptation du changement de zonage s’était retrouvé par erreur sur le site web de la ville.

« Il s’agit d’une erreur de programmation. Il devait être publié après l’adoption, mais pour une raison qu’on ignore actuellement, il s’est retrouvé sur le site web », a-t-il mentionné.

projet Clercy, Joliette, assemblée publique, Scolasticat
Photo Guy Latour. Plus de 120 personnes ont assisté à la soirée d'information du 16 mai.

La suite

Le conseil municipal adoptera ou non le changement de zonage lors de la séance régulière du 21 mai prochain.

Deux jours plus tard, un avis annonçant la possibilité de faire une demande de participation à un référendum sera émis. L’adoption de ce règlement pour cette demande pour avoir lieu 3  juin.

Si le processus suit son cours, des dates resteront à déterminer pour la tenue d’un registre et pour la procédure de scrutin référendaire

Photo courtoisie

Mrc Joliette

La Municipalité de Saint-Charles-Borromée annonce la réduction de la limite de vitesse à 40 km/h dans un quartier investi par de nombreuses jeunes familles. Ce projet-pilote découle d’une recommandation du comité de circulation. Le déploiement des panneaux et de la campagne d’information se fera au début juin et les nouvelles limitations de vitesse entreront en vigueur le 15 juillet.

Le quadrilatère visé se situe entre  les rues de la Visitation, Jeanne-Sauvé, Pierre-Mercure et le boulevard L’Assomption Ouest. Les panneaux de signalisation vont être installés au cours des prochaines semaines et les véhicules qui circulent dans ce secteur devront respecter la nouvelle  signalisation. Les citoyens auront donc quelques semaines pour s’habituer à la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur à la mi-juillet.

Si l’on s’en tient à l’expérience des autres villes, ce projet devrait  avoir les effets escomptés sur le comportement des automobilistes.  « Il s’agit d’un projet-pilote en réponse à une demande citoyenne, explique  le maire Robert Bibeau. Il ajoute que : « le conseil municipal a considéré les études de circulation réalisées dans le secteur, lesquelles ont démontré que plus de 25 % des véhicules dépassent la limite permise établie à 50 km/h ».

« On veut réduire  les risques d’accident à son minimum. Si les conclusions sont positives, l’implantation de cette mesure d’atténuation pourra  servir de référence pour l’instauration de la limite à 40 km/h dans d’autres quartiers résidentiels, et ce, de manière permanente », annonce le maire Robert Bibeau.

Modifier les habitudes : l’approche par étapes

Rappelons que les objectifs de ce projet touchent deux volets : la sécurité des déplacements et  la  qualité de vie. Cette approche par étapes permettra au comité De circulation de mesurer les impacts réels sur la circulation avant de poursuivre efficacement le déploiement à la grandeur du territoire charlois.

D’ici là, on sait déjà que selon la Société de l'Assurance automobile du Québec (SAAQ), la réduction de la vitesse à 40 km/h permet de réduire  les risques de collisions et la gravité des blessures.

Pour faciliter l’adoption des nouveaux réflexes de lever le pied dans le secteur visé, la Municipalité va favoriser une approche combinant des mesures de sensibilisation incluant de l’affichage et des panneaux d’affichage de la vitesse par radar.

Photo courtoisie

MRC Autray

Depuis maintenant quelques mois, les municipalités de Berthierville, Sainte-Élisabeth, Saint-Gabriel-de-Brandon, Saint-Barthélemy et Mandeville et la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray collaborent assidûment afin de préparer l’intégration de la collecte de résidus alimentaires sur leur territoire.

Destinés à cette nouvelle collecte, des bacs de couleur marron seront ainsi livrés à chaque domicile dans les prochains jours. La distribution débutera dès le 15 mai à Berthierville et le noyau villageois de Saint-Barthélemy, le 16 mai à Sainte-Élisabeth, le 21 mai à Saint-Gabriel-de-Brandon et le 27 mai dans le noyau villageois de Mandeville.

Plus précisément, les citoyens recevront un aide-mémoire pour le tri des déchets, un document d’information incluant le calendrier des collectes de résidus alimentaires, un bac roulant et un plus petit bac pour la cuisine.  Le  ramassage du  contenu  des bacs débutera en  juin et s’effectuera hebdomadairement pendant la saison estivale.

Toujours dans l’optique de la bonne maîtrise de la nouvelle collecte par les citoyens, la MRC a confirmé le retour de la Patrouille verte qui se déplacera de résidence en résidence afin de conseiller les citoyens et répondre à leurs interrogations.

Le service Environnement rappelle que par résidus alimentaires est entendu tout résidu de fruits et légumes, les coquilles d’œufs, les sacs de thé et filtres à café, les pâtes alimentaires, le pain, le riz, les céréales, la viande, les produits laitiers, les papiers souillés, etc.

Pour obtenir plus d’information à propos de la collecte de résidus alimentaires, il est possible de joindre l’équipe liée au service, par téléphone au 450-836-7007 poste 2547 ou par courriel à l’adresse suivante :  Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photo courtoisie

MRC Autray

Le samedi 4 mai dernier, par une belle journée printanière, avait lieu le don d’arbres et de compost au garage municipal à Lavaltrie.

Organisé par la Ville, en collaboration avec le Groupe Scouts et l’Association forestière de Lanaudière, cet événement a permis aux citoyennes et citoyens de se procurer gratuitement arbre et compost pour embellir leur terrain!

Le beau temps et la population lavaltroise étaient au rendez-vous, permettant au Groupe Scouts d’amasser des dons en provenance des participants.

Notons que cette année, le Don d’arbres et de compost a rendu possible la plantation de plus de 150 pousses d’arbres sur le territoire de Lavaltrie, en plus d’enrichir le sol de compost.

Photo courtoisie

MRC Autray

C’est le 1er juin prochain, au parc Ste-Geneviève de Berthierville, qu’aura lieu la quatrième édition du Berthi & Broue

Cet évènement familial se tiendra entre 11h et 22h. Pour l’amateur de bières de dégustation, il y aura plusieurs Microbrasseries et Brasseries artisanal sur place qui voudront vous faire déguster leurs bières. Les dégustations pourront variées entre 2 à 4 onces et le prix de 2$ à 5$ selon la variété choisie. Seront présents : L’Albion,  La Forge du Malt, Maltstrom, Trécarré, La forge du Malt, Camp de Base, Broue Malt,  Broadway, McFerley, Le temps d’une pinte, Bièrerie Shelton (Oshlag), Domaine Berthiaume et Subversifs ( Micro-distillerie.

Il y aura aussi un atelier de brassage, présenté par Mout International. Il sera possible de s’initier au brassage d’une bière artisanale. De l’animation pour enfants avec jeux gonflable et maquillage est aussi au programme.

Les « Foodtruck »

Les festivaliers pourront aussi se nourrir sur place, plusieurs kiosques d’alimentation dont  Valentine, Boucherie Forget., Mr. Méchoui, Cochon Anonyme et Ça roule ma poule.

plus, il y aura des spectacles continuels à partir de midi soit la chorale « Chantons tous en cœur » de l’école Ste-Anne et école Dusablé (midi), Katryne Leblanc (chansonnière Pop Folk Québecois -  midi 30),  Daniell Pronoveau  (atelier Musique du Monde, Djembé et percussions Vibrantes -  14h),  Samme (Country Pop - 15h), Barbe Rousse (québecois , rock) – 16h), Bordeleau / Branchaud (Duo Trad-Québécois – 18h), Steph and the Blues fellows (trio Lanaudois avec les plus grands classiques du blues – 20h).

On pourra aussi découvrir, au bistro du Berthi & Broue, des bières spécialement brassées pour notre festival par la microbrasserie Tadoussac. Il s’agit de « La Berthi & Broue » (extra blonde, à 5 % d’alcool et un IBU de 17, goûteuse et rafraichissante avec de belles arômes), une « D’Autray » (de Desjardins Caisse de D’Autray), une bière de style IPA aux céréales d’orge et d’avoine (les houblons québécois Magnum, Cascade et Chinook apportent en bouche des notes fruitées de pêches, ainsi que des saveurs herbacées et résineuses, avec une finale d’agrumes juteux, la « Mont D’Or » de IGA Extra famille Mondor ainsi que la bière de style Red Ale, couleur cuivrée (dégage des arômes dominants de seigle et de biscuits sucrés. En bouche, des flaveurs d’abricots confits et de fruits secs se déploient grâce aux esters produits par la levure. Elle est brassée avec les houblons québécois Nugget et Golding ainsi que le Mosaïc).

Seuls les festivaliers qui auront un bracelet d’admission pourront se procurer le verre (plastique) du festival donnant accès aux microbrasseries.

Le prix d’admission (pour le bracelet) est de 10$ et ce prix vous donne droit gratuitement au verre (plastique) du festival.

On peut se procurer le bracelet en vente au bureau de la chambre de commerce de Berthie (743 Notre-Dame Berthierville, tél : 450-836-4689) ou auprès d’un des membres du comité organisateur.

Il sera aussi possible de vous procurer le bracelet sur place en arrivant.

Berthibroue.ca

 

Photo courtoisie

MRC Montcalm

Le conseil des maires et mairesses a accordé une aide financière de 300 000 $ au projet de Grappe Éducative Montcalm. Cet important soutien financier permettra au Carrefour jeunesse-emploi de Montcalm, instigateur du projet, de procéder à l’embauche d’une ressource qui aura le mandat de valider et de déployer  des actions innovantes en matière de qualification de nos jeunes, et ce, en collaboration avec les différents partenaires du milieu.

La MRC est engagée depuis plusieurs années à faire de la réussite éducative une de ses priorités. Avec cet important octroi,  la MRC aura investi plus de 700 000 $ en 4 ans pour la réussite  éducative dans Montcalm. Ce sont près d’une vingtaine d’organismes et d’écoles qui ont pu réaliser des projets venant soutenir les élèves dans leur persévérance scolaire.

«L’éducation est une grande richesse dans chaque milieu  et nous avons choisi comme territoire de travailler ensemble sur la réussite éducative. Nous avons besoin de l’expertise et de l’implication de chacun des partenaires et  je suis convaincu que le projet de Grappe Éducative Montcalm, sera un apport de plus dans Montcalm », a déclaré le préfet, monsieur Pierre La Salle.

Pour la directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi de Montcalm, la contribution de la MRC représente un levier financier important dans l’accès à d’autres sources monétaires qui permettront une action viable à moyen long  terme. « L’Éducation est un enjeu de société majeur qui nécessite l’implication de tous les acteurs du milieu, passant du parent à l’employeur. Le projet est né d’une vision de faire de notre milieu un véritable laboratoire de l’éducation et de la qualification de nos jeunes. La Grappe Éducative, c’est la locomotive choisie pour y parvenir. Merci à nos élus pour leur confiance et leur soutien indéniable!», a souligné Geneviève Rinfret.

Courtoisie

MRC Montcalm

À compter du 1er juin prochain, plusieurs nouveautés feront leur apparition pour les utilisateurs du transport adapté et du transport collectif réalisé par la MRC de Montcalm. En effet, à compter de cette date, 6 nouveaux autobus et un nouveau transporteur seront présents sur le territoire.

Suite à un processus rigoureux d’appel d’offres, la MRC changera de transporteur par autobus avec la venue d’Autobus Campeau. Cette entreprise québécoise œuvre depuis plusieurs années dans le domaine du transport scolaire, mais aussi du transport collectif et du transport adapté.

« Le conseil des maires et des mairesses souhaite la bienvenue à l’équipe d’Autobus Campeau. Leur travail est important pour maintenir la qualité des services de mobilité que nous offrons à la population montcalmoise. L’équipe de la MRC et d’Autobus Campeau travaillent activement à préparer l’arrivée du nouveau transporteur » mentionne M. Pierre La Salle, préfet de la MRC de Montcalm.

En plus des 6 autobus à contrat avec Autobus Campeau, la MRC de Montcalm a des ententes avec 3 entreprises de taxis de la région pour offrir le transport adapté et le transport collectif à la population montcalmoise. L’an dernier, plus de 36 000 déplacements ont été réalisés avec les autobus et les taxis.

« Au nom des collègues maires et mairesses de la MRC de Montcalm, nous tenons sincèrement à remercier les chauffeurs, le personnel et la direction d’Autobus Moreau pour leur excellent travail. Ils ont été d’excellents partenaires au cours de toutes ces années » ajoute M. Patrick Massé, maire de Saint-Lin-Laurentides et président  du  comité  des  transports.

 CIRCUIT 37 - PLANIFIEZ VOTRE TRANSPORT AVEC GOOGLE MAPS

Depuis la fin avril, il est possible de planifier votre transport collectif sur le circuit 37 avec Google Maps. Les différents arrêts et l’horaire de ce circuit effectuant la liaison entre Saint- Lin-Laurentides et Terrebonne sont intégrés à Google Maps. Les circuits régionaux 35 (Saint- Lin-Laurentides – Sainte-Sophie – Saint-Jérôme), 50 (Joliette - Sainte-Marie-Salomé - Montréal et 125 (Saint-Donat – Sainte-Julienne – Saint-Esprit - Saint-Roch-de-L’Achigan - Saint-Roch-Ouest – Montréal) sont aussi sur Google Maps.

Rien de plus simple pour l’utiliser : cliquez sur ce lien www.google.com/maps et sélectionnez l’option transport en commun et planifiez votre itinéraire

À PROPOS DE NOUS!

Pour plus d’informations sur le service des transports (horaires, tarifs, etc.), visitez le www.mrcmontcalm.com/transport ou  contactez-nous en composant le 450 831-2182, poste 7031.

Les activités du Service des transports sont soutenues financièrement par les municipalités/ville de la MRC de Montcalm, le gouvernement du Québec, le Fonds de développement  des  territoires  de  la  MRC  de  Montcalm,  le  Plan  d'action  2013-2020  sur  les changements climatiques et le Fonds vert.

 

 

Courtoisie

MRC Montcalm

« J’ai le plaisir d’annoncer qu’une somme importante sera investie pour la création d’emplois pour les jeunes dans la circonscription de Montcalm dans le cadre du programme Emplois d’été.  Cette année, ce programme financé à la hauteur de 617 457$, permettra la création 185 emplois», s’est réjoui le député Luc Thériault.

« Ce sont 62 organismes et petites entreprises qui profitent de ce programme et qui pourront offrir des emplois à nos jeunes. Ceux-ci auront la chance d’acquérir une expérience de travail significative, tout en contribuant au développement économique et social de notre communauté», a poursuivi le député de Montcalm.

Ce programme accorde un financement à des organismes sans but lucratif, à des employeurs du secteur public, ainsi qu’à de petites entreprises du secteur privé, afin d’offrir des emplois d’été à des jeunes âgés de 15 à 30 ans. « Je suis fier de contribuer à cette initiative qui permet à notre jeunesse d’acquérir de l’expérience terrain, car nos jeunes constituent l’avenir de notre région », a conclu le député de Montcalm.

Photo courtoisie

MRC Matawinie

Le début des travaux sur le chemin de Joliette (route 131) et le chemin Barrette à Saint-Félix-de-Valois est imminent. Ces travaux représentent une mise à jour importante de deux des axes routiers les plus achalandés de la Municipalité. Le chantier débutera dès que la fin de la période de dégel le permettra et devrait être complété à l'automne 2019.

« Il y a des besoins évidents de réfection des infrastructures, mais également un souci important concernant la sécurité et la fluidité du transport », a indiqué madame Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois. Les travaux réalisés par la Municipalité et chapeautés par le ministère des Transports (MTQ), se feront successivement sur le chemin de Joliette, puis sur le chemin Barrette. Ils prévoient la réfection des voies, l’installation d’égout pluvial, l’ajout d’une voie centrale sur la route 131, ainsi que l’ajout d’un trottoir sur ce même tronçon.

La Municipalité communiquera les chemins de détour et itinéraires alternatifs au fur et à mesure de l'avancement des travaux. Les tracés seront balisés aux abords du chantier et l'information sur les entraves sera systématiquement mise à jour sur le site Internet, à la section Info-Travaux, ainsi que sur le site uébec 511.

Nous vous remercions pour votre collaboration dans l’amélioration de nos infrastructures et vous invitons à respecter les indications et les limitations à l’approche des chantiers afin qu’ils demeurent sécuritaires pour les travailleurs.

Les travaux seront réalisés en collaboration avec le MTQ qui y contribue pour un montant d’environ 2,6 millions, auquel s’ajoute la subvention du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ).

Photo courtoisie Ysabelle Forest

MRC Matawinie

Le Gala du préfet de la MRC de Matawinie, au profit de Centraide Lanaudière, se tenait le 2 mai dernier, au Centre Culturel de Saint-Jean-de-Matha. Il s’agissait de la 13e édition de ce prestigieux Gala et, pour l’occasion, plus de 200 personnes se sont rassemblées pour un souper-bénéfice afin d’amasser des fonds pour Centraide Lanaudière. Un grand nombre d’élus et d’entrepreneurs se sont réunis dans le but de réitérer leur engagement envers leur communauté et de faire une différence dans leur région.

Dans son discours, M. Sylvain Breton, préfet de la MRC de Matawinie, s’est empressé de remercier les préfets et les maires des municipalités de leur présence, en soulignant l’importance de l’union de la communauté afin de briser le cycle de la pauvreté et de l’isolement social. Celui-ci a aussi noté l’importance de la mission de Centraide Lanaudière en relevant l’impact de l’organisme dans la région, citant les 105 000 $ remis par Centraide Lanaudière à 21 organismes de Matawinie en 2018.

gala, préfet, MRC de Matawinie, Sylvain Breton, Centraide Lanaudière
Photo courtoisie Ysabelle Forest. Sylvain Breton, préfet de la MRC de Matawinie

Dans un décor chaleureux et invitant, où des parapluies venaient tapisser les murs de la salle, Luc Charpentier, directeur régional de Centraide Lanaudière, a procédé à l’annonce de la première marche des parapluies qui aura lieu le 19 octobre prochain à Saint-Côme. Le parapluie est synonyme de la protection que Centraide Lanaudière apporte face à la pauvreté et à l'exclusion sociale.

Centraide Lanaudière tient à remercier Desjardins, Bélanger-Sauvé, Desrosiers Hébert Avocats et Compo Recycle, commanditaires du Gala du préfet, pour leur grande contribution à la réussite de l’événement.

Au terme de la soirée, Centraide Lanaudière a annoncé que plus de 40 000 $ ont été recueillis pour venir en aide aux Lanaudois et Lanaudoise.

Photo courtoisie

MRC Matawinie

La municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez est très fière d’annoncer qu’elle s’est récemment vue attribuer le statut de « zone touristique » par le ministre responsable de la région de Lanaudière, monsieur Pierre Fitzgibbon.

Valide depuis le 12 avril 2019, et ce, jusqu’au 1er février 2024, ce statut autorisera dorénavant les commerçants de Saint-Alphonse-Rodriguez à ouvrir leurs portes aux heures et aux jours qui leur conviennent, le tout, sans égard au nombre d'employés. Ainsi, les commerçants de Saint-Alphonse-Rodriguez ont maintenant le loisir d’ouvrir leurs portes 24 heures par jour, 7 jours par semaine et 365 jours par année, s’ils le désirent.

« Cette nouvelle sera assurément bénéfique et déterminante pour Saint-Alphonse-Rodriguez », souligne Isabelle Perreault, mairesse de la Municipalité. « Nous sommes très heureux que le ministre ait répondu favorablement à notre demande à ce sujet. Cela donnera plus de latitude à nos commerces et des retombées positives en découleront sans aucun doute, non seulement pour nos entreprises, mais également pour l’ensemble de la communauté qui bénéficie de ces services de proximité », poursuit-elle.

Pour obtenir plus d’information au sujet de la municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez et de ses activités, consultez le www.munsar.ca ou communiquez avec la réception de l’Hôtel de ville au 450 883-2264, poste 7400 ou par courriel à Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Photo courtoisie

Mrc Joliette

La Semaine nationale des travaux publics se déroulera du 19 au 25 mai 2019. Pour l’occasion, l’équipe des travaux publics de Sant-Charles-Borromée convie les citoyens à une journée familiale au parc du Bois-Brûlé, le samedi 25 mai, qui mettra en valeur les pratiques vertes de nos professionnels des travaux publics.

Lors de cette journée en plein air, les visiteurs pourront en apprendre davantage sur la profession, sur les différents services aux citoyens qui relèvent des travaux  publics, sur la flotte  de véhicules et sur les pratiques durables en matière d’entretien des infrastructures et autres initiatives écologiques sur le terrain.  Au nombre des activités gratuites, il y aura : visites  des équipements  lourds – camions,  tracteurs et  machinerie —,  jeux gonflables, maquillage pour enfants, mascotte Charlo, musiciens trad ainsi qu’un BBQ familial de style « tailgate party » avec hot-dogs, limonade et maïs soufflé.

Les pratiques durables à l’honneur                           

Cette 2e édition de la Journée des Travaux publics se veut une occasion parfaite pour mettre en valeur nos pratiques durables. C’est dans cet esprit « vert » que l’événement tient lieu et place   au  parc du Bois-Brûlé afin de favoriser la découverte d’activités connexes à  la prestation de services des travaux  publics. Quelques exemples :

    Exposition thématique sur les pratiques durables des travaux  publics

    Visite guidée de la centrale d’eau potable Robert-Boucher

    Conférence sur les changements climatiques offerte par l’Association Forestière de Lanaudière

    Clinique de déchiquetage de vos papiers personnels de 13 h à 16 h

    Inauguration de notre station de remplissage de bouteilles d’eau fabriquée par le Service des travaux  publics

« Le Service des travaux  publics assure l’entretien des infrastructures municipales : il le fait avec  un réel souci de progrès et de respect de l’environnement. Que ce soit l’entretien du réseau de distribution d’eau potable, que ce soit le bon état  des routes ou le déneigement… Chacune de ces activités comporte une dimension verte et  cette journée est l’occasion parfaite pour montrer l’impact de nos équipes et de nos interventions sur le quotidien des citoyens », de conclure le maire, M. Robert Bibeau.

Notons que la journée est annulée en cas de pluie.

Photo Guy Latour

Mrc Joliette

Pour la deuxième fois en quelques mois, la Ville de Joliette et les promoteurs du projet Clercy ont tenu une assemblée publique de consultation, le 16 mai.

Plus de 120 personnes ont assisté à cette rencontre au Scolasticat sur la rue Base-de-Roc, lieu où le projet serait réalisé.

Cette soirée avait pour objectif de présenter à la population les changements apportés à ce projet immobilier.  Celui-ci constitué de 340 à 375 unités de logements sur le terrain de 1 125 000 pieds carrés. Pour ce qui est du scolasticat, son architecture demeurera mais sa vocation changera pour accueillir des commerces de proximité.

Ainsi, on a reculé les immeubles situés sur Base-de-Roc ont été légèrement reculés. Pour ce qui est des pignons, qui étaient trop haut au goût de plusieurs, ceux-ci ont été remplacés par des toits plats. Il y aura aussi deux accès piétonniers pour la rivière sans passer sur le terrain du projet Clercy.  Il y aura deux  air de repos élargi près de la piste cyclable.

Presque toutes  les personnes qui ont pris la parole se sont dites contre le projet. Les principales inquiétudes sont au niveau de l’environnement et de la circulation.

« Il est où le couloir fluvial? », « Il va y arriver quoi avec la circulation quand il y aura des concerts du Festival de Lanaudière? » « Pourquoi pas une étude d’impact sur la santé? » ont été quelques une des nombreuses questions posées par le public.

Le botaniste Frédéric Coursol, que la Ville a mandaté pour faire une étude sur sa végétation, il n’y a aucune espèce d’arbre qui est en danger ou vulnérable sur le terrain. Pour Richard Boucher, un des instigateurs du projet, il va  planter beaucoup plus d’arbres qu’il va s’en couper.

« Pour la circulation, ça ne peut pas être pire qu’avant lorsqu’il y avait 500 élèves ici. Le stationnement était plein.  Je n’ai jamais entendu de plaintes des citoyens à cette époque

projet Clercy, Joliette, assemblée publique, Scolasticat
Photo Guy Latour. Les trois promoteurs du projet ont écouté attentivement les commentaires des gens présents dans la salle.

Le ton monte

À un certain moment, le ton a monté lorsqu’une opposante au projet, Lise Coulombe, a brandi un document officiel sur le site web de la ville confirmant que le projet avait été adopté.

« Je suis indignée et en maudit! C’est un déni démocratique. Je n’ai plus confiance envers les élus actuels après avoir ça », a lancé la dame visiblement en colère.

Après la rencontre, le directeur du l’Aménagement du territoire à la Ville de Joliette a expliqué pourquoi l’avis public concernant l’acceptation du changement de zonage s’était retrouvé par erreur sur le site web de la ville.

« Il s’agit d’une erreur de programmation. Il devait être publié après l’adoption, mais pour une raison qu’on ignore actuellement, il s’est retrouvé sur le site web », a-t-il mentionné.

projet Clercy, Joliette, assemblée publique, Scolasticat
Photo Guy Latour. Plus de 120 personnes ont assisté à la soirée d'information du 16 mai.

La suite

Le conseil municipal adoptera ou non le changement de zonage lors de la séance régulière du 21 mai prochain.

Deux jours plus tard, un avis annonçant la possibilité de faire une demande de participation à un référendum sera émis. L’adoption de ce règlement pour cette demande pour avoir lieu 3  juin.

Si le processus suit son cours, des dates resteront à déterminer pour la tenue d’un registre et pour la procédure de scrutin référendaire

Photo courtoisie

Mrc Joliette

La Municipalité de Saint-Charles-Borromée annonce la réduction de la limite de vitesse à 40 km/h dans un quartier investi par de nombreuses jeunes familles. Ce projet-pilote découle d’une recommandation du comité de circulation. Le déploiement des panneaux et de la campagne d’information se fera au début juin et les nouvelles limitations de vitesse entreront en vigueur le 15 juillet.

Le quadrilatère visé se situe entre  les rues de la Visitation, Jeanne-Sauvé, Pierre-Mercure et le boulevard L’Assomption Ouest. Les panneaux de signalisation vont être installés au cours des prochaines semaines et les véhicules qui circulent dans ce secteur devront respecter la nouvelle  signalisation. Les citoyens auront donc quelques semaines pour s’habituer à la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur à la mi-juillet.

Si l’on s’en tient à l’expérience des autres villes, ce projet devrait  avoir les effets escomptés sur le comportement des automobilistes.  « Il s’agit d’un projet-pilote en réponse à une demande citoyenne, explique  le maire Robert Bibeau. Il ajoute que : « le conseil municipal a considéré les études de circulation réalisées dans le secteur, lesquelles ont démontré que plus de 25 % des véhicules dépassent la limite permise établie à 50 km/h ».

« On veut réduire  les risques d’accident à son minimum. Si les conclusions sont positives, l’implantation de cette mesure d’atténuation pourra  servir de référence pour l’instauration de la limite à 40 km/h dans d’autres quartiers résidentiels, et ce, de manière permanente », annonce le maire Robert Bibeau.

Modifier les habitudes : l’approche par étapes

Rappelons que les objectifs de ce projet touchent deux volets : la sécurité des déplacements et  la  qualité de vie. Cette approche par étapes permettra au comité De circulation de mesurer les impacts réels sur la circulation avant de poursuivre efficacement le déploiement à la grandeur du territoire charlois.

D’ici là, on sait déjà que selon la Société de l'Assurance automobile du Québec (SAAQ), la réduction de la vitesse à 40 km/h permet de réduire  les risques de collisions et la gravité des blessures.

Pour faciliter l’adoption des nouveaux réflexes de lever le pied dans le secteur visé, la Municipalité va favoriser une approche combinant des mesures de sensibilisation incluant de l’affichage et des panneaux d’affichage de la vitesse par radar.

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.
Advertisement

Meilleurs histoires

Photo courtoisie

Politique municipale

C’est en présence de plus d’une quarantaine de personnes que Josyanne Forest, a lancé, le 1er mars, au lancement de sa campagne, en vue d’une prochaine élection partielle  au poste de maire de la municipalité de Saint-Jacques, le 14 avril prochain.  C’est ce matin à 9h qu’avait lieu l’ouverture de la première journée des mises en candidature, madame Forest a profité de l’occasion pour y déposer sa candidature. 

Madame Forest possède 5 années d’expérience dans le domaine municipal, en tant que conseillère au siège 6. Native de St-Jacques, elle s’engage a être une mairesse qui sera présente et qui sera à l’écoute des ses citoyens.  « Je veux que nous travaillions ensemble ainsi nous pourrons aller de l’avant. »

Fière du bilan des 5 dernières années de son équipe, elle désire non seulement relever ce nouveau défi, mais elle se dit prête à le faire dès maintenant.

« Pour moi la politique, c’est le meilleur moyen d’atteindre le plus de monde possible pour améliorer la qualité de vie des citoyens», déclare madame Josyanne Forest.

Notons que le siège de l’ancienne conseillère Josyanne Forest est aussi en élection le 14 avril prochain.  Lors du lancement de campagne de madame Forest  à la mairie, Monsieur Simon Chapleau en a profité pour lui aussi annoncer son intérêt dans les prochaines élections municipales.

Photo courtoisie

Politique municipale

C’est à 16h30 le 15 mars que la période de mise en candidature prenait fin pour le poste de Maire à la municipalité de St-Jacques, suite à la nomination de monsieur Pierre Lasalle à titre de préfet de la MRC Montcalm. Une seule candidature a été déposée, celle de Madame Josyanne Forest, madame Forest est élue par acclamation.

Madame Forest devient la première mairesse de Saint-Jacques.  « Je suis particulièrement fière d’être la première femme maire ici à St-Jacques. Je suis de descendance acadienne, parmi les familles fondatrices de la paroisse les Forest et les Dupuis, ça me touche beaucoup de pouvoir représenter la population.  Nous travaillons en équipe depuis les 6 dernières années et nous allons continuer dans ce même sens pour la communauté. »

Notons que le siège 6 sera pour sa part, en élection le 14 avril prochain. Monsieur Simon Chapleau, Monsieur Nicolas Brisson et madame Amélie Lemay ont tous déposé leur bulletin de candidature pour ce siège.

Afin de procéder à la définition éclairée des orientations quant au développement de Saint-Alphonse-Rodriguez, le conseil municipal a décidé de poursuivre la tendance de la dernière année et a procédé à des consultations publiques en urbanisme pour connaître le pouls de la population rodriguaise relativement aux différents enjeux majeurs auxquels elle est confrontée. C’est avec une immense fierté que la municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez révèle un taux de participation citoyenne sans précédent lors des consultations réalisées en février dernier.

 

Les citoyens ont répondu à l’invitation avec beaucoup d’enthousiasme. Ce sont près de 150 personnes qui ont participé à la consultation citoyenne qui s’est déroulée sur deux jours, ce qui est largement au-delà des attentes de l’équipe municipale. Parmi les sujets traités lors de ces rencontres, nommons l’aménagement du noyau villageois, le développement économique, les services communs, le milieu de vie, l’environnement et le transport.

 

« À Saint-Alphonse-Rodriguez, notre objectif est d’améliorer sans cesse notre fonctionnement pour obtenir un rendement optimal, toujours en gardant le citoyen au premier plan et en ayant une vision globalement orientée vers l’avenir », avance Isabelle Perreault, mairesse de Saint-Alphonse-Rodriguez. « Nous croyons fermement que les citoyens doivent être au cœur des discussions et nous sommes très heureux qu’ils aient été nombreux à répondre à l’invitation de réfléchir avec nous et de proposer des pistes d’avancées collectives quant à l’avenir de la municipalité. Merci à toutes les personnes qui ont pris part à ces consultations. Nous sommes convaincus que grâce à leur collaboration, nous serons en mesure de mettre de l’avant un plan d’urbanisme qui NOUS ressemblera », poursuit-elle.

 

D’autres consultations auront assurément lieu dans un futur rapproché à Saint-Alphonse-Rodriguez. Parmi celles-ci, une importante concertation avec les représentants des associations de lacs est déjà planifiée au cours des prochaines semaines.

 

Pour plus d’information au sujet de la Municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez et de ses activités, il est possible de communiquer avec la réception de l’Hôtel de ville par courriel à Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., par téléphone au 450 883-2264, poste 7400, ou encore, de visiter le site www.munsar.ca.

 

Photo courtoisie

Politique provinciale

Dans le but d’encourager les municipalités et les municipalités régionales de comté (MRC) de la circonscription de Berthier à mettre en place ou à mettre à jour une politique familiale municipale, le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 8 700 $ pour la réalisation d’un projet dans le cadre du Programme de soutien aux politiques familiales municipales. 

La ministre du Tourisme et députée de Berthier, Mme Caroline Proulx, a fait cette annonce, le 15 mai, au nom du ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe. En adoptant une telle politique, les municipalités et les MRC prendront mieux en considération les besoins des familles dans tous les domaines d’intervention, qu’il s’agisse de sécurité, de transports, d’habitation ou encore de culture et de loisirs. Le soutien technique est offert par le Carrefour action municipale et famille (CAMF) qui reçoit une subvention à cette fin.

À ce jour, 840 municipalités et 38 MRC se sont dotées d’une politique familiale municipale ou sont en voie de le faire grâce à ce programme.

 « Je suis très heureuse d’annoncer ce projet qui améliorera la qualité de vie des familles. Pour notre région, cette aide financière permettra d’assurer le bien-être de plusieurs familles. Je tiens à remercier l’organisme qui réalisera ce projet. Cette action confirme que les familles sont une priorité pour notre gouvernement », a souligné par voie de communiqué, Caroline Proulx, ministre du Tourisme et députée de Berthier.

« Chaque fois qu’une municipalité ou une MRC adopte une politique familiale et qu’une MRC se dote d’un plan d’action régional, cela démontre une volonté claire d’investir dans l’avenir des collectivités. Avec ces interventions, elles contribuent directement à l’amélioration des milieux de vie des familles. Je tiens à féliciter toutes les municipalités et MRC qui se sont engagées en ce sens. Cela fera en sorte que les besoins des familles seront pris en considération dans toutes les décisions susceptibles de les toucher », a déclaré Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Faits saillants 

Information concernant le projet financé :

 

Municipalité - MRC

 

Type de projet

Montant Municipalité - MRC

 

Montant CAMF

Ville de Berthierville

Élaboration

6 000 $

2 700 $

Lien connexe

Pour en apprendre davantage sur le Programme de soutien aux politiques familiales municipales :

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/Famille/aide-partenaires/municipalites-mrc/Pages/index.aspx

 

Photo courtoisie

Politique provinciale

C’est à l’occasion de leur assemblée générale annuelle que les membres du Parti Québécois de la circonscription de Berthier se sont rassemblés, dimanche le 5 mai dernier, au Café culturel de la Chasse-Galerie.

La rencontre a permis de réunir à nouveau pour cette occasion deux anciens collègues, l’orateur invité, M. Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, et l’ex député de Berthier, M. André Villeneuve. Également présent parmi les invités, M. Yves Perron, candidat du Bloc Québécois dans Berthier-Maskinongé. Conscients des défis qui les attendent, les membres présents du Parti Québécois s’orientent vers le renouveau proposé par le Parti Québécois.

Nouvelles rencontres, retrouvailles et relève

L’activité a permis de rassembler des plus âgés et des plus jeunes membres de la circonscription de Berthier, et ce pour une seconde fois depuis les dernières élections. Ainsi, ils ont pu échanger sur les prochaines étapes du plan d’action du Parti Québécois en vue du congrès extraordinaire qui se tiendra en novembre.

Les retrouvailles de l’ancien député de Berthier, et de son collègue péquiste de longue date, furent sincères et heureuses. Par ailleurs, ce fut l’occasion pour M. Villeneuve, en assistant à l’événement, d’appuyer sa fille, Méliza Boisjoly-Villeneuve, qui déposait sa candidature comme représentante-jeunes et conseillère sur le conseil exécutif. Une perle pour le conseil, car elle assurera une meilleure représentation au sein du parti pour les jeunes membres de la circonscription.

Pour un nouveau Parti Québécois solide, renouvelé, au service de l’indépendance.

« Le Parti Québécois est très lucide, très réaliste, sur ce qui est arrivé ». C’est ainsi que le député de Jonquière a qualifié la position de son parti suite à sa défaite « crève-cœur », le 1er octobre dernier, tout en mobilisant les militants en vue du projet de reconstruction du parti : «[…] Nous avons un travail à faire. [C’est] un exercice de retour sur soi, sur nos valeurs, pour mieux renaître et surtout pour mieux communiquer avec la population ».

Un des messages lancés par Sylvain Gaudreault durant son l’allocution portait sur la position du présent gouvernement : « [on a] un gouvernement de la Coalition Avenir Québec qui se dit nationaliste et qui fait des demandes du côté du gouvernement d’Ottawa, mais comme Bourassa, dans les années ’80 et ’90, il se fait dire non. IL SE FAIT DIRE NON, » avançant ainsi les exemples des dossiers de l’immigration, de la laïcité, de l’environnement et de la santé.

Mentionnant le possible retour de la question des pipelines dans la région, admettant au passage que le dossier de l’environnement lui tient particulièrement à cœur, M. Gaudreault rappelle que : « seul et seulement le Québec doit prendre des décisions en ce qui concerne des projets qui touchent son environnement, son énergie, ses rivières, son eau potable [et] son fleuve. Ce n’est pas au fédéral de prendre des décisions en fonction d’intérêts pétroliers ou gaziers de l’ouest canadien! »

Un nouveau conseil exécutif

Après avoir entendu les rapports de la précédente année, les membres présents ont assisté à la composition du nouveau conseil exécutif du Parti Québécois de Berthier. C’est par acclamation que les nouveaux élus seront en poste pour l’année 2019-2020. Ils veilleront, entre autres, à la promotion du programme du parti, à la mise sur pied d’activités d’animation et de consultation auprès des citoyens de la circonscription, ainsi qu’à la gestion du budget.

Des rencontres auront lieu dans les prochaines semaines lors desquelles les participants auront à énoncer une déclaration commune et à émettre des propositions pour alléger les présents statuts du parti. Les membres ainsi que tous citoyens ayant à cœur l’idée d’indépendance du Québec sont appelés à participer activement à ces activités de consultation.

Photo courtoisie

Politique provinciale

Le député de Rousseau, adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et président du caucus des député(e)s de Lanaudière, Louis-Charles Thouin, est heureux d’annoncer l’octroi de neuf nouvelles classes de maternelle 4 ans à la Commission scolaire des Samares. Il en a fait l’annonce officielle à son président, monsieur Michel Forget, lors d’une rencontre survenue hier à son bureau de circonscription. Cela portera donc à 18 le nombre total de classes de maternelle 4 ans disponibles pour les parents et leurs enfants dans la commission scolaire pour la prochaine rentrée scolaire.

Initialement, la commission scolaire des Samares, malgré avoir émis une demande en ce sens, n’avait pu obtenir de nouvelles classes de maternelle 4 ans. Après plusieurs représentations auprès de son collègue ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, monsieur Thouin a obtenu la confirmation que les classes supplémentaires demandées par la commission scolaire lui seraient finalement octroyées pour l’année scolaire 2019-2020.

« Je suis très heureux de ce dénouement. Il s’agit d’une très bonne nouvelle pour les parents de Rousseau et de toute la région, dont les enfants auront une meilleure accessibilité à la maternelle 4 ans, et ce, dès la prochaine rentrée scolaire. J’invite d’ailleurs les parents intéressés à contacter dès maintenant la  commission scolaire des Samares pour voir si leur enfant est admissible à la maternelle 4 ans. Je tiens aussi à remercier le ministre pour son écoute des acteurs de notre communauté », a déclaré Louis-Charles Thouin.

Rappelons que le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a déposé en février dernier un projet de loi visant à rendre possible le déploiement du réseau des maternelles 4 ans partout au Québec. Le gouvernement du Québec s’est d’ailleurs engagé à ce que tous les enfants du Québec aient accès à la maternelle 4 ans d’ici cinq ans.

Photo courtoisie

Politique fédérale

 

Luc Thériault, député de Montcalm a révélé que le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux, confirme les craintes maintes fois exprimées par le Bloc depuis le 19 mars dernier, à savoir qu’il est impossible que les producteurs sous gestion de l’offre reçoivent avant les élections les indemnisations tant attendues pour les pertes liées au libre-échange.

 

« Le directeur parlementaire du budget confirme que Justin Trudeau a pris un engagement creux dans son budget et qu’il est impossible de dégager quelque somme que ce soit pour nos producteurs avant le déclenchement des élections. C’est donc dire que les 3,9 milliards annoncés en grande pompe par les libéraux sont devenus une simple promesse conditionnelle à leur réélection. Ils disent aux agriculteurs “pas tout de suite, votez avant”. C’est du chantage exercé sur des familles qui s’attendaient à obtenir les indemnisations dues, mais pour qui l’inquiétude devra malheureusement continuer pour des mois encore. Le Québec devra se montrer à nouveau solidaire de ses agriculteurs et agricultrices », a déclaré Luc Thériault.

 

Le 29 avril dernier, le Bloc québécois a demandé au directeur parlementaire du budget de se pencher sur les sommes dédiées aux indemnisations des producteurs sous gestion de l’offre après avoir constaté qu’elles n’étaient prévues ni dans les tableaux financiers du dernier budget ni dans les crédits permettant les dépenses liées à ce budget. M. Giroux a confirmé les craintes du Bloc et affirmé qu’« à notre connaissance, les 3,9 milliards de dollars font partie des mesures “ non annoncées ” du budget de 2019 ». Puisqu’aucun crédit législatif ne pourrait couvrir une somme de cette ampleur, M. Giroux ne voit qu’une fenêtre théorique, mais invraisemblable : invoquer une mesure d’urgence auprès du gouverneur général une fois les élections déclenchées.

 

La semaine dernière, la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, laissait pourtant entendre aux producteurs sous gestion de l’offre qu’ils recevraient de manière imminente des chèques de la part d’Ottawa.

 

« Nos producteurs méritent mieux que des promesses en l’air. Ils méritent l’assurance que l’argent sera débloqué et qu’il ne s’agira pas d’un enjeu électoral. Le Bloc va continuer de faire pression pour qu’ils obtiennent le plus rapidement possible une pleine indemnisation pour les brèches ouvertes dans la gestion de l’offre par Ottawa dans trois accords de libre-échange : avec l’Europe, avec la zone Pacifique ainsi qu’avec les États-Unis et le Mexique. Nous sommes de tout cœur avec nos agriculteurs et agricultrices et nous ne les lâcherons pas », a conclu le député de Montcalm.

 

Photo courtoisie

Politique fédérale

Le député fédéral de Joliette, M. Gabriel Ste-Marie, est heureux que les acteurs de la MRC de Joliette interpellés par le sujet de la rareté de la main-d’œuvre aient répondu présents à son invitation.

«L’objectif est de voir s’il y  a une volonté commune à  développer une expertise locale en matière de recrutement international. Rappelons qu’à l’heure actuelle, tous les territoires sont en concurrence pour attirer la main-d’œuvre devenue si rare. Il faut trouver des solutions pour pouvoir dire que dans la MRC de Joliette,  c’est  pénurie  de  main-d’œuvre zéro!  »,  a  mentionné  Gabriel  Ste-Marie, en  introduction de  la rencontre du 15 avril dernier.

Dès lors, le recrutement international semble une piste de solution intéressante dans le contexte actuel.

«  Toutes les organisations à  cette table contribuent à  offrir une réponse à  l’enjeu de la rareté ou de l’intégration de la main-d’œuvre, mais coordonner un effort de recrutement au niveau de la MRC, spécifiquement à l’international comme le fait Drummondville, ça n’existe pas actuellement localement. C’est  certainement un modèle intéressant à étudier pour la MRC de Joliette, qui pourrait se faire en complémentarité de tous les services existants »  a  lancé  M. Nicolas Framery, directeur-général de  la Corporation de Développement Économique de la MRC Joliette (CDEJ).

Lors de cette rencontre, M. Ste-Marie a voulu présenter les outils fédéraux disponibles qui  favorisent l’établissement des travailleurs étrangers. Le Carrefour jeunesse-emploi de D’Autray-Joliette a également eu l’occasion de rappeler l’origine et la réussite du projet Contact. Une initiative existante depuis 2012 visant à séduire la main-d’œuvre disponible de Montréal et d’ailleurs à venir s’installer chez nous. Pour l’organisme, la solution à la pénurie de main-d’œuvre passe par la concertation des acteurs.

Les acteurs présents ont convenu de se rencontrer à nouveau, afin de pousser plus loin la réflexion sur une offre de service complémentaire en recrutement international. La proposition a été bien accueillie dans la salle. M. Richard Desjardins, directeur du Centre multiservice des Samares a conclu : « qu’il faut d’abord travailler ensemble à développer un projet pilote local qui soit propre aux besoins spécifiques des entreprises d’une MRC pour ensuite être en mesure de contaminer les autres territoires, voire toute la région ».

Le député de Joliette à la Chambre des communes s’est réjoui de la participation des acteurs du milieu, dont les bureaux politiques, et a déjà hâte à la prochaine rencontre.

Photo Guy Latour

Politique fédérale

Le député sortant du Bloc Québécois dans Joliette, Gabriel Ste-Marie a officiellement été choisi candidat de son parti en vue des élections fédérales d’octobre prochain.

Plus d’une centaines de personnes ont assisté à son investiture qui s’est déroulée à la cabane à sucre Jean Parent de Saint-Ambroise, le 5 mai.

« Je veux continuer à représenter Joliette afin d’améliorer le sort du monde. Je suis un indépendantiste et fier de l’être. Le Bloc est la voix du Québec et la seule solution pour défendre les intérêts des québécois à Ottawa », a déclaré le candidat aux gens présents lors du rassemblement.

Il reste encore beaucoup de travail à faire dans le comté.  « Les enjeux qui touchent Joliette, ce sont les enjeux qui touchent le Québec entier. Il nous reste encore des luttes importantes à mener pour la justice fiscale, pour que nos entreprises aient accès aux marchés étrangers et pour protéger celles qui sont affectées par les décisions d’Ottawa dans le libre-échange. Il y a également tout un travail encore à faire en matière de développement régional et de pénurie de main-d’œuvre »,  a-t-il souligné.

investiture, Gabriel Ste-Marie, Bloc Québécois, Joliette
Photo Guy Latour, De gauche à droite: Marilène Gill (députée de Manicouagan), Yves-François Blanchet (chef du Bloc Québécois), Gabriel Ste-Marie (candidat du comté de Joliette et député sortant), Yves Perron (président du Bloc Québécois et candidat dans Berthier) et Luc Thériault (député de Montcalm).

Confiance

Pour Yves-François Blanchet, chef du Bloc, Gabriel Ste-Marie est une personne qui inspire la confiance pour lui et les autres députés du parti. « C’est un joueur clé de l’équipe du Bloc québécois à Ottawa. Son travail dans la lutte aux paradis fiscaux a été salué jusqu’en Europe. Au Parlement fédéral, il a été l’ambassadeur le plus actif et le plus efficace des industries québécoises inquiètes des relations d’affaires actuellement difficiles avec les Américains », a déclaré M. Blanchet lors de son allocution.

Le député joliettain est le porte-parole du Bloc québécois en matière de finances et de commerce international. M. Blanchet a rappelé que Gabriel Ste-Marie a fait de la lutte aux paradis fiscaux son premier cheval de bataille en déposant dès son arrivée à Ottawa la motion M-42 pour boucher l’échappatoire fiscale de la Barbade, de loin la plus importante destination voyage de l’argent des grandes entreprises canadiennes.

« Il s’est également démarqué en se rendant à Washington pour coaliser des appuis aux industries québécoises de l’acier de l’aluminium aux États-Unis, en plus d’être publié dans des médias américains. Il a également défendu les producteurs dans le dossier de la gestion de l’offre du Québec en faisant adopter une motion unanime de la Chambre des communes demandant leur pleine indemnisation pour les pertes liées aux accords de libre-échange avec l’Europe, la zone Pacifique et l’Amérique du Nord », a précisé le chef du Bloc.

Pour Véronique Hivon, députée provinciale du comté de Joliette, est convaincue de l’élection de collègue péquiste. « Gabriel est un homme de tête et de cœur pour qui le patrimoine est très important. C’est un économiste qui connaît très bien ses dossiers », a souligné la députée.

investiture, Gabriel Ste-Marie, Bloc Québécois, Joliette
Photo Guy Latour.. Une centaine de personnes ont assisté à l'investiture du 5 mai dernier,
Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.
Advertisement