Photo Guy Latour

Un total de 27 individus a été interpellé, le 12 décembre, à la suite du démantèlement d’un important réseau de braconnage dans la région de Lanaudière.

« Nous avons commencé à recevoir de l’information au compte-goutte il y a cinq ans. Au cours de la dernière année, le processus s’est accéléré et nous avons pu effectuer un long et minutieux travail de surveillance et d'enquête », a déclaré en conférence de presse, Yvan Brisebois, directeur régional pour la Mauricie, le Centre du Québec et Lanaudière pour le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

L’opération intitulée Certitude a mobilisé 70 agents de la faune, provenant de plusieurs régions du Québec. Ceux-ci ont participé à cinq perquisitions  dans les secteurs de Mandeville, de Saint-Gabriel-de-Brandon et de Saint-Cuthbert.

Ceux-ci ont pu réunir suffisamment de preuves pour mettre fin aux activités des individus concernés qui exploitaient un réseau de vente et d'achat de viande de cerf de Virginie (chevreuil).En tout 33 kilos de viande ont été saisis.

« Le réseau opéraient via deux cellules qui avait comme point commun une boucherie. La première comprenait un noyau familial et d’amis. La seconde était d’une boucherie d’arrière-cour », a ajouté M. Brisebois.

En tout, les 27 personnes arrêtées sont visées pour un total possible de 30 chefs d'accusation. Plusieurs témoins ont été rencontrés dans ce dossier. Au cours des prochaines semaines, les agents de protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs remettront leur rapport d’enquête au Bureau des Infractions des Amendes.

Les infractions reprochées concernent principalement la chasse de nuit, la chasse de gros gibier en temps prohibé, la vente de gros gibier, la possession illégale et la fausse déclaration à l'enregistrement.

S'ils sont reconnus coupables, les individus impliqués sont passibles d'amendes pouvant atteindre 45 000 $.

Photo courtoisie

Deux personnes ont été arrêtées à la suite d’une perquisition en matière de stupéfiants, le 12 décembre, à Saint-Gabriel-de-Brandon.

Celle-ci s’est déroulée en avant-midi dans une résidence du Chemin Lefrançois. « Quelques grammes de cocaïne, une trentaine de livres de cannabis, une centaine de comprimés de méthamphétamine, plus de 100 grammes de haschich (substances présumées) et plus de 5 700 $ ont été trouvés », a expliqué la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec. De plus, neuf armes à feu et une arbalète ont également été saisis.

Les personnes arrêtées sont une femme de 53 ans et un homme de 55 ans ont été arrêtés.  Ils ont été libérés par sommation.

Leurs dossiers seront soumis au Directeur des poursuites criminelles et des accusations pourraient être portées à une date ultérieure concernant la possession de stupéfiants en vue de trafic, entreposage négligeant d’armes à feu et possession non autorisée d’une arme, notamment.

Ce sont les policiers de la SQ, du poste auxiliaire de la MRC de d’Autray qui ont procédé à cette perquisition.

Photo courtoisie

Un vol qualifié est survenu dans une station-service de Joliette dans la soirée du 10 décembre.

L’incident est survenu vers 21h dans le commerce du boulevard de l’Industrie. « Un suspect cagoulé s’est présenté dans la station-service et a exigé le contenu du tiroir-caisse avant de prendre la fuite à pied », a expliqué la sergente Éloîse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le suspect, qui n’était pas armé, aurait pris la fuite vers la rue de Lanaudière. Le montant du vol n’est pas connu.

Personne n’a été blessé. La SQ poursuit son enquête.

Photo courtoisie

Un septuagénaire tué chez lui, il y a 27 ans, à Saint-Cuthbert, figure par les 16 nouveaux dossiers non-résolus que la Sûreté du Québec souhaite faire avancer son enquête.

Dans les alentours du 28 juillet 1990, Armand Beaufort, âgé de 75 ans a été victime d’un vol qualifié à sa résidence.

À l’époque, une rumeur circulait à l’effet que la victime conservait une importante somme d’argent chez lui. Apparemment, les suspects ont tout tenté pour trouver cet argent, mais en vain.

Ils ont quitté les lieux en abandonnant la victime menottée. M. Beaufort aurait perdu connaissance et serait par la suite décédé.

Ce dossier, ainsi que les 15 autres nouveaux, sont désormais accessibles au public via le site https://www.dossiersnonresolus.com.   

«Toute information peut faire une différence. [...] La mémoire peut avoir changé au cours des années, ou une personne peut être plus disposée à parler aujourd’hui qu’auparavant. Si on pense qu’on n’a pas tout dit, il faut communiquer l’information», a expliqué Joyce Kemp, porte-parole de la Sûreté du Québec à l’émission Le Québec Matin à LCN.    

Ils ont une trentaine d’enquêteurs de la SQ à travailler sur plus de 700 dossiers à temps plein.

Toute information pouvant aider à résoudre ce crime peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec, au 1-800-659-4264.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.