MEILLEURS HISTOIRES

Grid List

Photo courtoisie

MRC Autray

Du 7 au 9 septembre dernier, se déroulait la 5e édition du Symposium Les Courants d’arts de Lavaltrie, une manifestation des plus pigmentées, qui a attiré un total de 1500 personnes ! C’est sous la présidence d’honneur de Shirley Théroux, débordante d’enthousiasme, que le public a eu la chance d’assister à de nombreuses prestations artistiques, originales et surprenantes.

De plus, pour cette édition, le comité organisateur a choisi de rendre hommage au peintre Tex Lecor, décédé l’année dernière, ce qui a ajouté une belle touche d’humanité à cet événement artistique. 

Tout a débuté par une soirée VIP, le vendredi 7 septembre. L’artiste de renommée internationale en « bodypainting » Alexandra Bastien, a réalisé un pur chef d’œuvre en transposant fidèlement une œuvre de Tex Lecor, ainsi que le visage du grand peintre québécois, sur le corps de son mannequin. Durant la soirée, il était également possible pour les participants de visiter l’exposition des artistes du Symposium en primeur. Plus de 200 personnes étaient présentes et toutes ont eu droit à une performance musicale d’Audrey Bordeleau et de Jean‐François Branchaud, en plus de l’animation et de la présence de plusieurs invités de marque. 

Lors de la soirée d’ouverture, le maire, M. Christian Goulet, a tenu à s’adresser au public pour souligner le travail colossal accompli par le comité organisateur et par le Conseil des arts de Lavaltrie. Il a aussi mentionné qu’il est très heureux de constater cette belle collaboration avec la Galerie Archambault, véritable institution qui œuvre sur le territoire de la ville depuis plus de 40 ans. M. Goulet a terminé en remerciant le Conseil des arts, ainsi que son président, M. Benoit Léonard. 

De son côté, M. Léonard se dit extrêmement fier de la réussite du Symposium : « Certains artistes présents ont attribué un « 5 étoiles » à notre événement et il a même été dit que nous n’avions rien à envier à des manifestations artistiques du même type, plus reconnues et qui roulent leur bosse depuis un plus grand nombre d’années. Après tout le travail accompli, je vous jure que ces mots sont notre paie! ». Il ajoute que le Symposium de l’an prochain sera encore plus grandiose. 

Le beau temps a été au rendez‐vous durant les trois journées du Symposium et la Ville de Lavaltrie est bien fière de ce grand succès ! Cet événement gratuit se veut l’occasion idéale pour offrir à ses citoyennes et citoyens une belle occasion de découvrir ses artistes lavaltrois.

Photo courtoisie

MRC Autray

Par le biais de son tournoi de golf annuel, EBI a une fois de plus distribué des sourires, de l’espoir et surtout du bonheur dans la communauté de Berthier. En effet, le 21 septembre avait lieu la remise de la cagnotte de 55 250 $ aux organismes et aux associations jeunesse œuvrant dans la région.

« Lorsqu’on voit la précarité financière dans laquelle se trouvent plusieurs familles, on ne peut pas douter de l’importance de l’aide que nous apportons.  Nous sommes très sensibles à cette cause et c’est pourquoi nous sommes impliqués par le biais de l’Omnium de golf EBI – Aidons la jeunesse, depuis 22 ans déjà », a soutenu M. René Sylvestre, vice-président et directeur général de EBI, lors de la conférence de presse.

Le 17 août dernier, plus de 175 golfeurs ont foulé les verts du Club de golf de Berthier. Quelque 230 convives présents en soirée ont répondu à l’appel pour contribuer généreusement à la cause de la jeunesse régionale. Ils ont ainsi pu profiter d’un repas de grande qualité agrémenté du spectacle de Réal Béland qui venait clore la soirée en beauté.

Un nouveau record

Alors que la 21e édition avait été un franc succès, la 22e édition vient de dépasser les limites avec une hausse de plus de 7 % du montant recueilli, fracassant ainsi le record établi en 2017. Ainsi, au cours des 22 dernières années, ce sont 659 850 $ qui ont été distribués à la communauté berthelaise.

Cette cagnotte a ainsi été distribuée parmi les organismes et les associations suivantes :

Projet de lecture 1 000 livres de la classe de Maryse Robillard                        500 $

Corps de cadets Alexandre de Berthier                                                    2 500 $

Carrefour jeunesse emploi (Place aux jeunes d’Autray)                               2 250 $

Association de hockey mineur de Berthier                                                3 000 $

Association de soccer mineur de Berthier                                                 3 000 $

Club de patinage artistique de Berthier                                                    3 000 $

Place Jeunesse Berthier (projet Ados Cuistots)                                         3 500 $

Groupe Populaire Déclic (Les p’tits succès)                                              4 500 $

École secondaire Pierre-de-Lestage (projet de persévérance scolaire)          5 250 $

Maison de la Famille aux quatre vents                                                      6 000 $

Société St-Vincent de Paul (Opération Bonne Mine)                                  8 500 $

Groupe d’Entraide en toute amitié (déjeuners à l’école)                           13 250 $

La direction de EBI et les membres du comité organisateur remercient tous ceux et celles qui ont contribué à la réussite de l’événement, qu’ils soient commanditaires, partenaires, joueurs ou encore donateurs.

Le rendez-vous est donné pour la 23e édition !

Photo courtoisie

Mrc Joliette

Les ateliers de transmission de savoir-faire sont de retour à Joliette cet automne. Tout au long du mois d’octobre, des rendez-vous à ne surtout pas manquer pour en découvrir davantage sur nos traditions! 

Animés par divers médiateurs culturels, les ateliers de transmission de savoir-faire présentés gratuitement à L’Arsenal (585, rue Archambault) permettront aux participants de se familiariser avec certaines pratiques traditionnelles : 

Dégustons la médecine traditionnelle atikamekw | 3 octobre à 19 h Karine Wasiana Echaquan offre ses connaissances relatives à la médecine traditionnelle atikamekw, aux plantes et aux bienfaits de la nature.  

Initiation à la broderie | 10 octobre à 19 h  

Les amoureux du textile sont invités à s’initier à la broderie avec Murielle Cousineau et ses brodeuses. 

Montage de mouche à pêche | 17 octobre à 19 h  

Le Grand maître monteur Michel Leblanc fait découvrir l’art de transformer les plumes et les poils en appât pour la pêche. Cet atelier permettra de confectionner une mouche pour pêcher la truite, le doré, le brochet et l’achigan. 

Contez à l’oral pour vos enfants ou petits-enfants | 24 octobre à 19 h 

Diane Brisson invite les parents et les grands-parents à plonger dans l’univers merveilleux des princes. L’atelier propose un voyage dans le monde imaginaire de l’oralité. 

Câllez l’orignal | 31 octobre à 19 h 

Jacques Martial partage sa façon d’appeler les orignaux par l’imitation de ses sons et de ses appels (cris).  

À noter que les places sont limitées pour chaque atelier, il est donc préférable de s’inscrire. Pour plus d’information ou pour réserver des places, veuillez communiquer avec le service des Loisirs et de la culture au 450 753-8050 ou au Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Pour plus de détails sur les ateliers présentés, consultez le www.ville.joliette.qc.ca  

Les ateliers de transmission de savoir-faire sont présentés dans le cadre de la politique culturelle de la Ville de Joliette, en collaboration avec Philippe Jetté

Photo courtoisie

MRC Autray

Au cours du mois d’octobre, le Service de transport de la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray ira à la rencontre des utilisateurs du circuit d’autobus 131-138 et des citoyens afin de les informer des changements qui entreront en vigueur dès le 1er janvier 2019. 
 

Cette modification du service fait suite à l’acquisition de compétence en transport régional par la MRC. Le circuit d’autobus 131-138 parcourt la Ville de Berthierville, Sainte-Geneviève-de-Berthier, Lanoraie et Lavaltrie pour se rendre à Joliette, où des transferts sont possibles vers les circuits locaux de la MRC de Joliette ainsi que vers Montréal. 

Trois rencontres publiques d’information seront présentées dans les jours à venir. La première aura lieu le mardi 2 octobre dans la salle des maires de la MRC de D’Autray, située à Berthierville (550, rue De Montcalm). La seconde se tiendra le lundi 15 octobre au pavillon Jean-Bourdon de Lanoraie (12, rue Louis-Joseph-Doucet) et la troisième le mercredi 17 octobre au Chalet de la Seigneurie de Lavaltrie (120, rue Saint-Antoine Sud). Chacune d’entre elles débutera dès 18 h 30 et prendra la forme d’une présentation suivie d’une période de questions. 

Le Service de transport de la MRC accueille les commentaires et les questions par téléphone au 450 836-7007 poste 2571 ou par courrier électronique à Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Photo d'archives

Mrc Joliette

Société d’histoire de Joliette-De Lanaudière

Le conseil municipal a entériné une aide financière de 100$ pour la Société d’histoire de Joliette-De Lanaudière pour la poursuite de leurs activités.

Demande d’affichage temporaire

Les élus municipaux ont autorisé au Centre Émilie-Gamelin d’installer une pancarte temporaire pour remercier un partenaire financier (RONA), lequel a contribué pour sa dernière campagne de financement.

Rapport des permis de construction – Août 2018

La municipalité de Saint-Charles-Borromée a connu un excellent mois d’août au niveau de la construction. En effet, la valeur des permis a atteint  5 554 200$, comparativement à 853 000$ pour la même période, l’an dernier.  Un total de 22 permis a été émis, avec la création de 33 nouvelles unités de logement. Depuis le début de l’année 2018, la valeur des permis a atteint  28 529 600$.

Photo courtoisie

MRC Autray

Le Centre sportif et culturel de Brandon (CSCB) et la Caisse Desjardins du Nord de Lanaudière ont récemment procédé à l’inauguration de la nouvelle surfaceuse de l’aréna Familiprix Saint-Gabriel. 

En effet, la Caisse Desjardins du Nord de Lanaudière a versé une somme importante au CSCB afin que ce dernier soit en mesure de remplacer sa surfaceuse, devenue désuète avec les années. 

Centre sportif, Saint-Gabriel, aréna

Photo courtoisie

« Nous sommes vraiment très heureux de cet appui substantiel de la part de la caisse, mentionne monsieur Gaétan Gravel, président du CSCB, mais également préfet de la MRC D’Autray et maire de la Ville de Saint-Gabriel.  Sans ce soutien, il nous aurait été impossible d’acquérir cet équipement indispensable pour l’aréna Familiprix Saint-Gabriel », précise-t-il. 

« Il nous fait plaisir de soutenir le milieu en aidant le Centre sportif et culturel de Brandon à acquérir une nouvelle surfaceuse qui servira à l’ensemble des sports de glace et ainsi donc à de nombreux jeunes désirant pratiquer leur sport, leur passion », explique madame Kathie Cimon, directrice générale de la Caisse Desjardins du Nord de Lanaudière. 

Par ailleurs, la Caisse Desjardins du Nord de Lanaudière a également appuyé financièrement le CSCB dans la mise en place de la partie préparatoire de la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec opposant les Voltigeurs de Drummondville aux Huskies de Rouyn-Noranda le 30 août dernier.

Photo courtoisie

Soccer

Les Flammes rapides de Rawdon se sont illustrées de façon exceptionnelle cet été dans le monde du soccer féminin.

C’est dans  catégorie U12 que cette jeune formation s’est distinguée.  Malgré la chaleur torride de cet été, le travail acharné des jeunes filles a porté ses fruits et le résultat fut assez exceptionnel.

Aucune défaite lors de la saison régulière avec 12 victoires et deux matchs nuls pour les protégées d’Éric Labonté, Eric Rousselle et Jacinthe Chevalier.  Ce fut donc un premier championnat de la section Nord de la région Lanaudière pour cette combative formation.

La seule défaite est finalement survenue en grande finale du championnat pour la grande région Lanaudière devant l’équipe de Terrebonne. 

Somme toute une saison presque parfaite.  Félicitation aux Angély Poirier, Florence Bessette, Juliette Perreault, Léa-Rose Demontigny, Laurie Leclerc, Evelyne Falle, Lou’ann Thibeault, Clara Bergeron, May Lafontaine, Amélie Jobin, Jade Jobin et Coralie Deslauriers.

Bravo également aux parents qui ont appuyé leur enfant tout le long de l’été.

Crédit photo Rapido Photos

Hockey

Les Cyclones de Joliette-Crabtree Junior AA, dirigés cette saison par Michaël Dupuis, débutaient leur saison régulière le week-end dernier avec deux rencontres en 24 heures.

Tout d’abord, le 22 septembre, Les Cyclones se mesuraient aux Gladiateurs de Mascouche à l’aréna de l’endroit. Les Cyclones ont subi une défaite honorable de 3-2. Ce fut une rencontre serrée alors qu'en première période, un seul but fût marqué, celui de William Léveillé-Froment des Gladiateurs. En deuxième,  Phillipe Dupuis a répliqué pour les Cyclones à 9 :43 mais 26 secondes plus tard, Alexandre Trudeau redonnait les devants aux locaux. Gabriel Saint-Laurent a creusé l’écart à deux buts avec moins de deux minutes à faire en période médiane.

En troisième,  le talentueux Frédéric  Decelles a redonné espoir aux Cyclones mais ce ne fut pas suffisant, les Cyclones ne parvenant pas à inscrire le but égalisateur.

Victoire face à Mirabel

Le lendemain, à Mirabel, les Cyclones qui tiraient de l’arrière 3-1 sont revenus en force et l’ont emporter 5-3.  Jérémie Guilban, Christopher Verreault et Frédéric Decelles se sont particulièrement illustrés pour les gagnants. Malheureusement au moment de mettre ce texte en ligne, le sommaire de la partie n’était pas disponible.

La prochaine rencontre des Cyclones aura lieu le 29 septembre alors qu’ils rendront visite au National de Rosemère à 20h. Rappelons que le premier match local aura lieu le dimanche 7 octobre à 16h30 au Centre Récréatif Marcel-Bonin.

Photo courtoisie

Hockey

La Ligue de Hockey Junior AAA du Québec a annoncé lundi, ses sélections  pour les titres de joueurs défensif et offensif pour la période du 17 au 23 septembre 2018.

Sur le plan offensif, la palme revient à Noah Corson des Prédateurs de Saint-Gabriel-de-Brandon. Originaire de Sherbrooke, au Québec, Corson a hérité de 2 buts et 7 aides pour un total  de 9 points en 3 parties, en plus de quérir un différentiel de 0.

L’attaquant de 20 ans connaît un excellent début de saison grâce à ses  4 buts et 15 passes en huit rencontres. Ses 19 points le place au deuxième rang, à égalité avec un autre joueur des Prédateurs, Vincent Blanchette (9-10). Blanchette, incidemment, était aussi parmi les candidats pour le joueur offensif de la semaine pour le circuit Laporte..

Photo courtoisie

Hockey

Les Prédateurs de Saint-Gabriel ont récolté quatre points sur une possibilité de six, lors de leur séquence de trois parties en quatre soirs.

Après leur belle victoire contre Valleyfield, le 20 septembre, la troupe de Sébastien Renaud a trébuché 7 à 1, le lendemain, à Granby contre les Inouk, qui sont toujours invaincus en six matchs.

Les locaux ont pris l’avance 1-0 après la première période et 4-0 après 38 minutes de jeu. Vincent Blanchette a évité le jeu blanc, pour les Prédateurs, en marquant avec trois secondes à faire en deuxième. 

Devant le filet de Saint-Gabriel, Jonathan Cournoyer a subi sa troisième défaite contre deux victoires en allouant six buts sur 41 lancers en 52 minutes de travail, Justin Choinière a cédé une fois. Les Prédateurs ont tiré à 25 reprises sur Marc-Antoine Dufour.

Gain de 8-4 au Lac St-Louis

Les Prédateurs se sont bien repris, le 23 septembre, en doublant le Revolution du Lac St-Louis, 8-4 au Sportplex de Pierrefonds.

Les hommes de Sébastien Renaud ont pris l’avance 3-0 après 15:20 grâce au deuxième d’Isaac Prud’homme, le quatrième de Noah Corson et le neuvième de Vincent Blanchette.  Jacob Smith a marqué le seul but des locaux à 16:00 de la première.

Shadow Reuben a réduit l’écart à 3-2 à 5:55 du deuxième vingt. Saint-Gabriel a cependant marqué trois fois en moins de quatre minutes grâce à un doublé d’Antoine Arsenault (8e et 9e) ainsi que le septième d’Anthony Morin.  Samuel Bourdages a marqué le troisième du Revolution avant la fin de l’engagement, c’était 7-3 pour les Prédateurs après 40 minutes de jeu.

Les visiteurs ont poursuivi leur domination en troisième alors que Zachary Maheu marquait son premier de la saison, alors qu’Arsenault complétait son tour du chapeau.  Bourdages a complété la marque pour le Lac St-Louis avec moins de quatre minutes à faire dans la rencontre.

Vincent Blanchette (1-4) a terminé la partie avec cinq points alors que Philippe Arsenault (3-1) et Noah Corson (1-3) ont récolté quatre point chacun dans cette victoire.

À son premier départ en carrière dans la LHJAAAQ, Justin Choinière a remporté son premier gain pour les Prédateurs en repoussant 28 des 32 rondelles dirigées vers lui. Saint-Gabriel a obtenu 35 tirs sur les deux gardiens du Révolution.

Cette semaine

Les Prédateurs seront en action deux fois au cours de la prochaine fin de semaine.

Saint-Gabriel accueillera le Collège-Français de Longueuil, le 28 septembre, dès 20h à l’éarna Familiprix. Deux jours, plus tard, les Prédateurs se rendront à Chambly, à compter de 16h afin de croiser le fer avec les Forts.

 

 

Photo courtoisie

Hockey

Les Loups de Saint-Gabriel ont connu un week-end parfait en remportant deux autres victoires.

La troupe d'Éric Piette disputait tout d'abord son premier match local, le 21 septembre, en recevant le Red Knight de Marieville.

Pour l'occasion les Loups ont hissé une bannière soulignant leur victoire en finale, l'an dernier. Par la même occasion les Loups en ont profité pour souligner l'excellent travail de Simon Gaudet, Mathieu Blanchard et Yanic Pelletier  avec le Blizzard et les Loups de St-Gabriel.

Ces trois joueurs ont joué cinq saisons avec le Blizzard de 2010 à 2015 et deux saisons avec les Loups, avant d'accrocher définitivement leurs patins en 2018.       

Photo courtoisie
Photo courtoisie

Pour revenir au match, le Red Knight de Marieville a connu un très bon début de match, prenant même les devants 1-0 grâce au but de Patrick Provencher marqué à 2:58. Saint-Gabriel marque ensuite deux fois avant la fin de la première période. Tommy Maltais provoque d'abord l'égalité à 15:25 aidé de Bonin et Bazinet et Marc-Antoine Pilon complète le pointage de ce premier vingt en comptant 16 secondes plus tard sur une passe de Marc-André Labelle.         

La deuxième période fût désastreuse pour Marieville qui accorde quatre buts sans riposte aux Loups. Samuel Pesant inscrit le 3ième but des siens à 1:43 assisté de Marc-Olivier Bazinet. À 12:20 Charles Landry marque son premier de la saison sans aide. Mar-Antoine Desnoyers marque lui aussi son premier de la saison sur des passes de Landry et Fraser à 13:42 de la deuxième. Chyp Fraser porte le compte 6-1 en inscrivant son troisième de la saison aidé de Labelle.                                                  

Les Loups dominent complètement le 3ième vingt et ratent plusieurs occasions d'augmenter leur avance. A souligner l'excellent travail de Frédéric Roy, le gardien des Red Knights, sans qui la défaite aurait pu être écrasante. Chacune des équipes a inscrit un but au dernier vingt. David Duhamel porte le compte 7-1 avec son second de la saison avec l'aide de Pesant et Labelle avant de voir Ryan Thompson du Marieville compléter la feuille de pointage.

Le gardien des Loups Philippe Bleau a très bien fait lui aussi devant le but des siens même s'il a été peu occupé.                                                                                                                                       

Victoire à Farnham

Moins de 24 heures plus tard, Saint-Gabriel était à Farnham afin d’affronter le Cuisine Action de Farnham.

Les Loups l’ont finalement emporté 3-2 dans une excellente rencontre disputée sous le signe de la rapidité entremêlé de robustesse.

Privé des services de quelques joueurs blessés l'entraîneur Eric Piette a dû se débrouiller avec seulement trois trios et cinq défenseurs.      

C'est Farnham qui ouvre le pointage lorsque Guillaume Martel inscrit son troisième cette saison. À 9:13, David Charbonneau marque à son tour pour le Cuisine Action donnant une priorité de deux buts aux locaux. Les Loups réduisent l'avance à 2-1 lorsque le défenseur Marc-André Desnoyers inscrit son deuxième de la campagne sur une passe de Marc-André Labelle.

Un seul but a été réussi en deuième période, celui de Maxime Bonin des Loups aidé de Raphaël Ducharme et d'Antoine Venne à 10:17. Il y a eu plusieurs chances de marquer pour les deux équipes au cours de cet engagement. Les gardiens Bleau et Demers se sont signalés en réussissant quelques arrêts spectaculaires. Le deuxième vingt s'est terminé avec une égalité de 2-2.

Loups Saint-Gabriel, Simon Gaudet, Yanic Pelletier
Photo courtoisie

Les Loups connaissent une excellente troisième période forçant le gardien adverse à se surpasser en plusieurs occasions. C'est finalement Samuel Pesant avec son deuxième de la saison, avec l'aide de Marc-Olivier Bazinet, qui donne les devants à Saint-Gabriel avec un peu moins de sept minutes à jouer. Le Cuisine Action de Farnham        retire son gardien avec 1:28 à faire au match. Les Loups écopent d'une punition et doivent se défendre à 6 contre 4. Saint-Gabriel tient le coup et l'emporte 3-2.

Samedi, le septembre, les Loups se dirigeront vers Saint-Hubert pour y affronter les Mustangs. Tout un duel est à prévoir entre les deux équipes car Saint-Hubert représente une des meilleures formations de la ligue. 

L'action ne manque jamais entre ces deux équipes. Les fans des des Loups devront patienter jusqu'au 14 octobre avant de revoir leur équipe favorite à domicile, alors qu'ils recevront la visite des Riverains de Saint-Hilaire.                                                                                     

 

Photo Daniel Chamberland

Hockey

Le week-end dernier, la formation de hockey sénior des Sportifs Pétroles Bélanger disputait deux matchs en deux soirs, soit le vendredi 21 et le samedi 22 septembre. Ce fut une fin de semaine positive sur toute la ligne car la formation joliettaine a remporté ses deux duels.

Victoire en fusillade face à Louiseville

Vendredi soir, les Sportifs Pétroles Bélanger affrontait leur bête noire des dernières séries éliminatoires, soit le Bellemare de Louiseville. Ce fut un match endiablé et très rude car plusieurs pénalités pour rudesse et coup de bâton furent signalées. Par contre un seul combat a éclaté au cours de cette rencontre. Les Sportifs ont pris une avance de 3-0 dès le premier vingt grâce à des buts de David Roch, David Poulin et Nicolas Pelletier. Aucun but ne fut marqué en deuxième période.

En troisième, à 3:16, Jonathan Castonguay inscrivait un premier but pour les locaux. En fin de match, profitant de l’indiscipline des visiteurs, Fabien Laniel et Danick Poirier, un ancien des Sportifs, ont inscrit chacun un but en avantage numérique pour ramener l’égalité dans le match.

Après une période de prolongation sans faire de maître, c’est finalement David Roch qui a donné la victoire aux Sportifs Pétroles Bélanger en fusillade.

Premier match convaincant à domicile

Le lendemain, les protégés de André Lachance et Gaby Roch recevait pour l’occasion les Maroons de Waterloo, ceux-là mêmes qui l’avait emporté 5-4 le week-end dernier. Devant une belle foule venue encourager leurs favoris, les Sportifs ont remporté un gain de 4-2. David Fortier et David Lizotte ont été les buteurs des locaux avec deux buts chacun. Frédéric Piché était le gardien des Sportifs et il a été très solide tout au long du match, repoussant 23 des 25 rondelles dirigées vers lui.

En entrevue après la rencontre, le personnel d’entraîneurs s’est montré très satisfait des efforts déployés par l’ensemble de l’équipe.

«Malgré le fait que c’était deux matchs en deux soirs, on a vu de très belles choses, les gars ont démontré une bonne attitude. De plus on a vu des belles exécutions. on est très satisfaits» a résumé Gaby Roch, directeur-gérant et entraîneur-adjoint des Sportifs.

Le week-end prochain les Sportifs Pétroles Bélanger accueilleront le Condor de Nicolet, qui rappelons le, ont conclu une méga transaction qui a amené David, Dany et Joêl Roch à Joliette. Le match aura lieu samedi le 29 septembre à 20h30. C’est à ne pas manquer.

Photo Guy Latour

Politique provinciale

La Chambre de Commerce du Grand Joliette (CCGJ) présentait son traditionnel débat des candidats aux élections provinciales, au Château Joliette.

Les candidats (es ) de la Coalition Avenir Québec (CAQ, François St-Louis), du Parti Québécois (PQ, Véronique Hivon) et Québec Solidaire (QS, Judith Sicard) ont débattu durant 90 minutes.

Pour ce qui est de la candidate du Parti Libéral du Québec, Émilie Imbeault, celle-ci a décliné l’invitation de la CCGJ. Les échanges entre les candidats sont demeurés cordiaux tout au long du débat

Chaque candidat a fait tout d’abord une présentation individuelle. D’entrée de jeu, Véronique Hivon a été la première à s’adresse aux convives. « Je suis très fière d’avoir été votre représentante au cours des dernières années à Joliette et à l’Assemblée Nationale. Vous êtes toujours les gens à qui je dois ma première loyauté. Je veux me battre pour vous », a-t-elle déclaré.

De son côté. François St-Louis s’est décrit comme une personne près de son milieu et quelqu’un qui travaille pour améliorer la qualité de vie de sa communauté.  « Je veux continuer à l’avancement économique régional et ce, tant au niveau commercial, industriel, agricole que culturel et touristique. Pourquoi la CAQ? Pour du vrai changement, 15 années de gouvernance libérale a laissé des cicatrices dans le comté », a-t-il fait valoir.

Pour Judith Sicard, Québec Solidaire est le parti le plus progressiste et égalitaire. « On est égalitaire avec le salaire minimum à 15$/hre, les soins dentaires gratuits. Ce que les gens ne savent pas on est aussi égalitaire pour les entreprises. Celles-ci sont prêtes à des changements progressistes », a-t-elle expliqué.

Par la suite, les trois candidats étaient appelés à poser une question aux deux autres. Judith Sicard a tout d’abord demandé à Véronique Hivon pourquoi il n’y avait pas de mesures pour l’agriculture biologique. Pour Mme Hivon, le PQ est pour la transition biologique. « On a prévu des moyens pour accompagner les entreprises agricoles qui souhaitent faire cette transition, notamment pour la relève agricole. De son côté, François St-Louis, l’achat local est très important notamment pour «  nos institutions, nos hopitaux et le palais de justice. Il faut se serrer les coudes et acheter localement », a-t-il souligné.

La candidate du PQ a ensuite demandé à celle de QS quelles mesures étaient prévues pour le transport régional. Pour Judith Sicard, il y a plusieurs possibilités. « Il y a la diminution des frais de transport de 50% et des plates-formes de transport pour les densités pas assez grandes comme l’autopartage et les platesformes web », a-t-elle précisé.   Le candidat de la CAQ, pour sa part, appelle à la prudence.  «Si on diminue le trajet Joliette-Radisson, ça met à risque Joliette-Berthier et Joliette/Saint-Jérôme. Il faut refaire nos devoirs », a-t-ll rétorqué.

François St-Louis a ensuite interpellé Véronique Hivon concernant le plan du PQ pour contrer le décrochage scolaire dans la région. Pour Mme Hivon, ce plan a plusieurs volets où on mise sur la petite enfance avec 26 800 nouvelles places, des services de garde à domicile encadrés, le dépistage, une loi bouclier sur l’éducation et une impulsion au CREVALE. Judith Sicard a rappelé que QS veut offrir la gratuité scolaire et améliorer les écoles publiques via de meilleurs services et l’arrêt des subventions des écoles privées.

Parmi les autres dossiers qui ont été abordés par les candidat(es), il y a eu la formation professionnelle, la maternelle 4 ans, l’environnement, la francisation des nouveaux immigrants, l’itinérance et les lits disponibles, des stratégies pour soutenir la multitude d'OBNL ainsi que les entreprises d’économie sociale, les actions pour favoriser l’accessibilité aux services pour les familles autochtones ainsi que les stratégies pour contrer la pénurie de main-d’œuvre non spécialisée.

Photo courtoisie

Politique provinciale

Le candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Berthier, André Villeneuve, a présenté, aujourd’hui, les principales mesures nationales en immigration et en matière de langue française.

Langue française : Pour passer du déclin au regain « Le choix de l’emplacement pour la tenue de la conférence de presse d’aujourd’hui est symbolique. C’est devant le buste de Chevalier de Lorimier que je vais traiter des principales mesures du Parti Québécois en matière d’immigration et de langue française. Tout comme lui, nous avons le désir que le Québec et ses citoyens puissent vivre en français, travailler en français et s’assurer que notre nation continue à marquer l’histoire de son empreinte. Pour ce faire, nous savons que cela ne peut se concrétiser que par la protection de la langue française et une immigration qui viendra épouser nos valeurs et notre langue », a déclaré André Villeneuve.

Depuis 15 ans, la politique d’immigration libérale est un échec complet. Les propositions avancées par la CAQ, qui sont loin de réparer les erreurs du PLQ, aggraveraient cumulativement la situation. « Derrière le déni libéral et les dangereuses propositions de la CAQ se profile une lente mais certaine fragilisation du français, le cœur de notre identité. Les données du recensement de 2016 sont sans appel : le déclin du français au Québec est incontestable, en particulier quant à la proportion de citoyens pour qui c’est la langue principale à la maison », Jean-François Lisée.

Constat de la situation actuelle

°Échec à adapter la sélection des immigrants pour répondre intelligemment à une pénurie de main-d’œuvre prévisible et prévue depuis longtemps par tous les démographes;

°Échec à sélectionner des candidats à l’immigration qui connaissent le français : l’objectif gouvernemental libéral est de n’avoir que 15% des travailleurs qualifiés ignorants le français. Le dernier décompte en 2017 montre qu’environ 40% des travailleurs qualifiés l’ignorent;

°Échec à franciser les nouveaux arrivants : seulement 40% des immigrants ignorants le français suivent des cours de francisation; parmi eux, selon la vérificatrice générale, 90% échouent à leurs tests;

°Échec à régionaliser l’immigration : après avoir fermé les bureaux régionaux d’immigration, toutes les cibles de régionalisation ont été ratées, 95% des nouveaux arrivants s’installant à Montréal ou à Québec;

°Échec à retenir les nouveaux arrivants : selon l’Institut du Québec, sur 53 250 immigrants reçus en 2016, 20 000 (37%) ont quitté le Québec. En 2015, 45% ont quitté, en 2014, 43%.

Immigration : Pour passer vraiment de l’échec au succès

Il est illusoire de croire que l’augmentation des budgets en francisation va faire disparaître comme par magie un taux d’échec de 90% et un taux de départ du Québec de 40 à 50% des immigrants qui viennent chez nous pour découvrir qu’ils n’ont ni la compétence linguistique nécessaire à l’intégration, ni parfois l’envie de l’acquérir, préférant s’installer ailleurs.

°Pour renverser cette tendance, le Parti Québécois adoptera dans les 101 premiers jours de son mandat, une loi 202 qui regroupera ses positions linguistiques, incluant les mesures d’accueil, d’intégration et de francisation.

°Un gouvernement du Parti Québécois demandera que 100% des futures immigrants et leur conjoint ne soient  admis  sur  le  territoire  que  s’ils  démontrent  une  bonne  connaissance  du  français  (français intermédiaire). « Comment y parvenir? On trouve dans le monde, en additionnant ceux pour qui le français est la langue première et ceux pour qui elle est une langue seconde,   pas moins de 274 millions de francophones! De plus, plusieurs ententes ont été conclues partout dans le monde avec des écoles de langues reconnues par le ministère de l’Immigration, principalement avec des Alliances Françaises locales. Il existe plus de 150 écoles de langues réparties sur une quarantaine de pays, en Asie, en  Amérique latine,  en  Amérique  du Nord, en Europe  et  en Afrique.  Notre  gouvernement augmentera ces ententes pour faciliter l’apprentissage de la langue française à tous ceux et celles qui souhaitent immigrer au Québec. De plus, un fait peu connu, le ministère de l’Immigration rembourse jusqu’à 1 500$ de cours de français à un candidat étranger qui a réussi son diplôme et obtenu son Certificat de sélection. Une offre qui sera maintenue et publicisée par un gouvernement du Parti Québécois. Pour le Parti Québécois, c’est 100% des immigrants qui arriveront au Québec  et qui parleront un français intermédiaire. Pour la CAQ, c’est 100% des immigrants qui pourraient arriver ici sans parler le français », a précisé le candidat André Villeneuve.

Le seuil d’immigration

François Legault propose d’abaisser le seuil d’immigration au Québec  de  50 000 à 40 000 et avec l’obligation de réussir les tests de français et des valeurs québécoises. « Le chef de la CAQ à encore changé d’idée hier, en précisant que les immigrants pourront recommencer le test autant de fois qu’ils veulent, mais dans un laps de temps n’excédant pas quatre ans après leur arrivée au Québec. De plus, si une personne échouait à l’un des deux tests, il se retrouverait sur un avis officiel par lequel Québec informerait Ottawa de la présence en territoire canadien d’une personne sans statut. Le gouvernement déciderait alors des mesures qu’il entend prendre. C’est un non-sens, car ces immigrants deviendraient des sans-statut, des illégaux. Sans pouvoir travailler, sans pouvoir étudier, sans ressources. De plus, Québec  serait  incapable  d’expulser  ces  personnes, car  seule l’Agence  des services  frontaliers  du Canada a compétence en matière de renvois et d’exécution de la loi. Est-ce que vous croyez que le gouvernement fédéral acceptera de modifier ses lois et créer un précédent au Canada?  », a lancé le candidat péquiste.

°Pour une évaluation réaliste, flexible, et dépolitisée des seuils d’immigration nécessaires, le Parti Québécois confiera au vérificateur général, assisté par l’Institut de la statistique du Québec ainsi que par des experts en démographie, en emploi et en intégration, le mandat de recommander, d’une part, le nombre d’immigrants dont on peut raisonnablement assurer l’intégration et le succès, compte tenu de l’effort public actuellement engagé, et d’évaluer, d’autre part, les seuils et les investissements optimaux pour l’atteinte d’objectifs démographiques et de main-d’œuvre mesurables.

« Cette instance analysera objectivement et froidement la question. Quels sont nos besoins en matière de main-d’œuvre? Où en sommes-nous en ce qui concerne le vieillissement de la population? Combien d’immigrants nous faut-il? Quel profil d’immigrants? Bref, c’est la vérificatrice générale qui fixera le seuil d’immigration sur des données probantes  », a mentionné André Villeneuve.

Pour la pénurie de main-d’œuvre dans la circonscription de Berthier

La pénurie de main-d’œuvre est omniprésente dans toutes les régions du Québec et la circonscription de Berthier n’y échappe pas.

°Le Parti Québécois s’assurera que 25% des immigrants s’installeront en région;

°Afin de remédier à la pénurie de main-d’œuvre, le Parti Québécois instaurera une « voie express » d’approbation et de vérification des critères pour les offres d’emploi validées. Cela permettra une nette augmentation de la proportion des immigrants qui auront un emploi qui les attend au Québec;

°Les dossiers des autres candidats à l’immigration économique qui ont des compétences ou une expérience de travail dans les champs d’emploi populaire du Québec seront rendus disponibles (lorsque les candidats l’autorisent) aux employeurs québécois qui pourront entrer en contact avec eux pour discuter d’offres d’emploi. Le cas échéant, ils seront mis sur la « voie express »;

°Les candidats à l’immigration économique doivent remplir une grille qui leur donne des points qui varient selon leur niveau scolaire, leur expérience de travail, leur connaissance linguistique, etc. Un gouvernement du Parti Québécois élargirait considérablement cet écart, en donnant deux fois plus de points  aux  candidats  s’engageant  à  s’établir  en  région  qu’à  ceux  qui  voudraient  s’établir  dans  la métropole;

De même, les candidats qui n’ont pas d’offres d’emploi mais qui s’engagent, dans un document signé, à s’établir en région, obtiendront davantage de points que celui qui ne le fait pas;

°Le Parti Québécois rétablira les bureaux régionaux du ministère de l’Immigration, mais en les intégrant étroitement aux initiatives locales et régionales qui se sont structurées ces dernières années pour en maximiser l’efficacité. Cela permettra notamment d’accroître la décentralisation dans les régions en matière d’immigration et de donner plus de pouvoirs aux décideurs régionaux.

Pour renforcer le français au Québec

Dans près de 60% des cas, il est désormais impossible d’obtenir un emploi à Montréal si on ne démontre pas une connaissance de l’anglais.

Pour renforcer le français au Québec, le Parti Québécois propose une loi 202 qui prévoit notamment : °d’exiger que 100% des futures immigrants et leur conjoint ou conjointe ne soient admis sur le territoire que s’ils démontrent une connaissance suffisante du français;

°de rétablir le droit de travailler en français, mis à mal récemment par les tribunaux canadiens;

°d’étendre la loi 101 aux entreprises de 25 à 50 employés, ce à quoi se refusent toujours le PLQ et la CAQ;

°d’exiger une réelle connaissance du français des diplômés des cégeps et des universités anglophones du Québec.

« Le bilan libéral des 15 dernières années est alarmant et rien n’indique que ce parti veut poser les gestes nécessaires pour redresser la situation. Quant à la CAQ, ses propositions ne tiennent pas la route. Les Québécois et les Québécoises veulent vivre en français et travailler en français. Ils veulent que les immigrants possèdent tous les atouts pour s’intégrer à notre société, qu’ils réussissent et qu’ils s’installent en région. La clé du succès, c’est la maîtrise de notre langue à l’arrivée! Pour passer vraiment de l’échec au succès, ce sont les propositions du Parti Québécois qui sont les plus crédibles », a conclu André Villeneuve.

Photo courtoisie

Politique provinciale

La semaine dernière, Judith Sicard, candidate de Québec solidaire dans Joliette, a visité le CHRDL en compagnie du député et docteur Amir Khadir ainsi que de plusieurs autres candidates de Québec solidaire dans Lanaudière. La santé a été au cœur des discussions avec les personnes rencontrées.

Après avoir souligné devant un groupe d'employées l'importance qu'accorde le programme de Québec solidaire aux conditions de vie générales de la population dans la prévention de la maladie, Judith Sicard a insisté sur la nécessité de renforcer le réseau de CLSC, qui devrait être le fer de lance des soins et des services de première ligne en matière de santé et de services sociaux. Le soutien à domicile constitue également un élément clé pour diminuer la pression sur les hôpitaux et les CHSLD. 

Mais les deux sujets qui ont davantage piqué la curiosité des intervenant.e.s de la santé sont l'assurance dentaire publique et universelle ainsi que l'assurance médicaments, également publique et universelle. « Il n'y a rien de surprenant pour moi dans l'intérêt qu'ont les gens pour l'assurance dentaire », a déclaré Judith Sicard. « Selon un sondage Léger, cette proposition serait la plus populaire parmi toutes les propositions faites par l'ensemble des partis. C’est logique, puisqu’on sait qu'une personne sur quatre au Québec ne va pas chez le dentiste, faute d'argent », a-t-elle poursuivi. Nous nous sommes dotés au Québec d'un système de soins de santé gratuit. Il est injuste que seul.e.s les mieux nanti.e.s puissent consulter un dentiste et s’offrir des soins dentaires. Il est absurde de constater que nous avons un système de santé public, mais que nos programmes sociaux se refusent à inclure la santé dentaire dans ce système. Pourquoi la justice sociale devrait-elle s'arrêter à l'entrée de la bouche? En sachant à quel point une mauvaise santé dentaire peut avoir un impact sur la santé en général, on comprend tout de suite qu'une assurance dentaire publique ne sera pas seulement une dépense, mais bien un investissement qui profitera à l'ensemble de la population. 

La proposition de Québec solidaire visant à mettre en place un véritable régime public et universel d'assurance médicaments est peut-être un peu moins connue, mais aussi importante. Nous avons présentement un régime bancal à mi chemin entre le public et le privé. Le régime public d’assurance médicaments couvre principalement des personnes plus à risque sur le plan de la santé (retraité.es, non-syndiqué.es à faible revenu, etc.), alors que les personnes dans la force de l'âge et actives sur le marché du travail sont principalement couvertes par des régimes d'assurances collectives privées. La création de Pharma-Québec, un pôle public d’achat groupé, de production de médicaments génériques, de recherche et d'innovation pharmaceutiques, permettra de réduire considérablement les coûts des médicaments au Québec. L’État québécois deviendra ainsi le principal client des pharmaceutiques – ou dans les faits, presque leur unique client – et négociera ses achats en bloc. Il bénéficiera donc d’un extraordinaire pouvoir de négociation, ce qui entrainera une baisse du coût des médicaments pour nous faire réaliser des économies globales de 2,5 milliards $. La chose est simple, nous achèterons nos médicaments au même prix qu’ailleurs au Canada ou dans d’autres pays qui ont un tel pôle d’achat public.  

La production de médicaments génériques, de même que les ressources investies en recherche et en innovation pharmaceutiques, permettront d’autant plus d’exercer une pression à la baisse sur les prix que nous imposent actuellement les pharmaceutiques. Notez bien qu’il n’est pas question de nationalisation de la production des médicaments dans cette opération, mais simplement d’un État qui prend ses responsabilités envers sa population en ajoutant un acteur public qui travaille pour le bien commun et qui rend du même coup beaucoup plus difficile la collusion entre les grandes entreprises pharmaceutiques.  

En tant que société, nous faisons face à un choix : continuer dans une logique de privatisation et de désengagement de l’État, ou nous doter d’un gouvernement fort et solidaire qui saura insuffler une nouvelle dose d’énergie à nos programmes sociaux. À Québec solidaire nous croyons qu’il est important de penser à demain et d’effectuer ce virage nécessaire qui implique une plus grande participation de l’État en santé. Parce que prendre soin de notre santé collective, c'est s'offrir des services de santé et des services sociaux qui permettent à tous et à toutes de vivre dans la dignité.

Photo Guy Latour

Politique provinciale

Le co-porte-parole de Québec Solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois était de passage dans la circonscription de Joliette, le 18 septembre, afin de donner un coup de main à la candidate Judith Sicard.

« Je suis très content d’être ici avec notre magnifique candidate et plusieurs autres de la région. On a été très bien reçu aujourd’hui et il y avait une belle ouverture d’esprit des gens que nous avons rencontré », a déclaré lors d’un point de presse, M. Nadeau-Dubois.

Celui-ci s’est notamment rendu à la Kruger. Il a aussi procédé à une plantation symbolique d’un arbre dans la municipalité de Crabtree avec Mme Sicard. 

En début de soirée, il est venu parler d’éducation avec une centaine de personnes qui s’étaient déplacées à la Brasserie l’Albion.

« Il faut tout d’abord réinvestir de façon urgente dans l’aide aux enfants en difficulté en embauchant 2000 nouveaux professionnels. Pour ce qui est du financement public des écoles privées, on ne peut plus se permettre au Québec d’avoir un système d’éducation à deux vitesses où certains jeunes ont plus de chance que d’autres parce que leurs parents ont les moyens de les envoyer au privé », a expliqué le député sortant et candidat du comté de Gouin.

Il ajoute que si on parle de décrochage scolaire, il faut parler aussi financement public des écoles privées. « Québec Solidaire est le seul parti politique qui a le courage de mettre le doigt sur ce bobo-là et de dire qu’il faut donner des chances égales à tous les jeunes », a-t-il ajouté.

Élections Québec invite les électrices et les électeurs à vérifier que leur nom se trouve sur la carte d'information transmise par la poste. C'est là une façon simple de s'assurer d'être inscrite ou inscrit sur la liste électorale à l'adresse de son domicile, une condition obligatoire à remplir pour voter. Il est aussi possible de vérifier son inscription en ligne à www.elections.quebec/verifiez.

Votre nom n'est pas sur la carte d'information? Pour voter, vous devez vous inscrire sur la liste électorale ou modifier votre inscription au plus tard le 27 septembre.

« Il est important de vérifier son inscription sans plus tarder, puisqu'il ne sera pas possible de s'inscrire ou de faire son changement d'adresse le 1er octobre. Des électrices et des électeurs ont parfois la mauvaise surprise de ne pas pouvoir voter, parce qu'ils ne sont pas inscrits sur la liste électorale ou qu'ils ont oublié de faire leur changement d'adresse », a rappelé M. Pierre Reid, directeur général des élections.

Inscription et vote : faites d'une pierre deux coups!

Les 21, 22, 25, 26 et 27 septembre, vous pouvez vous inscrire ou modifier votre inscription et voter au même endroit. Une belle occasion de faire d'une pierre deux coups! Si vous êtes à l'extérieur de votre circonscription à ces dates, vous pouvez le faire en vous présentant au bureau de la directrice ou du directeur du scrutin de n'importe quelle circonscription du Québec.

Plusieurs étudiantes et étudiants peuvent eux aussi s'inscrire ou modifier leur inscription et voter par la même occasion, et ce, à même leur établissement d'enseignement! En effet, certains cégeps, centres de formation professionnelle et universités accueillent un bureau de vote les 21, 25, 26 et 27 septembre. Une belle solution, entre autres, pour celles et ceux qui étudient dans une autre circonscription que celle de leur domicile, puisqu'ils peuvent voter pour une personne candidate dans leur circonscription.

Inscription seulement

Du 10 au 27 septembre, votre demande d'inscription ou de modification peut être faite en personne, aux heures et lieux qui se trouvent sur la carte d'information transmise par la poste et sur le site www.elections.quebec.

Votre demande doit être accompagnée d'une ou de pièces justificatives qui, ensemble, indiquent votre nom, votre date de naissance et l'adresse de votre domicile. À titre d'exemples, pensons à un permis de conduire valide ou encore à un certificat de naissance jumelé à un compte d'électricité.

Autres options

Vous pouvez aussi vous inscrire ou modifier votre inscription par la poste, par courriel ou par télécopieur si votre formulaire rempli est reçu au plus tard le 17 septembre au bureau de la directrice ou du directeur du scrutin de votre circonscription. Vous trouverez le formulaire Demande d'inscription ou de changement à la liste électorale sur le site www.elections.quebec.

Au plus tard le 17 septembre, une personne de votre famille, votre conjointe ou conjoint, ou encore une personne qui cohabite avec vous peut aussi faire une demande pour vous en présentant une copie de vos pièces justificatives. Si vous n'êtes pas en mesure de vous déplacer, vous pourrez également vous inscrire ou modifier votre inscription à domicile si vous en faites la demande au plus tard le 17 septembre.

Par ailleurs, du 10 au 19 septembre, des équipes se déplacent dans l'aire commune de certains établissements de santé et résidences privées pour personnes aînées pour inscrire ou modifier l'inscription des résidents. Si vous êtes incapables de vous déplacer dans l'aire commune, une équipe se déplacera à votre chambre ou à votre appartement si vous en faites la demande au plus tard le 17 septembre.

Quelques statistiques

Près de 4,2 millions de cartes d'information ont été expédiées dans tout le Québec. Sur une même carte est indiqué le nom de toutes les électrices et de tous les électeurs inscrits à une même adresse ou, le cas échéant, est précisé qu'aucune électrice et aucun électeur n'y est inscrit.

Lors des dernières élections générales (7 avril 2014), plus de 115 000 changements ont été apportés à la liste électorale, que ce soit pour inscrire ou radier une personne ou pour faire un changement d'adresse.

 

Photo courtoisie

Politique fédérale

Après un exil de quelques mois, le député de Joliette à la Chambre des Communes, Gabriel Ste-Marie, est de retour avec le Bloc Québécois.

La nouvelle a été confirmée par Mario Beaulieu, chef intérimaire du Bloc Québécois, à l’occasion de la rentrée parlementaire, le 18 septembre.

« Le Bloc Québécois se retrousse les manches. Nous allons offrir aux Québécoises et aux Québécois une option politique crédible et à la hauteur des aspirations nationales du Québec », a-t-il déclaré avec enthousiasme, en entrevue au Lanauweb.

Celui-ci explique que lui et ses quatre collègues démissionnaires sont toujours restés en contact avec le Bloc après leur départ fracassant de février dernier.  « L’arrivée d’Yves Perron, à la présidence, a eu un effet rassembleur. Quand il y a de la chicane, ce n’est pas positif pour personne », a ajouté M. Ste-Marie.

« C’est avec enthousiasme que nous annonçons la réunification de tous les députés indépendantistes à Ottawa sous la bannière du Bloc Québécois. Cette unification s’est opérée dans le respect et la collégialité. Comme toujours, vous verrez un Bloc Québécois debout pour le Québec qui n’en laissera pas passer une », a déclaré Mario Beaulieu.

Pour Gabriel Ste-Marie, il y aura plusieurs dossiers chauds durant la présente session parlementaire. « Il y a évidemment les négociations pour le renouvellement de l’ALENA (et la gestion de l’offre), la légalisation du cannabis (le gouvernement pellette des problèmes en matière de santé et de sécurité aux provinces sans allouer les sommes nécessaires). Je réclame davantage d’argent pour les infrastructures », a-t-il souligné.

Il avait quitté à la fin février

Rappelons qu’en février Gabriel Ste-Marie avait annoncé sa démission comme leader parlementaire ainsi que son départ temporaire du Bloc Québécois.

« Pour nous, deux choix s’imposaient : soit que Martine Ouellet démissionnait, soit que c’est nous qui quittaient », avaient mentionné les sept politiciens en conférence de presse.

Les sept députés démissionnaires avaient reproché à la chef Martine Ouellet le climat de travail au sein du Bloc et le manque de consultation de la chef.

En juin 2017, en compagnie de six autres élus démissionnaires, M. Ste-Marie avait déclaré que «Notre lien de confiance envers Martine [Ouellet] est affecté, et ça va prendre bien du travail pour le réparer».

On reprochait à Martine Ouellet de ne pas consulter les députés. À l’opposé, la chef estimait que ceux-ci refusaient de reconnaître sa légitimité.

Au printemps, Gabriel Ste-Marie et quatre députés démissionnaires avaient annoncé la création du Parti Québec Debout

Météo

Berthierville Canada Scattered Thunderstorms, 18 °C
Current Conditions
Sunrise: 6:44 am   |   Sunset: 6:43 pm
92%     35.4 km/h     33.556 atm
Forecast
MER Low: 13 °C High: 21 °C
JEU Low: 7 °C High: 16 °C
VEN Low: 7 °C High: 20 °C
SAM Low: 7 °C High: 16 °C
DIM Low: 5 °C High: 12 °C
LUN Low: 5 °C High: 11 °C
MAR Low: 8 °C High: 17 °C
MER Low: 7 °C High: 13 °C
JEU Low: 12 °C High: 15 °C
VEN Low: 7 °C High: 13 °C
Assemblée Qc
Advertisement

Top Stories

Grid List

Photo courtoisie

Autres

Le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec demande l’aide du public afin de retrouver un témoin important en lien avec un enlèvement survenu le 19 septembre, à Sutton.

Rappelons qu’au moins deux suspects seraient impliqués dans la disparition d’une adolescente signalée en début de journée mercredi. Cette dernière a par la suite été rapidement localisée au cours de l’avant-midi, à Sutton. L’enquête tend à démontrer que la victime aurait été ciblée afin de tenter d’obtenir une rançon d’un employé d’une institution bancaire.

Description des suspects

Au moins deux hommes ; l’un s’exprimerait en anglais et l’autre en français.

Ils auraient été vus à bord d’une fourgonnette de type « Econoline » de couleur pâle dans le secteur des rues des Fougères, Maple et Academy, à Sutton.

Les policiers recherchaient également une fourgonnette Dodge Caravan de couleur pâle qui avait été aperçue par des caméras de surveillance d’un commerce. Celle-ci a été retrouvée au cours des dernières heures.

Le témoin important que la SQ souhaite rencontrer est un homme à la peau blanche, vêtu principalement de noir, avec chandail et souliers blancs. Il a été vu vers 9h hier matin, au restaurant Tim Horton situé sur la rue Knowlton, à Lac Brome.

Toute personne qui reconnait cet individu est priée de communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.

 

Photo courtoisie

Société

Céline Poissant, propriétaire de la terre de la ferme des Arpents roses, a choisi de céder la propriété de sa terre à la Fiducie d’utilité sociale agricole (FUSA) des Vallons d’En-Haut, qu’elle a constituée en juillet dernier.

Elle préserve ainsi à perpétuité la vocation écologique de sa terre et offre aux fermiers de la relève un endroit pour réaliser leur rêve agricole. 

 

Qu’est-ce qu’une FUSA ? 

Une FUSA protège à perpétuité le fonds de terre et les écosystèmes qu’on y trouve pour le bénéfice de la communauté. Le fonds de terre ne peut plus être revendu. La superficie et les bâtiments agricoles peuvent être loués ou vendus à un ou plusieurs fermiers pour qu’ils y exercent leur art tout en bénéficiant d’une servitude réelle et perpétuelle sur la terre. Sortie de la spéculation foncière, la terre devient donc beaucoup plus accessible à la relève. 

En plus de l’agriculture écologique et de proximité, les activités exercées dans la Fiducie des Vallons d’En-Haut pourront être à caractère social, culturel, éducatif ou scientifique, le tout en préservant les magnifiques paysages du fond de rang Saint-Albert. Céline Poissant, Arpents roses, FUSA

Photo courtoisie

Sept fiduciaires pour la terre 

Céline a choisi les premiers fiduciaires de la Fiducie, des gens d’expérience issus de milieux complémentaires, pour mener à bien ce projet et l’épauler. Une élue municipale, une maraîchère bio de Lanaudière, une gestionnaire dans le domaine du développement social, le président d’un comité de bassin versant de Lanaudière ainsi qu’un ami de longue date et client de la ferme siègeront au conseil fiduciaire, en plus de Céline elle-même et de son fils, Ludovic Beauregard, actuel locataire de la ferme. 

En parallèle, le support indéfectible de l’équipe de Protec-Terre, un organisme qui accompagne la création de fiducies d’utilité sociale agricoles, représente un gage de succès pour la Fiducie. 

Une levée de fonds solidaire 

Céline fait déjà un effort colossal en cédant gratuitement la terre à la Fiducie, mais encore faut-il défrayer les coûts de transition vers la Fiducie : actes notariés, arpentage, Registre foncier, assurances, etc. 

Plusieurs ami/es se sont réunis pour organiser une campagne de financement participatif qui est lancée aujourd’hui. La somme visée pour réaliser ce projet d’innovation sociale est de 20 000 $. 

Lien vers le site de la campagne : https://www.gofundme.com/creation-fusa-des-vallons-denhaut 

Les mots de Céline 

« Mon projet de FUSA est basé sur notre histoire sur cette ferme, à Claude et à moi. Mais aussi sur l’histoire propre à ce lieu à part, jugé marginal mais qui demeure magnifique, dans un cul-de-sac un peu hors du temps. Un lieu qui a même échappé à l’histoire moderne de l’agriculture québécoise. Ici, ce serait possible de vivre simplement et heureusement du noble métier de fermier […], sur une terre qui ne serait plus une propriété privée, mais une sorte de havre protégé

Photo courtoisie

Jeunesse

Pour une seconde année, le Cégep à Joliette est fier d’ouvrir ses portes aux cinéphiles, dans le cadre de Cinéma Politica.

Cet événement est organisé par plusieurs enseignants bénévoles et permet aux participants d’assister à la projection  de trois documentaires. Le Cégep invite ainsi toute la population à assister gratuitement à ces projections, lesquelles débuteront le 27 septembre, dès 19 h au local D-101. Les contributions volontaires sont toutefois les bienvenues.

Programmation automne 2018

Mes prairies, mes amours! (27 septembre)

Le long métrage de Chelsea McMullan nous invite à une odyssée poétique à travers champs. Ce portrait intimiste du chanteur transgenre Rae Spoon est aussi poignant et introspectif que les chansons du célèbre artiste.

Source : https://www.onf.ca/film/mes_prairies_mes_amours/

Arile et Matanda : un marathon d’obstacles (25 octobre)

Réalisé par la Montréalaise Anjali Nayar, ce film raconte l’histoire de deux hors-la-loi kényans qui changent leur vie en troquant leur fusil contre des chaussures de course et l'amnistie.

Source : https://www.cinemapolitica.org/fr/film/arile-et-matanda

La vie sous examen (15 novembre)

Offrant des moments rares avec de grands penseurs dans différents domaines ―  de l’éthique à la théorie culturelle ―, La vie sous examen nous rappelle que la philosophie possède le pouvoir de transformer notre perception de l’univers… et de la place que nous y occupons.  

Source : http://onf-nfb.gc.ca/fr/notre-collection/?idfilm=57436

« Cet événement vise à permettre aux gens de comprendre, de réfléchir et de débattre d’enjeux touchant notre société », affirme Anne-Marie Bélanger, enseignante en littérature au Cégep à Joliette et initiatrice de ce projet. Enfin, pour participer à une projection, le Cégep vous invite à confirmer votre présence via les événements Facebook qui sont organisés pour chacune des représentations.

 

 

Évènements à venir

 Sample Banner Home 3 Libre lanauweb
Advertisement