Photo courtoisie

Autres

Un charlois de 34 ans, qui avait été arrêté à l’été 2018 pour des infractions en matière de pornographie juvénile a vu son dossier judiciaire s’alourdir dans les derniers jours.

Jean Guèvremont-Morin était de retour au palais de justice de Joliette pour la suite des procédures, le 6 mars dernier. C’est par le box des accusés que l’homme a fait son apparition puisqu’il avait été arrêté dans les heures précédentes par les enquêteurs spécialisés en matière d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec.

En effet, ceux-ci ont poursuivi leur enquête qui s’était amorcée à l’arrestation initiale de Guèvremont-Morin, le 25 juillet 2018. Initialement, l’accusé faisait face à six chefs soit  de leurre informatique et d’avoir possédé, distribué et accédé à de la pornographie juvénile et d’avoir transmis du matériel pornographique à un mineur.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, dans ce dossier, Me Ariane Roy-Drouin a déposé 39 accusations soit d’avoir exhibé ses organes génitaux à un groupe de personnes de moins de 16 ans, de deux chefs de possession de pornographie juvénile, de deux chefs d’accession à de la pornographie juvénile, de deux chefs de distribution de pornographie juvénile, de deux chefs de production de pornographie juvénile, de deux chefs d’incitation à des contacts sexuels, de 11 chefs de rendre du matériel sexuellement explicite ainsi que de 17 chefs de leurre informatique.

Les évènements se seraient déroulés entre mars 2010 et juillet 2018, dans plusieurs régions du Québec.  Les chefs de leurres sont envers de cinq jeunes filles d’âge mineure.

La Couronne s’est objectée à la remise en liberté de Jean Guèvremont-Morin qui revenait en cour le 13 mars, pour son enquête caution. Le juge Bruno Leclerc a accepté de le remettre en liberté sous promesse de respecter plusieurs conditions.

Le père de Jean Guèvremont-Morin, Alain, qui est âgé de 68 ans, fait face à trois accusations soit de possession, de distribution et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile, entre octobre 2011 jusqu’au moment de son arrestation, le 25 juillet 2018.

Les deux accusés reviendront en cour le 17 avril pour la forme.

Bénévoles

Au moment de leur arrestation, les deux hommes étaient des bénévoles avec l’équipe de hockey, les Sportifs de Joliette. Aussitôt mis au courant de leur mise en accusation, l’organisation a aussitôt mis un terme à leur bénévolat et s’est dissociée de ces deux personnes.

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes.

Toute information au sujet de Jean Guèvremont-Morin ou de ses agissements peut être transmise de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4254.

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.