Photo courtoisie

La Ville de Joliette est heureuse d’annoncer la nomination de Gaétan Béchard à titre de directeur général, poste qu’il occupera officiellement à compter du 7 janvier prochain.

Reconnu pour ses forces mobilisatrices et cumulant plus de 25 ans d’expérience dans le milieu municipal, dont 13 années à la direction de la Ville de Shawinigan, M. Béchard est emballé d’entreprendre un nouveau défi dans une région qu’il a toujours admirée.

Pour le maire Alain Beaudry, cette nomination représente une nouvelle importante pour le développement futur. Titulaire d’une maîtrise en administration publique et d’un titre de comptable professionnel agréé (CPA), M. Béchard a pris part à de nombreux projets d’envergure et dynamisants pour la Ville de Shawinigan.

« Comme il a fait l’unanimité au comité de sélection, je n’ai aucun doute que les citoyens, les employés et les partenaires de la Ville de Joliette verront de belles qualités de gestionnaire en cet homme, très humain et sur le terrain. »

Afin de procéder à ce recrutement, rappelons que la Ville de Joliette avait confié un mandat à la firme Raymond, Chabot, Grant, Thornton qui a accompagné le comité de sélection tout au long du processus, et suivant le profil de compétences établi par le conseil municipal.

Photo courtoisie

Chaque hiver, près de 300 kilomètres de voies publiques et 120 kilomètres de trottoirs sont entretenus par le service des Travaux publics et services techniques de la Ville de Joliette. En plus du déblaiement, ces opérations comprennent le déglaçage, l'épandage de fondant ou d'abrasif et le chargement de la neige.

Comment aider aux opérations de déneigement?

En tout temps, respectez l'interdiction de stationner en bordure de rue la nuit. Cette consigne permet aux employés d'effectuer leur travail convenablement et plus rapidement. Souvent, les opérations de déglaçage et d'entretien des trottoirs, notamment, doivent être effectuées même lorsqu'il n'y a pas eu de précipitations récentes de neige. À noter que pour le secteur centre-ville, il est possible de se stationner dans certaines rues la nuit, lorsque la météo le permet et selon certaines conditions. Pour valider si le stationnement est permis ou non, téléphonez tous les jours après 17 h au 450 960-INFO.

Assurez-vous de ne laisser aucun encombrant sur les trottoirs et veillez à ce que votre voiture soit bien stationnée dans l'entrée, sans empiéter sur ceux-ci. Pour ce qui est des bacs à ordures roulants, évitez de les laisser sur le trottoir ou dans la rue. Placez-les en bordure de rue juste avant la collecte et tentez de les ramener près de la maison rapidement après. Et respectez les dates des collectes d'encombrants! Lorsque des objets sont cachés par la neige, ils peuvent endommager le souffleur, retarder les opérations et augmenter les coûts qui y sont reliés.

Lors de grandes précipitations de neige ou de verglas, adaptez votre conduite et minimisez vos déplacements. Les équipes mettent tout en oeuvre pour sécuriser les rues et les trottoirs, mais elles ont besoin de temps pour le faire et ne peuvent être partout en même temps.

Évitez de circuler dans les bordages de neige. Ceci a pour effet de les étendre de nouveau dans les rues et de les rendre moins sécuritaires. Finalement, ralentissez lorsque vous circulez dans une flaque d'eau, sans quoi vous pourriez arroser un piéton et favoriser également la formation de glace sur les trottoirs.

Pour en savoir plus sur le déneigement

Survol des principales étapes du déneigement à Joliette. En tout temps, le jugement et l'expérience du personnel des Travaux publics et services techniques sont priorisés.

Particularités de la ville 
20 008 habitants (2017) 
Voies asphaltées déneigées : 296 kilomètres 
Trottoirs déneigés : 120 kilomètres 
Sentiers piétonniers et multifonctionnels déneigés : 5 kilomètres 
Stationnements municipaux déneigés : 60 900 m²

Priorités 
1 - Artères principales, entrées de la ville, rues étroites, viaducs, ponts, côtes. 
2 - Rues collectrices, rues locales, trottoirs, îlots, stationnements municipaux, débarcadères scolaires, circuits d'autobus, etc. 
3 - Sentiers piétonniers et multifonctionnels

Périodes d'entretien 
Le jour, la circulation des véhicules et le stationnement en bordure des rues limitent les capacités de déneigement. Le réseau routier est donc maintenu sécuritaire. La nuit, la diminution des activités et l'interdiction de stationnement facilitent les opérations. Les éléments des priorités 1 et 2 sont déneigés.

Phases de déneigement 
1 - Épandage d'abrasifs (-20°C) et de fondants (entre 0°C et -12°C) 
2 - Déblaiement de la chaussée et des trottoirs 
3 - Déblaiement des stationnements et des sentiers 
4 - Enlèvement de la neige 

Les phases 1 et 2 peuvent être réalisées simultanément, selon les conditions climatiques.

Déblaiement 

Les opérations débutent dès qu'une accumulation de neige au sol atteint 2,5 centimètres. À ce moment, le déblaiement et l'épandage d'abrasifs et de fondants, si nécessaire, sont effectués sur les éléments de priorité 1. 

Lors d'accumulations de plus de 5 centimètres, les opérations sont déclenchées simultanément sur les éléments de priorité 1 et 2 et se poursuivent tout au long de précipitations. 

Lors de situations plus difficiles (verglas, accumulation de plus de 20 centimètres, etc.), certaines chaussées peuvent n'être que partiellement dégagées (une voie de circulation sur deux). 

En temps normal, le déblaiement complet est prévu quatre heures après la fin des précipitations. De manière générale, l'andain de neige est disposé de chaque côté de la rue en attendant d'être chargé dans un camion de transport.

Enlèvement de la neige 

Cette opération consiste à former un andain de neige dans les rues pour ensuite le charger dans des camions de transport vers un site de disposition des neiges usées. L'enlèvement de la neige est normalement complété dans un délai de quatre jours, mais peut-être plus selon la quantité de neige accumulée au sol. Cette opération est effectuée de nuit, entre 21 h et 7 h. 

Certaines dispositions sont prévues pour les cas particuliers.

Projet pilote - Rues Lépines et P.-H.-Desrosiers

Prenez note qu'un projet pilote de déneigement sera déployé sur les rues Lépine et P.-H.-Desrosiers cet hiver. Ce projet consiste, lors du déblaiement, à former des andains de neige de chaque côté de la rue et de les ramasser directement plutôt que de les déplacer au milieu de la rue et les charger ensuite.

Avec ce projet pilote, la Ville de Joliette souhaite diminuer les impacts des opérations de déneigement sur la circulation automobile et réduire les coûts associés à celles-ci. 

Une lettre informative sera acheminée aux résidents touchés par ce projet pilote. Pour de plus amples informations, communiquez avec le service des Travaux publics et services techniques au 450 753-8080.

 

Photo courtoisie

L’un des plus vieux et imposant arbre de Joliette, situé dans le parc Louis-Querbes, devra être abattu par mesure de sécurité. L’évaluation de sa condition par un ingénieur forestier confirme que le géant représente un risque pour les usagers du parc et plus particulièrement ceux de la piste cyclable.

Comme les habitués l’ont peut-être déjà remarqué, le peuplier deltoïde présente une ancienne blessure en hauteur qui a permis à la carie de s’installer et de progresser vers le bas. Avec le temps, la proportion élevée de cette carie a entraîné une perte de résistance importante. L’âge avancé, l’imposante dimension de l’arbre et l’achalandage du sentier de marche situé à proximité s’ajoutent aux conclusions qui ne laissent aucun doute quant à la nécessité de couper ce peuplier.

Mais un témoin aussi important de l’histoire de Joliette se doit de rester dans les mémoires! Nous en ferons donc un arbre de vie* en laissant ses différentes sections se décomposer au sol, permettant à la faune et la flore de continuer à en profiter, à y vivre.

Blessés par les travaux sur le boulevard Manseau

Par ailleurs, la Ville de Joliette avise la population que malgré les efforts de sauvegarde déployés au moment de faire les travaux d’excavation et de remplacement d’infrastructures du boulevard Manseau, entre la place Bourget et la rue Saint-Charles-Borromée, certains arbres présentent des signes de dépérissement importants. Par temps venteux, deux arbres situés dans cette zone pourraient présenter des risques pour la sécurité des passants. Les propriétaires des bâtiments limitrophes seront donc avisés au préalable et la Ville de Joliette transplantera dès que possible des arbres en pot de haut calibre en guise de remplacement.

* En forêt naturelle, les arbres morts encore debout appelés arbres fauniques ou arbres de vie sont fortement utilisés par la faune cavicole notamment pour la nidification, mais aussi par les écureuils roux, ratons laveurs, etc. Quant au bois mort laissé au sol, il est privilégié par la microfaune, par les champignons et les insectes comme substrat alimentaire, par des mousses comme source de nutriments et par les pics pour leur alimentation.

Photo courtoisie

En contexte de grève, la Guignolée des postiers sera reprise par l’équipe de La Soupière.

Nous souhaitons aviser la population que la traditionnelle guignolée, activité essentielle pour le bon fonctionnement de l’organisme, aura lieu le Samedi, le 1’ décembre 2018,
à partir de 9h00 le matin, les bénévoles vont ramasser,  à votre porte, des denrées
non périssables pour aider les gens de notre communauté qui en ont le plus de besoin.

Ces denrées seront remises à La Soupière  Joliette-Lanaudière.

Les personnes intéressées à donner. S.V.P. téléphonez au 450-755-6616,
du lundi 19 novembre entre 9h00 et 16h00 pour vous inscrire. Vous pouvez aussi téléphoner, la journée même, soit le samedi  1’décembre entre  8h30 et  11h00.
Un bénévole passera chez vous !

Merci de nous aider à combler le vide !

Photo d'archives

Aménagement d’un sentier pédestre – demande d’aide financière

La ville de Notre-Dame-des-Prairies souhaite aménager un sentier de marche d’une longueur de deux kilomètres en bordure du sentier champêtre et y aménager des panneaux d’interprétation pour l’ornithologie. Les élus municipaux ont entériné une résolution demandant une aide financière au Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur du Québec dans le cadre du soutien à la mise à niveau et à l’amélioration des sentiers et des sites de pratique d’activité de plein air 2018-2021. La ville s’engage à payer part des coûts admissibles au projet et à payer des coûts d’exploitation continue.

Élaboration de concept pour le Carrefour culturel

La ville de Notre-Dame-des-Prairies souhaite obtenir l’élaboration de concepts extérieurs pour la bâtisse du Carrefour culturel afin de lui donner une identité à vocation culturelle. Le conseil municipal a mandaté l’Agence AX Design pour ce projet. Il prévoit des honoraires de 6 400$ taxe en sus.

Carrefour culturel – résidence de Manon Sabourin

Madame Manon Sabourin a sollicité l’appui de la ville de Notre-Dame-des-Prairies pour la réalisation d’un projet artistique en résidence au Carrefour Culturel. Celle-ci est assortie d’une offre d’exposition au Centre des Arts et des Loisirs Alain-Larue du 3 juillet au 7 août 2019. Cet appui a été accepté par la Ville, la valeur de la contribution est de 3 913$.

Projet artistique de la Sinfonia de Lanaudière

La Sinfonia de Lanaudière a déposé une demande de projet artistique au Carrefour Culturel de Notre-Dame-des-Prairies. Celle-ci est assortie d’une offre de représentation publique à l’hiver ou au printemps 2020. Le conseil municipal a approuvé cette demande dont la valeur de la contribution est de 5400$.

Projet artistique de Dolorès Contré

L’artiste Dolorès Contré a fait une demande d’appui pour la réalisation d’un projet artistique au Carrefour Culturel au printemps 2020. Celui-ci a été approuvé par les élus municipaux. Ce projet est Dkopjigan – ballot de transmission des récits racontés en symboles.

Ajout à la programmation culturelle – automne 2019

Il y aura un ajout à la programmation culturelle (automne 2019) pour la ville de Notre-Dame-des-Prairies. Il s’agit du projet de pièce de théâtre Parminou, soit la pièce intitulée « Je courais, je courais, je courais ». Les élus municipaux ont aussi adopté le budget inhérent au projet soit approximativement 2365$.

Modifications à la programmation des loisirs

Le conseil municipal a adopté une résolution modifiant la programmation des loisirs. Il y a quatre ajouts de cours soit de Piyo, Pirouette et Cabriole, de l’improvisation et de la guitare.

Photo Guy Latour

Près de 20 mois après s’être engagé à effectuer des travaux de mise à niveau des installations septiques, les résidents de la Coop Mobile de Notre-Dame-de-Lourdes (anciennement Paradis Mobile) peuvent dire mission accomplie.

En effet, les 31 résidents qui font partie de cette Coop ont annoncé, le 15 novembre dernier, que ces travaux étaient terminés, dans le délai prévu.

« Enfin on va pouvoir rester chez nous! Nous pouvons arrêter d’avoir peur d’être expulsés, nos conditions sont remplies, nous sommes propriétaires de notre terrain et de notre propre usine de traitement des eaux usées», a déclaré avec beaucoup d’émotion, en conférence de presse, Manon Bastien, vice-présidente de la Coop Mobile.

Le 28 mars 2017, la Cour supérieure du Québec avait entériné une entente faite par la municipalité et la Coop, créée quelques  semaines plus tôt. Celle-ci s’était engagée à effectuer ces travaux dans un délai de 20 mois.

Depuis  ce jugement, la coopérative a procédé en étape à la réalisation du projet : retenir un ingénieur pour les plans et devis, faire une étude environnementale, demander le certificat d’autorisation, changer le zonage, confirmer le montage financier, sélectionner un entrepreneur pour la réalisation des travaux, les tests et enfin, la mise en service du nouveau système autonome de traitement des eaux usées.

« Je tiens à féliciter les citoyens du Paradis-Mobile qui se sont rassemblés et qui ont travaillé d’arrache-pied pour prendre en main et régler cette situation environnementale qui ne pouvait plus durer », a souligné la mairesse de Notre-Dame-de-Lourdes, Céline Geoffroy.

En plus de ces travaux, le conseil continuait d’assurer la gestion courante et l’entretien des équipements actuels de la coopérative.

De son côté, la députée de Joliette à l’Assemblée Nationale, Véronique Hivon, a tenu à saluer le travail extraordinaire des citoyennes et citoyens qui ont fait preuve de leadership et de solidarité en se regroupant au sein d’une coopérative. « L’annonce d’aujourd’hui est également le fruit d’un travail de concertation entre les différents acteurs de la communauté. C’est une très belle réalisation, autant au point de vue environnemental que pour la qualité de vie des gens, dont nous pouvons être fiers, collectivement», a précisé la députée.

fin, travaux, de mise à niveau, installations septiques, Coop Mobile
Photo courtoisie .Avant l'enfouissement

Plusieurs partenaires

Le coût total du projet s’élève à 850 000$ et a pu être financé grâce à l’effort des membres de plus que doubler leurs loyers mensuels.

Ce montant est majoritairement financé par Investissement Québec avec deux fonds destinés à l’entrepreneuriat collectif, IMPLIQ (625 000$) et le Programme favorisant la capitalisation des entreprises de l’économie sociale (100 000$).

Grâce aux démarches de Véronique Hivon, la coopérative a pu obtenir un montant cumulatif de 41 000$ provenant des budgets discrétionnaires des ministres et Ministères suivants soit le Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques du Québec; le Ministère de la Sécurité Publique du Québec; le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité du Québec; le Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec ainsi que le Ministre responsable de la région de Lanaudière.

Notons enfin que la coopérative bénéficie d’une contribution non remboursable de 5000$ provenant du Comptoir vestimentaire de Notre-Dame-de-Lourdes ainsi qu’une contribution non remboursable de 3000$ provenant de la Caisse d’économie solidaire Desjardins à travers son programme Jeune Entreprise Collective.

Le conseil tient également à remercier le soutien professionnel et continu de Mme Julie Thériault, organisatrice communautaire au Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière (CISSSL) ainsi que M. Evan Murray, directeur régional de la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ).

fin, travaux, de mise à niveau, installations septiques, Coop Mobile
Photo courtoisie

 

 

Photo courtoisie

Une centaine de personnes ont répondu à l’appel de la Ville de Joliette et assisté à l’assemblée d’information tenue au Château Joliette le 7 novembre concernant le projet de réaménagement de la rue Saint-Pierre Sud.

À compter de l’été 2019, la Ville de Joliette entreprendra effectivement d’importants travaux d’infrastructures et de réaménagement de l’artère, en commençant par le tronçon situé entre les rues Lépine et Saint-Antoine (y compris le réalignement de l’intersection). La seconde phase est prévue pour 2021 entre les rues Saint-Antoine et le boulevard Manseau. La dernière phase permettra quant à elle de finaliser la réfection de la rue Saint-Pierre entre le boulevard Manseau et la rue Richard, en 2022. L’échéancier des phases 2 et 3 est sujet à changement, au gré des urgences et des priorités qui exigeraient une réévaluation budgétaire par le conseil.

La première phase de ces travaux réalisée l’an prochain est évaluée à 5,9 millions de dollars financés à même un règlement d’emprunt adopté en avril dernier. Des réponses relatives aux demandes de subventions adressées par la Ville au gouvernement du Québec sont attendues et pourraient également alléger les dépenses associées.

Par ailleurs, puisque la planification budgétaire de la Ville de Joliette fait état d’une évaluation globale de ses projets à long terme, précisons qu’aucun impact direct n’est à prévoir sur le compte de taxes des propriétaires situés en bordure des travaux ni des citoyens en général. 

Pourquoi procéder à la réfection de ces infrastructures?

Ces travaux consisteront essentiellement au remplacement des réseaux d’aqueduc et d’égouts combinés désuets par de nouvelles conduites séparées d’aqueduc, d’égout pluvial et d’égout sanitaire. Le réseau souterrain de Saint-Pierre représentant une « colonne principale », il importe de débuter par cette section pour ensuite optimiser les réseaux perpendiculaires.

Ces travaux permettront aussi d’améliorer la fluidité de la circulation et de réaligner à 70 degrés l’intersection formée des rues Saint-Pierre, Monseigneur-Forbes et Lépine. L’ajout de feux de circulation à ce coin de rue viendra sécuriser  la circulation automobile et les traverses pour les piétons et les cyclistes.

Le projet prévoit l’interdiction de stationnement sur rue et la plantation d’un nombre important de nouvelles essences d’arbres variés et adaptés à l’élagage.

Un choix quant à l’aménagement des voies

Avec ces travaux, la Ville de Joliette souhaite aussi assurer une cohabitation harmonieuse répondant aux besoins actuels et futurs des automobilistes, cyclistes et piétons qui empruntent cette artère d’entrée stratégique.

Pour des raisons de sécurité, les citoyens ont majoritairement plaidé en faveur de l’aménagement d’une piste cyclable unidirectionnelle, soit une voie cyclable de chaque côté de la rue, dans le sens de la circulation.

Mais les considérations sont nombreuses. Au lendemain de cette assemblée, les représentants municipaux présents se chargent de déposer un rapport au conseil pour le choix final de l’aménagement, l’élaboration des plans et l’appel d’offres. Les travaux devraient débuter en mai 2019. Un échéancier sera communiqué à la population au cours de l’hiver.

retour, séance d'information,  réaménagement, rue St-Pierre Sud
Photo courtoisie

 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.