Photo courtoisie

Jeunesse

C’est aujourd’hui que la direction du Cégep à Joliette a annoncé la création d’un nouveau profil d’études, unique et exclusif au Québec, qui formera de la relève pour les organisations publiques et parapubliques de la province. 

Le profil en Administration publique du programme de Techniques de comptabilité et de gestion, offert dès l’automne 2019, répondra à un important besoin de main-d’œuvre qualifiée et compétente dans le domaine. 

En effet, les objectifs derrière ce nouveau profil sont de retenir la main-d’œuvre spécialisée dans la grande région de Joliette, combler les besoins importants à venir dans la fonction publique et favoriser l’expansion d’un programme de grande qualité tout en donnant une couleur distinctive au programme de Techniques de comptabilité et de gestion. 

« Nous voulions donner une couleur différente au programme puisqu’il est offert dans la majorité des Cégeps du réseau collégial. En offrant un profil de sortie unique au Québec pour le niveau collégial, soit l’administration publique, nous avions la volonté d’être proactifs, innovants et aussi pertinents comme département en modernisant l’offre de formation. Le but étant d’offrir un profil de sortie inexistant ailleurs tout en répondant aux besoins de la fonction publique, parapublique et des OBNL de la région de Lanaudière », mentionne madame Hélène Bailleu, directrice du Cégep à Joliette. 

Considérant qu’il est le premier collège à offrir une telle spécialisation au niveau collégial, le Cégep profite du contexte économique favorable à la croissance. « L’évaluation réalisée par nos professionnels a fait ressortir sans équivoque l’intérêt des étudiants, l’intérêt des employeurs, mais surtout, la pertinence d’un tel projet dans la région de Lanaudière afin de retenir nos talents pour les entreprises et organisations d’ici. Les emplois étant de qualité et les conditions intéressantes pour les finissants, ce nouveau profil les aidera à se démarquer. En plus de la clientèle locale, on souhaite attirer des étudiants de l’extérieur de la région afin de combler les nombreux emplois actuels et futurs de la région dans ce secteur », fait valoir monsieur Marcel Côté, directeur général du Cégep régional de Lanaudière. 

UN BESOIN RÉEL ET IMPORTANT SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL 

En offrant une formation de proximité afin de contrer l’exode des cerveaux, la direction vise la rétention de la main-d’œuvre spécialisée dans la région de Lanaudière. L’objectif à moyen terme serait de devenir un partenaire majeur dans le développement d’une main-d’œuvre technique spécialisée en comptabilité pour toutes les institutions gouvernementales et paragouvernementales, ce qui représentait 114 500 emplois au Québec en 2016. 

Soulignons que l’étude qui sous-tend la décision d’offrir un tel programme montre que la croissance de l’emploi de la région de Lanaudière sera supérieure à l’ensemble du Québec de 1,5 % et que les secteurs publics et parapublics subiront une forte progression principalement à cause des départs à la retraite et de l’augmentation de la population active. L’intérêt a aussi été confirmé par les étudiants actuels ainsi qu’un groupe d’anciens étudiants. Les organisations publiques doivent former les techniciens qui entrent en poste, car le domaine d’emploi nécessite un champ d’expertise bien spécifique aux organisations qui reçoivent du financement public. Le département des Techniques administratives du Cégep à Joliette, qui regroupe douze enseignants, souhaite diplômer des techniciens mieux formés pour répondre immédiatement aux besoins de l’emploi. 

À ce sujet, le comité formé pour mettre en place le nouveau profil en Administration publique a rencontré plusieurs intervenants pour dresser un portrait de la situation. Du nombre, Corinne Desfossés, économiste chez Emploi-Québec, et Dominique Collin, FCPA, FCA, actionnaire‐propriétaire de la firme DCA, comptable professionnel agrée, inc., considérée comme une sommité dans le domaine municipal. 

« Je suis parfois obligée de former les techniciens nouvellement diplômés, et ce, même au niveau universitaire, pour être en mesure d’effectuer les mandats qui me sont confiés. C’est qu’en administration publique, l’analyse des écarts budgétaires est très importante et le contrôle interne est primordial, car pratiquement toutes les organisations doivent être auditées. De plus, la reddition de comptes est obligatoire pour les entités qui relèvent du gouvernement. Personnellement, j’aurais de l’intérêt pour embaucher ou accueillir en tant que stagiaire des étudiants ayant un profil en administration publique, parapublique et OBNL », affirme celle qui possède justement une expertise dans plusieurs autres secteurs publics et parapublics ainsi que dans les OBNL. 

Des données fournies par Emploi-Québec indiquent que 260 700 travailleurs résident dans la région et que de ce nombre, 65 400 se retrouvent dans le secteur des services gouvernementaux, où on prévoit plus de 1 650 départs à la retraite dans les prochaines années. 

CHEMINEMENT DE L’ÉTUDIANT 

L’étudiant qui a de l’intérêt pour l’administration publique ou parapublique devra s’inscrire au programme régulier en Techniques de comptabilité de gestion. Lors des deux premières années, il explorera l’entreprise privée et s’initiera aux réalités de l’administration publique à l’intérieur de certains cours à contenu bonifié. C’est à la cinquième session que l’étudiant devra faire un choix entre le profil traditionnel ou le profil Administration publique. Considérant qu’il y a de grandes différences quant au référentiel comptable et aux défis demandés dans l’organisation publique, quatre cours, totalisant 195 heures de formation spécialisée, seront ajoutés à la formation et orientés sur la compréhension et l’application de ces principales différences. 

Des ponts sont présentement en construction avec différents acteurs du réseau public et parapublic pour le développement de stages spécialisés. Le département souhaite ainsi offrir au marché du travail des techniciens plus compétents ayant une meilleure compréhension des enjeux qu’offre ce secteur. 

HISTORIQUE DU PROGRAMME DE TECHNIQUES DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION À JOLIETTE 

En 1968, au moment de la création du Cégep régional de Lanaudière à Joliette, le programme de Techniques administratives option finances a été élaboré et implanté. Toutefois, ce n’est qu’en 2003 que les programmes Techniques de comptabilité et de gestion (410.B0) et Gestion de commerces (410.D0) ont été élaborés et implantés. Les deux programmes ont fait l’objet d’une évaluation en 2017 et sont actuellement dans la phase d’implantation. Ces derniers ont accueilli la première cohorte du programme renouvelé à l’automne 2018. 

À PROPOS DU CÉGEP RÉGIONAL DE LANAUDIÈRE À JOLIETTE 

Le Cégep régional de Lanaudière à Joliette est un établissement d’enseignement supérieur public offrant 23 programmes préuniversitaires et techniques. Il accueille en moyenne chaque année quelque 2 400 étudiants et étudiantes. Il fait partie de la grande famille du Cégep régional de Lanaudière qui compte deux autres collèges constituants, à Terrebonne et à 

L’Assomption, un service de la formation continue ainsi qu’un siège social à Repentigny.

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.