MEILLEURS HISTOIRES

Photo courtoisie

Palais de justice

Un résident de Sainte-Émilie-de-l’Énergie a pris le chemin du pénitencier, le 12 novembre, après avoir reconnu être l’auteur d’un cas de rage au volant dans la même municipalité, il y a trois semaines.

Dany Bellerose, 40 ans, a plaidé coupable, au palais de justice de Joliette, à six chefs d’accusation soit conduite dangereuse, menace de mort, conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions corporelles, méfait de plus de 5000$ et deux bris de probation.

Le 21 octobre dernier, vers 13 h 15, les services d'urgence ont reçu un appel pour une collision entre deux véhicules survenue au coin de la route 131 et du 4e rang.

« Un automobiliste a délibérément foncé dans un autre véhicule qui s'est renversé. Le suspect s'en est ensuite pris au véhicule de la victime et a tenté de s'en prendre à la victime », avait expliqué la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le seul occupant de ce véhicule a été conduit au centre hospitalier pour être traité concernant des blessures mineures.

Des citoyens présents sur place et les pompiers ont tenté de maîtriser le suspect. L’homme de 40 ans a été arrêté par les policiers de la SQ du poste auxiliaire de la MRC de Matawinie, puis conduit au centre hospitalier.

Le juge Claude Lachapelle a condamné l’accusé à une peine globale de trois ans de prison.  Compte tenu des 21 jours de détention préventive purgés par Bellerose depuis son arrestation, il lui reste 35 mois et 10 jours à partir de maintenant.

A sa sortie de prison, il lui sera interdit de conduire tout véhicule à moteur pour une durée de deux ans.

Photo courtoisie

Palais de justice

Le dossier de Daniel Arsenault, cet homme accusé du meurtre prémédité de Chloé Bellehumeur-Lemay, survenu le 1er juillet dernier, à Ville St-Gabriel, a connu un autre report, le 9 novembre, au palais de justice de Joliette.

Lors d’une brève audience tenue devant le juge Claude Lachapelle, en Cour du Québec, l’avocat de M. Arsenault, Me Patrick Davis, a demandé de remettre la cause au 17 janvier prochain.

Le procureur des poursuites criminelles et pénales dans cette affaire, Me Marc-André Ledoux, a remis à la Défense 7 cd qui contient la preuve. Me Davis veut prendre connaissance de ces éléments de preuve avant de prendre position pour la suite des choses.

Rappelons que les services d’urgence avaient été appelés pour un incendie au resto-bar 239 situé sur l’avenue du Parc, vers 3h30, le 1er juillet.

La victime dans cette affaire, Chloé Bellehumeur-Lemay, 22 ans, originaire de Berthierville, a été retrouvée inanimée lors d’un incendie du resto-bar 239 où elle occupait un poste de serveuse.

Les flammes ont débuté vers 3h30 dans l’édifice de deux étages de l'Avenue du Parc. « À l’arrivée des pompiers, ceux-ci ont retrouvé le corps inanimé de la dame. Des manœuvres ont été effectuées mais malheureusement, la jeune femme a succombé à ses blessures », avait expliqué le sergent Stéphane Tremblay, porte-parole de la Sûreté du Québec.

cause, Daniel Arsenault, meurtre,  Chloé Bellehumeur-Lemay
cause, Daniel Arsenault, meurtre, Chloé Bellehumeur-Lemay

Selon ce qu’avait rapporté TVA Nouvelles, le corps de la jeune femme décédée portait des marques de violence. Un vol pourrait être le mobile du meurtre toujours selon TVA Nouvelles.

Le feu a été rapidement maîtrisé mais les dommages étaient assez importants. Un logement se trouvant au deuxième étage de l’établissement licencié a été complètement détruit.

Selon le service des incendies de la MRC de d’Autray, l’incendie pourrait avoir pris naissance dans la cuisine. En tout, 35 pompiers ont combattu l’incendie.

Photo courtoisie

Palais de justice

Un joliettain de 42 ans aurait été surpris en train de poignarder à mort son colocataire par la nièce de ce dernier.

C’est du moins la thèse qu’entend démontrer le Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales (DPCP) au procès pour meurtre devant jury de Daniel Demontigny, qui s’est ouvert le 7 novembre, au palais de justice de Joliette.

Demontigny fait face à une accusation de meurtre non prémédité. La victime est Pierre Perreault, 58 ans. Les faits allégués se seraient déroulés en fin de journée, vers 17h30, le 9 novembre 2015 dans un logement de la rue Marsolais à Joliette.

Dans son exposé d’ouverture, la procureure du DPCP dans ce dossier, Me Valérie Michaud, a précisé qu’elle ferait entendre 17 témoins au cours des quatre prochaines semaines d’audience.

procès, meurtre. Daniel Demontigny, Pierre Perreault
Photo Guy Latour. Me Valérie Michaud, procureure aux poursuites criminelles et pénales

Couteau tâché de sang au sol

Le premier témoin entendu a été Marc Meloche, voisin de la victime et de l’accusé. Ce dernier est venu raconter au jury, composé de six hommes et six femmes, que la nièce de M. Perreault était venue cogner à sa porte afin qu’il appelle les services d’urgences.

Ceux-ci sont rapidement arrivés sur les lieux et ont pu procéder à l’arrestation de Daniel Demontigny qui se trouvait encore dans l’appartement avec la victime.

Le second témoin, le Dr André Bourgault, pathologiste au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal, est venu présenter ses conclusions de l’autopsie qu’il a pratiquée sur la dépouille de M. Perrault. 

Ainsi, il a répertorié cinq plaies dont une mortelle au niveau du cœur.  Selon la Couronne, l’accusé aurait asséné cinq coups de couteau à sa victime.

En matinée, le 8 novembre, la policière Caroline Martin, du Service de l’Identité Judiciaire de la Sûreté du Québec a témoigné concernant les 150 photos qu’elle a prise sur les lieux du meurtre ainsi qu’au poste de la SQ de la MRC de Joliette.

Parmi ces photos, le jury a pu voir un couteau tâché de sang qui jonchait le sol du corridor du 5e étage de l’immeuble à logement de la rue Marsolais. Un autre couteau a été retrouvé au sol dans le logement où aurait eu lieu l’altercation mortelle.

Le procès se poursuit devant la juge France Charbonneau, de la Cour supérieure. La Couronne est représentée, outre Me Valérie Michaud, par Me Yan Vachon.

De son côté, Daniel Demontigny, qui est détenu depuis son arrestation, est représenté par Me Mia Mannochio et Me Kaven Morasse.

procès, meurtre. Daniel Demontigny, Pierre Perreault
Photo Guy Latour. Me Mia Mannochio et Me Kaven Morasse, les avocats de Daniel Demontigny